x
Close
African Business

Renforcer les groupes marginalisés

Renforcer les groupes marginalisés
  • Publiémai 7, 2024

Un projet mené principalement au Sénégal et au Ghana vise à créer des centaines d’emplois verts tout en fournissant des services essentiels de développement des entreprises.

 

La Banque africaine de développement et Investir en Afrique ont lancé conjointement le projet MicroGREEN afin d’offrir des moyens de subsistance aux groupes marginalisés et vulnérables au Ghana et au Sénégal.

Ce projet s’intitule « Strengthening Women, Youth and People with Disabilities’ Micro Entrepreneurship for Green Jobs in Natural Resources » (« Renforcer le micro-entreprenariat des femmes, des jeunes et des personnes handicapées pour des emplois verts dans le secteur des ressources naturelles »). Il vise à créer jusqu’à 500 emplois verts tout en fournissant des services essentiels de développement des entreprises.

La BAD travaille actuellement sur un outil de suivi et de contrôle des emplois verts issus de son portefeuille de projets, en particulier ceux liés à l’action climatique, à l’environnement, à l’économie circulaire et aux activités liées à la biodiversité.

La BAD, par l’intermédiaire de son Fonds fiduciaire multidonateurs pour l’innovation et l’entrepreneuriat des jeunes, a alloué une subvention d’un million de dollars pour soutenir le projet MicroGREEN sur deux ans. Ce projet permettra de renforcer les capacités entrepreneuriales et les compétences commerciales d’un millier de jeunes âgés de 15 à 35 ans, avec une répartition idéale de 60 % de jeunes femmes, 10 % de personnes ayant des besoins particuliers et 30 % d’autres jeunes dans les deux pays.

S’exprimant lors de l’événement de lancement, le 2 mai 2024, Eyerusalem Fasika, directrice nationale du Ghana pour la BAD, a souligné son engagement à relever les défis du changement climatique et de la pauvreté en conformité avec les contributions déterminées au niveau national et les objectifs de développement durable.

Eyerusalem Fasika a mis en exergue plusieurs initiatives de la BAD visant à favoriser un développement inclusif, en particulier sa stratégie de genre visant à autonomiser les femmes à travers l’accès au financement, l’accélération de l’employabilité, et l’amélioration de l’accès aux services sociaux. Elle a également souligné la collaboration de la BAD avec ONU Femmes pour renforcer l’autonomie des femmes dans le secteur des ressources naturelles.

« Nous sommes convaincus que l’application d’une perspective de genre à la création d’emplois et au développement économique local peut conduire à une transition inclusive vers une économie verte qui offre des opportunités uniques de réduire les inégalités de genre sur le marché du travail africain. »

 

Améliorer compétences et employabilité

Carol Anang, directrice nationale d’Invest in Africa au Ghana, a noté que le déploiement du projet était opportun et servirait d’aimant pour attirer et augmenter les opportunités d’amélioration des moyens de subsistance, en particulier pour les groupes vulnérables.

« Notre priorité est de faciliter une synergie accrue entre les grandes organisations internationales et les entités locales afin de travailler ensemble pour stimuler la croissance inclusive », a souligné Carol Anang, ajoutant que le projet améliorera les compétences pour l’employabilité.

Le projet utilisera des modèles de développement de petites et moyennes entreprises basés sur la chaîne de valeur afin d’améliorer la création d’emplois, d’assurer la durabilité des micro-entreprises et d’intégrer les bénéficiaires dans les systèmes économiques. Invest in Africa sera le fer de lance de la mise en œuvre, tirant parti de son expertise en matière d’accès au marché et de développement des compétences pour stimuler la croissance durable des entreprises et la création d’emplois.

Un événement de lancement hybride a rassemblé des représentants des gouvernements du Ghana et du Sénégal, des responsables de programmes de la BAD et d’Investir en Afrique, des représentants d’organisations de la société civile et d’autres agences partenaires du secteur social.

Présentant une vue d’ensemble du projet, Salimata Soumare, chef de projet de la BAD pour MicroGREEN, a déclaré que le projet bénéficierait également aux intermédiaires qui fournissent un soutien et un financement aux entrepreneurs et aux MPME, tels que les programmes de mentorat, les programmes de formation, le soutien au développement de projets et les services de conseil.

Au cours de l’événement, l’initiative de la BAD visant à créer 25 millions d’emplois pour les jeunes et à équiper 50 millions d’entre eux pour qu’ils atteignent leurs objectifs d’ici 2025, ainsi que son soutien aux initiatives vertes à travers le Centre africain de gestion des ressources naturelles et d’investissement, ont été mis en exergue.

@AB

Écrit par
Paule fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *