x
Close
African Business

Soutien de la BID au commerce extérieur du Maroc

Soutien de la BID au commerce extérieur du Maroc
  • Publiéoctobre 13, 2023

La Banque islamique de développement signe un partenariat avec le Maroc, apportant 200 millions de dollars, afin d’appuyer les entreprises exportatrices, et certains secteurs comme l’énergie, considérée comme le moteur du développement.

 

Deux institutions de la Banque islamique de développement, à savoir la Société islamique du commerce (ITFC) et la Société Islamique pour le Développement du Secteur Privé (ICD), ont signé un accord avec le Maroc. Par cet accord, l’ITFC exprime son intention de fournir un financement à hauteur de 100 millions de dollars pour soutenir l’importation de biens stratégiques et renforcer les efforts des entreprises marocaines exportatrices.

L’institution islamique cherche également à renforcer l’inclusion financière, le financement des PME et le financement participatif au Maroc.

De son côté, l’ICD s’engage à un investissement du même montant pour « financer des projets locaux et transfrontaliers, renforcer le développement des infrastructures, l’industrie manufacturière, l’inclusion financière et les services financiers », précise un communiqué.

Cet accord tripartite a été signé par Nadia Fattah Al Alaoui, ministre de l`Économie et des finances et Hani Salem Sonbol, directeur général des deux structures de la BID, en marge des Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, qui se déroulent à Marrakech.

Le protocole d’accord vise à faciliter la coopération entre toutes les parties dans plusieurs domaines, en mettant l’accent sur l’importance du secteur de l’énergie en tant que moteur du développement économique et social. Les deux institutions ont l’intention de soutenir le secteur de l’énergie en finançant des entreprises publiques et privées. Elles cherchent également à renforcer le financement des petites et moyennes entreprises et à transférer l’expertise du Maroc en matière d’agriculture vers les pays de l’Organisation de la coopération islamique.

En outre, les deux institutions se concentrent sur le soutien des projets de partenariat public-privé, en plus de fournir des financements dans divers secteurs tels que l’industrie manufacturière, les services, l’exploitation minière et l’infrastructure. Cette coopération vise également à assurer la sécurité alimentaire et à renforcer les échanges de connaissances et de moyens financiers entre le Maroc et les États membres africains et arabes.

Les deux institutions ont également annoncé le Programme opérationnel pays pour la coopération avec le Royaume du Maroc, où le programme opérationnel pays de l’ITFC pour la période 2024-2026 couvre de nouveaux financements à hauteur de 100 millions de dollars pour soutenir les importations de biens stratégiques et renforcer les efforts d’exportation des entreprises marocaines.

 

Coopération renforcée

Il s’agit notamment de renforcer les relations avec les partenaires stratégiques au Maroc et d’encourager les institutions marocaines à participer aux projets de l’ITFC visant à promouvoir les exportations marocaines dans des secteurs clés tels que l’énergie et l’agriculture. Le programme comprend également l’octroi de mécanismes de financement du commerce aux entités publiques, aux institutions financières et aux entreprises marocaines, ainsi que le développement du commerce en coopération avec le Royaume et le soutien à l’établissement de plateformes logistiques marocaines dans certains pays africains. Cela s’inscrit dans le cadre de la coopération visant à transférer l’expertise et les connaissances marocaines vers d’autres pays afin de renforcer le développement humain et économique.

En ce qui concerne le programme opérationnel pays de l’ICD, l’institution vise à renforcer la coopération avec le Maroc au cours de la période allant de 2024 à 2026. L’institution a réalisé un investissement stratégique dans les actions d’Al Khdar Bank, en partenariat avec le Crédit agricole du Maroc, dont l’institution détient 49% du capital.

L’ICD a également annoncé que dans le cadre du nouveau programme pays, elle approuvera de nouveaux financements et investissements d’une valeur de 100 millions de dollars au profit structures marocaines afin de mettre en œuvre des projets locaux et transfrontaliers. En outre, l’ICD reste prête à soutenir le Maroc à développer son programme de sukuk souverain. L’institution cherche également à renforcer l’inclusion financière, le financement des PME et le financement participatif au Royaume du Maroc. « Cette coopération renforcera le développement économique et durable du Maroc et approfondira les relations entre l’ITFC et le Royaume », conclut le communiqué.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *