Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Gabon : Comilog s’adapte à ses marchés

Hausse des volumes, mais repli du chiffre d’affaires, pour la Comilog, au premier semestre 2020. Le producteur gabonais de Manganèse n’en a pas négligé pour autant ses missions sociétales et a poursuivi la réorientation de son offre produits.

Par Marie-Anne Lubin 

Fleuron de l’industrie gabonaise, la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) n’a pas échappé au ralentissement économique mondial et à la chute des prix des matières premières, au premier semestre 2020.

Le conseil d’administration de la filiale d’Eramet considère néanmoins que malgré la crise sanitaire, Comilog a enregistré « de bonnes performances au cours du premier semestre ». Il faut état d’une production de 2,8 millions de tonnes, soit une hausse de 31% par rapport au 1er semestre 2019. 

« Il faut encore aller plus loin pour que nos matières premières participent pleinement au développement du Gabon », a écrit sur Twitter l’influent Noureddin Bongo Valentin, le 19 septembre, au sortir des nouvelles installations de la Comilog.

Dans le même temps, le prix de vente du minerai a enregistré une forte baisse au cours de la période. C’est pourquoi le chiffre d’affaires s’établit-il à 338,6 milliards de F.CFA (516,2 millions d’euros), en retrait de 5,5 milliards de F.CFA par rapport au 1er semestre 2019.

La société évoque pourtant « une bonne résilience de l’activité minière ». Ce, grâce à la transformation en cours de l’entreprise et à une gestion rigoureuse de la crise sanitaire « qui s’est accompagnée de mesures fortes pour préserver la santé des collaborateurs ». 

La filiale d’Eramet, avec la mobilisation de l’ensemble de ses équipes, de la production à la commercialisation, a su maîtriser l’impact sur son exploitation. Comilog est le principal exploitant de manganèse au Gabon, deuxième producteur mondial de ce produit.

L’essentiel de sa production se concentre dans la ville minière de Moanda, située dans la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est du pays. Le traitement par voie sèche sur le plateau Bangombé a permis d’augmenter la production de minerai en plaçant l’entreprise au premier rang des producteurs mondiaux de manganèse au deuxième trimestre. 

Le premier semestre a été marqué par l’élaboration d’un plan de redressement des activités du complexe métallurgique de Moanda, notamment pour le manganèse métal (EMM), un actif en forte perte depuis son démarrage en 2015. 

Une performance rentable et durable

À cet effet, le conseil d’administration de Comilog a décidé d’un changement de cap stratégique en optant pour une transformation des activités d’EMM vers la production d’oxyde de manganèse (MnO). Ce produit paraît « adapté au marché actuel et créateur de valeur ». L’oxyde de manganèse trouve des débouchés aussi bien dans l’industrie sidérurgique que dans les peintures ou les engrais.

« La production de MnO combinée à l’amélioration des performances de l’activité silico manganèse permettra de garantir un avenir pérenne au complexe métallurgique de Moanda », considère la société. Qui promet que cette évolution structurelle et stratégique s’opérera sans perte d’emplois.

« Elle permettra au complexe métallurgique de connaître une performance économique rentable et durable. » Dans le cadre du projet d’extension de la mine de Moanda, le premier semestre aura été marqué par la mise en œuvre des préparatifs en vue du démarrage de l’exploitation sur le plateau Okouma. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This