x
Close
African Business Dossier Singapour

Stimuler les rendements agricoles en Afrique grâce à l’IA

Stimuler les rendements agricoles en Afrique grâce à l’IA
  • Publiéaoût 29, 2023

La numérisation de l’agriculture et l’utilisation stratégique de l’intelligence artificielle sont des clés essentielles pour l’entreprise singapourienne Olam International, qui ouvre de nouveaux horizons de productivité en Afrique.

 

Singapour, métropole urbaine moderne regorgeant de gratte-ciel, s’est métamorphosé pour accueillir certaines des principales entreprises agroalimentaires d’Asie et d’Afrique, dont Olam. Cette entreprise qui a débuté modestement sur les marchés agricoles africains en 1989, en commercialisant des noix de cajou brutes du Nigeria vers l’Inde, s’est aujourd’hui transformée en une entreprise mondiale présente dans une soixantaine de pays et dont les revenus dépassent les 50 milliards de dollars.

« Cette technologie peut transformer non seulement les exploitations individuelles, mais aussi le secteur à une échelle inimaginable jusqu’à présent. »

Venkataramani Srivathsan, directeur général d’Olam pour l’Afrique et le Moyen-Orient, conserve une vision optimiste de l’avenir de l’entreprise. Il reconnaît que la numérisation rapide du secteur et l’utilisation stratégique de l’Intelligence artificielle (IA) sont des clés essentielles pour débloquer de nouveaux domaines de productivité et maintenir l’avantage concurrentiel de l’entreprise.

« Nous observons beaucoup de rattrapage en cours, non seulement chez Olam mais dans le monde entier. Malgré l’impact transformateur de la technologie sur de nombreuses industries, son application dans l’agriculture a principalement consisté à affiner la collecte, la gestion et la précision des données. Avec l’intervention d’outils agrotechniques basés sur l’IA, les rendements sont stimulés et les modèles d’achat peuvent être considérablement améliorés », explique Venkataramani Srivathsan.

La portée pratique de ces outils alimentés par l’IA est considérable. Depuis son bureau de Singapour, l’entrepreneur peut utiliser son smartphone pour surveiller des exploitations agricoles situées dans des régions éloignées du Burkina Faso ou de la Côte d’Ivoire. Il s’agit d’une forme d’omniprésence numérique qui transcende les frontières géographiques. Ces outils d’IA offrent plus qu’une simple observation ; ils permettent à Olam d’évaluer des conditions agricoles spécifiques telles que la pluviométrie et la santé des sols afin de fournir des conseils personnalisés aux agriculteurs sur la base de données en temps réel.

 

Prévision des nuisibles

« Par exemple, si nous détectons des pluies non saisonnières, nous pouvons anticiper une infestation potentielle de nuisibles et alerter les agriculteurs pour qu’ils mettent en œuvre les mesures préventives appropriées », explique Venkataramani Srivathsan, soulignant les informations exploitables que cette technologie peut fournir.

En effet, il souligne à quel point ces outils d’IA peuvent révolutionner le domaine de l’agriculture en changeant la donne. « Avec l’aide de la machine, l’application des bons intrants, pesticides ou traitements au bon moment peut déterminer le succès ou l’échec d’une récolte », explique Venkataramani Srivathsan. Cette innovation peut conduire à une production agricole plus fiable, préservant ainsi les moyens de subsistance des agriculteurs et garantissant la sécurité alimentaire.

L’IA peut-elle remédier au déficit commercial agricole ?

Les partenariats stratégiques sont au cœur de l’initiative d’Olam en matière d’IA. En s’associant à Canvass Analytics, basée à Toronto, Olam exploite sa plateforme d’IA pour passer au crible d’énormes quantités de données, améliorant ainsi l’efficacité et les rendements tout en réduisant le gaspillage et en améliorant la transparence. Cette alliance renforce AtSource, la plateforme numérique d’Olam, qui garantit une traçabilité et une durabilité sans précédent dans la production alimentaire.

Cependant, bien que les données de la Banque mondiale montrent que le secteur agricole africain représente 35 % du PIB du continent et plus de la moitié de ses emplois, la productivité est toujours à la traîne par rapport aux normes mondiales. C’est là que l’IA peut avoir un impact significatif. « Cette technologie peut transformer non seulement les exploitations individuelles, mais aussi le secteur à une échelle inimaginable jusqu’à présent », affirme Venkataramani Srivathsan.

@AB

Écrit par
Will McBain

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *