x
Close
African Business

Recherches et applications au service de l’agriculture

Recherches et applications au service de l’agriculture
  • Publiéjuillet 9, 2024

La vulnérabilité de l’Afrique aux chocs climatiques exacerbe ses préoccupations en matière d’insécurité alimentaire et accroît l’urgence de la transformation de son agriculture.

 

La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) dévoile, avec quelques semaines de retard, le nom de deux lauréats des prix remis avec le Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA). Ces trophées récompensent l’innovation et la compétence dans le domaine de l’agriculture. Ils sont attribués à des personnes, des groupes ou des structures établies qui ont contribué de manière exceptionnelle à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à la génération de revenus, à la résilience et à la gestion des ressources naturelles en Afrique grâce à la recherche, à l’innovation, à l’agroalimentaire, et au plaidoyer politique dans le domaine de l’alimentation et de l’agriculture.

L’Afrique doit stimuler l’efficacité et la productivité, moderniser son agriculture et retrouver sa position légitime d’exportateur net de produits agricoles, juge Benedict Oramah.

Les lauréats ont reçu leur prix à Nassau, aux Bahamas, en marge des Assemblées annuelles d’Afreximbank 2024 et du Forum Afrique-Caraïbes sur le commerce et l’investissement, à la mi-juin.

Les AFRICA Awards comprennent trois catégories : le « Prix d’excellence de la recherche en Afrique », le « Prix de l’entrepreneuriat axé sur l’innovation » et le « Prix des politiques à fort impact et centrées sur des données factuelles ». Le processus de sélection des lauréats est supervisé par un comité de sélection indépendant composé d’experts mondialement reconnus. 

Umezuruike Linus Opara (photo ci-contre) a reçu le prix d’Excellence pour la recherche en Afrique en reconnaissance de sa contribution au développement et à la validation d’une nouvelle approche intégrée de la chaîne de valeur en matière de recherche et d’innovation post-récolte, une culture à la fois. 

Son travail est reconnu pour la réduction des pertes post-récolte, le renforcement de la valeur ajoutée et la connexion de la production aux marchés africains locaux, régionaux et internationaux.  En outre, le professeur Opara est reconnu pour ses contributions au renforcement des capacités de recherche et d’innovation de l’Afrique dans le domaine de la science et de la technologie post-récolte grâce à des recherches de pointe, à la création de nouvelles connaissances et au mentorat de jeunes chercheurs exceptionnels.

 

De fructueux partenariats

Le lauréat est professeur émérite et titulaire de la chaire de recherche sud-africaine en technologie post-récolte, à la Faculté des sciences agricoles de l’Université de Stellenbosch, en Afrique du Sud. Il est titulaire d’une licence et d’une maîtrise en ingénierie de l’Université du Nigeria, à Nsukka, et d’un doctorat de l’Université Massey, en Nouvelle-Zélande. Il a publié de nombreux ouvrages. Ses recherches sont très souvent citées et il a reçu plusieurs autres récompenses prestigieuses.

Le professeur Richard Mkandawire (photo ci-dessous) est le lauréat du prix des Politiques à fort impact et centrées sur des données factuelles pour son rôle fondamental dans la conceptualisation du PDDAA (Programme détaillé de développement de l’agriculture en Afrique) et pour avoir catalysé sa mise en œuvre dans les pays africains.

Le PDDAA a permis de porter une plus grande attention à l’agriculture et d’accroître les investissements que les pays africains y consacrent.

Le professeur Mkandawire a constamment et vigoureusement préconisé des processus politiques inclusifs et fondés sur des données factuelles. Il a permis des partenariats très productifs entre les analystes politiques, les décideurs, le secteur privé, les institutions scientifiques et d’autres acteurs du système agricole et alimentaire. Ces partenariats ont joué un rôle déterminant dans l’amélioration de l’environnement politique nécessaire à la transformation agricole de l’Afrique.

Il est titulaire d’un doctorat en études du développement et d’une maîtrise en développement agricole de l’Université d’East Anglia, au Royaume-Uni. Il est également titulaire d’une maîtrise en sociologie rurale de l’Université du Missouri, aux États-Unis. Il a publié de nombreux articles sur la politique de développement agricole et les domaines connexes et a reçu plusieurs autres prestigieuses distinctions. Il est le Directeur de l’Alliance pour le partenariat africain, président de la Commission nationale de planification du Malawi et donc ancien responsable du PDDAA au sein du NEPAD.

Félicitant les lauréats, le président d’Afreximbank, Benedic Oramah, réagit : « La vulnérabilité de l’Afrique aux chocs climatiques exacerbe ses préoccupations en matière d’insécurité alimentaire et accentue l’urgence de la transformation structurelle de son secteur agricole. Elle doit stimuler l’efficacité et la productivité, moderniser son agriculture et retrouver sa position légitime d’exportateur net de produits agricoles. »

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *