x
Close
African Business Analyse et Opinion

Pour la ZLECAf, l’Afrique doit parler d’une seule voix

Pour la ZLECAf, l’Afrique doit parler d’une seule voix
  • Publiéjuillet 22, 2022

Hippolyte Fofack, économiste en chef et directeur de la recherche d’Afreximbank, explique comment le libre-échange peut déclencher un cercle vertueux menant à l’industrialisation et à la prospérité de l’Afrique.

 

Propos recueillis par Stephen Williams

Avant d’évoquer la ZLECAf (Zone de libre-échange continentale africaine), un mot sur les performances d’Afreximbank. Benedict Oramah, président du conseil d’administration a qualifié l’année 2021 d’« impressionnante ».

En effet, les résultats obtenus par Afreximbank ont atteint un niveau historique. En tant qu’institution de financement du développement d’importance systémique, la banque s’est appuyée sur des réponses anticycliques bien calibrées pour soutenir efficacement les gouvernements et les entreprises de ses pays membres pendant les crises.

La réponse au ralentissement économique dû à la pandémie n’a pas été différente et la banque est revenue à sa boîte à outils bien rodée de soutien anticyclique.

Dans le cadre du libre-échange, les investissements étrangers se tourneront vers des industries manufacturières à forte intensité de main-d’œuvre, les entreprises profitant des économies d’échelle, ainsi que des gains de compétitivité et de productivité associés à la réduction drastique des risques liés à l’investissement dans des marchés plus petits.

Par le biais de son mécanisme d’atténuation de l’impact de la pandémie sur le commerce, elle a réagi de manière rapide et audacieuse, en atténuant les effets de la pandémie sur l’économie et en facilitant une reprise rapide dans la phase qui a suivi le confinement. Elle a également investi dans la diversification des sources de croissance, notamment dans l’industrie pharmaceutique. L’Afrique a fortement rebondi après sa première récession en 25 ans, le PIB a rebondi de 6,9 % en 2021.

 

L’une des inquiétudes exprimées à propos de la ZLECAF est qu’elle risque d’isoler l’Afrique et de la marginaliser davantage dans l’économie mondiale. Partagez-vous ce point de vue ?

Non, et ce pour plusieurs raisons. En 2021, la part de l’Afrique dans le commerce mondial était inférieure à 3 %, ce qui est nettement inférieur au niveau dont bénéficiait la région dans les premières années des indépendances et dans les années 1970. Par exemple, bien que la taille de sa population soit similaire à celle de la Zambie, la contribution des Pays-Bas (l’un des pays industrialisés les plus avancés du monde) au commerce mondial dépasse celle de l’ensemble de l’Afrique !

L’Afrique représente aujourd’hui plus de 17 % de la population mondiale, mais seulement environ 2,6% du commerce mondial et moins de 3 % du PIB mondial. La ZLECAf devrait inverser cette marginalisation. Bien que la plupart des recherches aient mis l’accent sur les avantages potentiels pour le commerce intra-africain, qui est resté lamentablement bas, les estimations de la Banque mondiale montrent que la Zone augmenterait les exportations de l’Afrique de plus de 560 milliards de dollars, principalement dans le secteur manufacturier.

 

Comment l’Afrique peut-elle s’éloigner de la simple exportation de matières premières ?

Les règles d’origine, qui sont considérées comme les « passeports » qui permettront aux marchandises de circuler en franchise de droits au sein de la ZLECAf, ont le potentiel d’allumer les moteurs de l’industrialisation basée sur les produits de base et de mettre la région sur la voie d’une production manufacturière plus élevée et d’une intensité commerciale croissante.

Les règles d’origine accéléreront le processus d’industrialisation, notamment par le développement de chaînes de valeur régionales qui permettront aux pays africains de mieux s’intégrer dans les chaînes de valeur mondiales grâce à des activités en amont créatrices de valeur.

Le commerce intra-africain et l’industrialisation se renforcent mutuellement. La croissance prévue du commerce intra-africain dans le cadre de la ZLECAf favorisera l’industrialisation, puisque les produits manufacturés représentent une part plus importante et croissante du commerce intra-africain.

Mais l’investissement dans les ressources humaines, en particulier dans les domaines de la science et de l’ingénierie, sera essentiel pour tirer pleinement parti du libre-échange.

Cela est particulièrement vrai à l’ère de l’intelligence artificielle, où la réussite de la quatrième révolution industrielle exige des investissements solides et des technologies avancées et modernes.

 

Pouvez-vous identifier d’autres avantages de la ZLECAf ?

Les avantages potentiels sont innombrables, mais je soulignerai deux cas à titre d’illustration : Le premier est celui des industries créatives, qui étaient le thème principal de l’édition 2022 du Rapport sur le commerce en Afrique publié pendant l’Assemblée générale annuelle.

Les industries culturelles et créatives ont été les principaux moteurs de la croissance à travers l’Afrique au cours de la dernière décennie, Nollywood étant devenu le deuxième producteur et exportateur de films au monde.

L’adoption d’un régime solide de droits de propriété intellectuelle dans le cadre de la ZLECAF pourrait placer ces industries dans un cycle vertueux à long terme qui favorisera une renaissance créative et une convergence culturelle conduisant à l’approfondissement du processus d’intégration économique. Cela a donné lieu à des réussites spectaculaires dans d’autres parties du monde.

Pour une industrie de la création artistique

 

 

Simultanément, la ZLECAf a le potentiel de renforcer le pouvoir de négociation de l’Afrique dans les négociations commerciales internationales, en déplaçant la frontière du commerce équitable pour un processus de mondialisation plus inclusif qui fonctionne pour tous.

Toutefois, le premier test, et le plus important, pour notre continent – qui a trop longtemps été à la traîne dans les négociations commerciales internationales – est de résister à la ruée vers les accords commerciaux bilatéraux, qui conduisent souvent à un détournement de trafic et affaiblissent la voix de l’Afrique au niveau mondial ou créent des dissonances.

Parler d’une seule voix à l’ère de la Zone de libre-échange est peut-être le défi le plus important, amplifié par le nombre de pays qui composent la ZLECAf, la plus grande au monde par le nombre de membres.

Pour résumer, la Zone est une condition nécessaire au développement économique, mais elle n’est pas suffisante en soi ; les pays devront travailler encore plus dur, et surtout ensemble, pour en tirer tous les avantages.

 

Avec l’espoir d’une augmentation des investissements étrangers en Afrique, existe-t-il un argument en faveur de la création d’une protection pour les industries naissantes ?

Oui, l’un des avantages de l’intégration régionale est l’augmentation des entrées d’IDE (Investissements directs étrangers) et un changement dans leur composition. Jusqu’à présent, les flux d’IDE vers l’Afrique ont pris la forme de ce que j’appellerais des « investissements vautours », où un opérateur arrive en avion d’un pays étranger et extrait les ressources, avec quelques redevances en contrepartie.

Ce modèle a peut-être généré des recettes fiscales et des réserves de change pour les gouvernements, mais ses coûts sociaux et environnementaux ont été importants, comme en témoignent la persistance de taux de pauvreté élevés et les déséquilibres structurels.

Cela a conduit à ce que les économistes appellent une croissance d’appauvrissement, le bien-être général se détériorant au milieu de la croissance économique.

Dans le cadre du libre-échange, les IDE se tourneront vers des industries manufacturières à forte intensité de main-d’œuvre, les entreprises profitant des économies d’échelle, ainsi que des gains de compétitivité et de productivité associés à la réduction drastique des risques liés à l’investissement dans des marchés plus petits.

Cette modification de la composition des flux d’IDE est déjà en cours. Prenons l’exemple de Volkswagen, qui a établi une usine de fabrication au Rwanda. La décision du constructeur automobile a été motivée non seulement par le climat très attractif que le Rwanda offre aux investisseurs, mais aussi par l’attrait de l’ensemble du marché est-africain et, plus généralement, par le potentiel de croissance associé à la zone de libre-échange continentale.

Cela étant, votre question implique également la possibilité d’une concurrence malsaine entre les investissements étrangers et la croissance des entreprises africaines. Bien que le risque d’éviction des industries naissantes en Afrique ne puisse être totalement exclu, il est important de souligner que les IDE ont également été un vecteur fiable de transfert de technologie.

Imaginez un scénario dans lequel, encouragée par les règles d’origine, l’industrie automobile africaine décide de s’approvisionner en pneus pour toutes les nouvelles voitures en Afrique de l’Ouest, une région qui dispose de toutes les matières premières nécessaires mais ne possède pas la technologie pour fabriquer des pneus.

Cela renforcerait non seulement le commerce transfrontalier au sein du continent, mais créerait également les conditions propices à une intégration efficace des PME africaines dans cet espace automobile.

Un autre exemple serait le développement de véhicules à énergie nouvelle (VNE) dans le cadre de la transition en cours vers l’énergie verte. Si l’investissement est injecté sur le continent pour produire des VNE, les PME africaines pourraient alors fabriquer et fournir des batteries au lithium et s’intégrer dans la chaîne de valeur mondiale des VNE, non pas en tant que fournisseurs de matières premières, mais par le biais d’activités en amont.

Il sera essentiel, pour la croissance des PME régionales et des industries naissantes, d’égaliser les conditions de concurrence afin d’enflammer « les esprits animaux » (pour reprendre la célèbre expression de John Maynard Keynes) des entrepreneurs africains.

Cela conduira à terme à l’émergence de conglomérats africains dans l’environnement économique mondial. L’amélioration de l’environnement des affaires et la résolution des innombrables contraintes auxquelles sont confrontés les entrepreneurs africains sont des étapes importantes pour la région, où les conséquences de la crise économique et financière ne sont pas encore connues.

L’amélioration de l’environnement commercial et la résolution des innombrables contraintes auxquelles sont confrontés les entrepreneurs africains sont des étapes importantes pour la région, où les conséquences des barrières non tarifaires ont été tout aussi coûteuses pour le commerce et la croissance endogène que la fragmentation du marché dans l’ère pre-ZLECAf.

@AB

 

Écrit par
laurent

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *