x
Close
Tribune

Un exercice d’unité africaine

Un exercice d’unité africaine
  • PubliéFebruary 14, 2022

La Zone de libre-échange est une chance pour l’Afrique d’accélérer sa croissance et son développement. Pour autant, le continent doit aller au-delà de la simple libéralisation des échanges, notamment en réduisant les barrières non tarifaires et en donnant priorité à l’intérêt collectif.

Par Hippolyte Fofack, économiste en chef d’Afreximbank

Malgré le fort rebond de 2021, le revenu par habitant de l’Afrique ne devrait pas retrouver de sitôt la croissance tendancielle d’avant la pandémie. De plus, les taux de pauvreté ont fortement augmenté.

Cela reflète, en partie, le fait que la région reste dépendante des matières premières et a été durement touchée par les premiers effets de la crise sanitaire, lorsque les mesures de confinement ont entraîné un choc de la demande mondiale et un effondrement des prix des matières premières.

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2021, devrait accélérer la diversification des sources de croissance et de commerce pour aplanir la corrélation malsaine entre croissance et cycles des prix des matières premières.

Pour que la ZLECAf devienne la rampe de lancement d’une intégration plus profonde de l’Afrique, il est crucial de compléter la libéralisation des échanges par de solides mesures de facilitation des échanges, ainsi que de renforcer les mécanismes de coordination régionale.

Le premier envoi de marchandises échangées dans le cadre de la ZLECAf – du Ghana vers l’Afrique du Sud –, concernait des produits manufacturés. Contrairement au commerce extra-africain, dominé par les matières premières et les ressources naturelles, le commerce intra-africain est largement constitué par des produits manufacturés.

Une telle activité pourrait catalyser l’industrialisation du continent alors que les entreprises capitalisent sur les économies d’échelle du marché unique et les incitations associées aux règles d’origine qui sous-tendent l’accord commercial continental historique.

La ZLECAf va changer la donne. Elle a le pouvoir de défragmenter l’Afrique, en supprimant les barrières physiquement invisibles mais bien réelles aux flux commerciaux transfrontaliers qui ont segmenté les marchés régionaux et rendu difficile pour les entreprises de répartir le risque d’investir dans des économies trop petites.

Elle augmentera les flux d’investissement vers les industries manufacturières à forte intensité de main-d’œuvre. De plus, l’accord a le potentiel de transformer les économies africaines et d’augmenter considérablement la part du continent dans le commerce mondial tout en renforçant son pouvoir de négociation dans les discussions commerciales internationales.

Signes encourageants

Pour toutes ces raisons, la ZLECAf a suscité beaucoup d’attention dans les milieux universitaires et politiques, ainsi qu’au sein de la communauté internationale du développement. Ce que toutes les études et tous les rapports ont en commun est la cohérence des résultats, tous soulignant l’impact significatif et positif de la ZLECAf sur le développement.

En particulier, les résultats selon les calculs sont très encourageants. Les principales estimations globales montrent que l’emploi et le PIB moyen de la région augmenteraient tous deux de 0,5% par an après la mise en œuvre complète de la ZLECAf.

Les salaires réels augmenteraient à tous les niveaux pour les travailleurs qualifiés et non qualifiés, ces derniers enregistrant un taux de croissance beaucoup plus élevé dans une évolution apparente vers une croissance plus inclusive.

La Banque mondiale estime que les gains découlant de la mise en œuvre de la ZLECAf pourraient sortir 30 millions de personnes de l’extrême pauvreté et environ 68 millions de la pauvreté modérée, les femmes bénéficiant plus que les hommes dans un modèle de croissance plus sensible au genre.

L’impact potentiel au niveau des ménages et des entreprises est également important, avec des estimations montrant que, d’ici 2030, le marché entièrement intégré de 1,7 milliard de dollars de personnes aura environ 6 700 milliards $ de dépenses cumulées de consommation et d’entreprise.

Le commerce intra-africain devrait connaître le taux d’expansion le plus impressionnant dans le cadre de la ZLECAf, les exportations intrarégionales augmentant de 34 % (soit environ 133 milliards $ par an) par rapport à un scénario sans le libre-échange.

Environ les deux tiers des gains commerciaux intra-africains seraient réalisés dans le secteur manufacturier. Cela ouvrirait la voie à l’amélioration du bien-être par le renforcement du commerce intrarégional et de l’industrialisation, qui au fil des ans vont ouvrir la voie à une croissance durable d’emplois manufacturiers bien rémunérés tout en élargissant simultanément l’assiette fiscale et en renforçant les comptes extérieurs, la situation macroéconomique et la stabilité des pays.

Des obstacles à surmonter

L’efficacité de la répartition et les effets d’accumulation associés à l’intégration régionale devraient stimuler la productivité et alimenter la croissance économique. Dans le même temps, les économies d’échelle associées à l’intégration commerciale réduisent l’incertitude dans le commerce intrarégional et accélèrent les changements technologiques pour conduire la transformation structurelle.

Dans la pratique, l’intégration commerciale a été un vecteur de succès spectaculaires, le cas d’espèce étant l’Asie, où l’expansion extrêmement rapide des économies a non seulement approfondi l’intégration, mais accéléré la transformation structurelle pour une intégration efficace dans les chaînes de valeur mondiales.

Mais la libéralisation des échanges ne garantit pas nécessairement à elle seule le succès économique. Des barrières non tarifaires substantielles, des différences réglementaires et des normes sanitaires, phytosanitaires et techniques divergentes augmentent les coûts du commerce transfrontalier. En Afrique, ces coûts sont estimés à 14,3 %, largement au-dessus des tarifs moyens de 6,9 ​​%.

La levée de ces contraintes stimulera considérablement le commerce intra-africain et augmentera la croissance. La Banque mondiale estime que les gains de revenus réels résultant d’une mise en œuvre complète de la ZLECAf pourraient augmenter de 7 % (soit environ 450 milliards $) d’ici 2035, les mesures de facilitation des échanges réduisant les formalités administratives et simplifiant les procédures douanières fournissant à elles seules une augmentation de 292 milliards $.

Surmonter le déficit chronique d’infrastructures – à la fois physiques et numériques –, renforcera le développement des échanges pour assurer une mise en œuvre réussie de la ZLECAf. Le déficit d’infrastructures en Afrique se situe à l’intersection des contraintes du continent du côté de la production, notamment par l’amélioration de la productivité, et la logistique concernant le transport des marchandises à l’intérieur d’une région qui a le plus grand nombre de pays enclavés – 16 – dans le monde.

Alors que les investisseurs cherchent à tirer parti des économies d’échelle offertes par la ZLECAf pour augmenter la productivité et soutenir la croissance, rien n’est aussi urgent que l’intégration des marchés et l’amélioration de la connectivité.

En outre, l’assouplissement des règles d’origine –  qui déterminent si les produits sont en franchise de droits dans le cadre de la ZLECAf – est également essentiel. Celles-ci agiront comme un accélérateur de l’industrialisation et du développement des chaînes de valeur régionales pour approfondir l’intégration.

Des progrès significatifs ont été réalisés sur l’accord sur les règles d’origine, qui devrait être conclu au plus tard cette année pour ouvrir la voie à la phase deux des négociations sur les questions clés qui façonneront les moteurs de la croissance, notamment les protocoles sur l’investissement, la concurrence et les droits de propriété intellectuelle. .

Dans le même temps, donner la priorité à l’intérêt collectif est peut-être le défi le plus important et le plus pérenne de l’Afrique sur le long chemin de l’intégration, comme l’a si bien illustré la ruée vers les accords commerciaux bilatéraux.

Bien que la ZLECAf n’empêche pas les pays membres d’entamer des négociations commerciales bilatérales avec des pays tiers, cela pourrait affecter les modèles commerciaux régionaux et créer des précédents pour les règles régionales en matière de commerce et d’investissement.

De tels accords pourraient entraîner un détournement des échanges, étant donné que la clause de la nation la plus favorisée de la Zone étend automatiquement les concessions tarifaires accordées à un tiers aux signataires de l’accord.

Avec son entrée en vigueur, des dizaines de pays – 40 des 54 signataires ont déjà ratifié l’accord – ont immédiatement entrepris une réduction de leurs tarifs commerciaux intra-africains existants sur 90% des lignes tarifaires ; l’objectif ultime est une libéralisation de 97 %).

La clarification des règles d’origine pour renforcer le lien entre le commerce et l’industrialisation et maximiser les opportunités d’ajout de valeur augmentera encore l’impact de la réforme sur le développement, accélérant la diversification des sources de croissance pour atténuer l’exposition des pays aux chocs récurrents sur les termes de l’échange.

Pour citer Jeffrey Sachs, « sans aucun doute, si l’Afrique devient économiquement intégrée, elle sera un acteur mondial et la plus grande région économique du monde ».

Mais pour que la ZLECAf devienne la rampe de lancement d’une intégration plus profonde de l’Afrique dans l’économie mondiale en tant que force proactive de changement, il est crucial de compléter la libéralisation des échanges par de solides mesures de facilitation des échanges, ainsi que de renforcer les mécanismes de coordination régionale.

@ABF

Écrit par
Par Hippolyte Fofack

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.