Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Retour à la normale entre la BAD et la RD Congo

Une mission de la Banque africaine de développement en RD Congo a fait le point sur les dossiers en cours. Un signe supplémentaire de la volonté des deux parties de collaborer davantage. Des équipes renforcées analyseront le portefeuille de projets de la Banque dans le pays.

Par Paule Fax

Les relations retrouvent un cours normal entre la BAD (Banque africaine de développement) et le gouvernement de la RD Congo. Ce dernier a l’ambition d’organiser, à la fin de l’année 2021, le forum de l’Alliance pour l’entrepreneuriat en Afrique. Une initiative qui reçoit l’appui de la BAD.

Une mission de la banque s’est rendue dans le pays, du 30 août au 4 septembre. Elle était conduite par le directeur général pour la région Afrique centrale, Serge Nguessan. Cette mission avait comme objectif le renforcement et la redynamisation de la coopération entre les deux parties, conformément à la volonté des nouvelles autorités congolaises d’accélérer la mise en œuvre des grands chantiers pour la transformation structurelle de l’économie et la croissance inclusive.

La Banque africaine de développement réitère son engagement à jouer son rôle de partenaire de premier plan dans la conception et la mise en œuvre des programmes et projets structurants de la RD Congo. Elle étoffera d’ailleurs sa représentation dans le pays.

« Les deux parties ont salué l’excellent déroulement des travaux et la qualité des échanges », tranche un communiqué de la BAD. Qui fait part de « concertations fructueuses » ont eu lieu avec les plus hautes autorités et les partenaires techniques et financiers basés en RD Congo. Comprendre la Banque mondiale, le FMI, l’Union européenne et le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement). Les discussions ont porté sur le renforcement de la coordination et les synergies pour mieux relever les défis majeurs du pays.

De leur côté, les échanges avec les autorités ont notamment porté sur la situation politique, économique, sociale et sécuritaire de la RD Congo, mais également sur la coopération avec la Banque dans les domaines stratégiques, dont les infrastructures, la gouvernance, la relance économique et la création d’emplois. La mission a rencontré le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, le ministre des Finances et gouverneur pays de la BAD Nicolas Kazadi, ainsi qu’une kyrielle d’autres ministres (Infrastructures, Agriculture, Transports, etc.).

Quelques retards

Signature de conventions entre la BAD et la RD Congo 2

Les deux parties ont convenu d’une revue approfondie du portefeuille de la Banque en RD Congo afin d’accélérer la mise en œuvre des projets pour mieux accompagner le processus de transformation économique et améliorer les conditions de vie des populations. Les autorités congolaises ont salué l’engagement de la Banque à continuer de jouer un rôle de premier plan en matière de mobilisation des ressources et de structuration financière des projets structurants et intégrateurs.  

Pour sa part, le ministre des Finances, Nicolas Kazadi, a insisté devant ses partenaires sur l’importance du Plan national stratégique de développement (PNSD) qui doit permettre au pays d’optimiser la mobilisation et la gestion des ressources pour dynamiser la croissance économique.

Face aux défis du suivi et de l’évaluation, le gouvernement et la BAD vont constituer une équipe qui analysera la sélectivité des financements, ce qui implique une revue du portefeuille des projets en cours. Lesquels sont « plutôt satisfaisants », selon le ministre, qui ne masque pas quelques faiblesses dans l’exécution des projets.

La redynamisation de la coopération passe par des axes stratégiques. On peut citer notamment le projet du barrage Inga III, la construction du port de Banana dans la province du Kongo central, le pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville.

Sans oublier le développement des grands corridors routiers pour le désenclavement interne et l’intégration sous-régionale, le développement des zones spéciales de transformation agro-industrielle, du renforcement des capacités et de l’emploi des jeunes et des femmes, ainsi que des réformes sectorielles pour le développement des filières porteuses et du secteur privé.

La BAD a réitéré son engagement à jouer son rôle de partenaire de premier plan dans la conception et la mise en œuvre des programmes et projets structurants inscrits dans le programme de développement du pays.

D’ailleurs, le président de l’institution, Akinwumi Adesina, a décidé de renforcer les ressources humaines du bureau-pays et d’élever la qualité de sa représentation en RD Congo par la nomination du directeur général adjoint pour l’Afrique centrale comme responsable pays.

@PF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts