Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Côte d’Ivoire : Un semestre de rebond pour Bolloré

À la faveur d’une reprise, dans le courant du deuxième trimestre, des activités maritimes et logistiques, Bolloré Côte d’Ivoire affiche une hausse de 20% de son bénéfice semestriel, sur une progression de 4% de son chiffre d’affaires.

Par Marie-Anne Lubin

La filiale de Bolloré Transports & Logistics en Côte d’Ivoire a dégagé, au premier semestre 2021, un bénéfice après impôts de 12,973 milliards de F.CFA (19,78 millions d’euros). Soit un bond de 19,8% par rapport aux 10,833 milliards de F.CFA (16,51 millions d’euros) enregistré au premier semestre de 2020. Le bénéfice semestriel de la seule filiale ivoirienne se rapproche ainsi de celui de celui réalisé par Bolloré T&L pour l’ensemble de l’exercice 2020, soit 13,454 milliards de FCFA (20,51 millions d’euros).

« Malgré le contexte de pandémie de Covid-19, Conakry Terminal poursuit son programme d’investissements pour accompagner l’essor de l’économie guinéenne et mettre à disposition de ses clients des prestations de niveau international dans le respect de nos engagements contractuels. »

Sur la période, le chiffre d’affaires de la société a progressé de 4% à 45,472 milliards de F.CFA contre 43,677 milliards de FCFA (69,32 millions d’euros). Selon les dirigeants de Bolloré Côte d’Ivoire, la croissance a été marquée, au deuxième trimestre, par la reprise des activités maritimes et logistiques.

Au niveau des activités maritimes, on relève une hausse des volumes conventionnels manutentionnés, une reprise des activités de dépôts conteneurs vides et de la livraison de conteneurs. Concernant les activités logistiques, la société dirigée par Joel Hounsinou signale « une relance au niveau de la base pétrolière caractérisée par la reprise des activités pétrolières avec le démarrage des campagnes de forage ». À laquelle s’ajoute une relance du transit aérien et du transit maritime import. Le résultat d’exploitation ressort en hausse de 27%.

Du côté du groupe français, on ne commente pas les informations de presse faisant état de la volonté de Vincent Bolloré de quitter l’Afrique. Au contraire, on continue de mettre en avant les accords, les partenariats, et les résultats dégagés.

Ainsi, au Cameroun, Bolloré Transport & Logistics a signé un protocole d’accord avec les Douanes et KiwiPay Afrique Centrale SARL, entreprise spécialisée dans le e-commerce pour favoriser le développement du commerce électronique dans le pays.

Bolloré Transport & Logistics sera chargé d’assurer la gestion des formalités douanières et de procéder à l’acquittement des droits et taxes des colis importés par voie aérienne et maritime permettant ainsi de faciliter les processus d’importations et d’accélérer les délais de livraison des marchandises.

De nouveaux portiques pour Conakry Terminal

« Ce protocole qui nous engage sur une période de trois ans, matérialise les engagements du Forum Douanes-Entreprises promue par l’Organisation mondiale des douanes et de la Convention signée en 2015 entre Bolloré T& L et l’Administration des Douanes », explique Edwin Fongod Nuvaga, directeur général des Douanes.

Qui précise que l’accord « offre l’opportunité à la direction générale des Douanes de participer au développement du commerce électronique mais aussi d’améliorer la collecte des recettes douanières liées à cette activité ».

Pour Serge Agnero, directeur régional Golfe de Guinée de Bolloré T&L, « ce partenariat avec KiwiPay Afrique Centrale marque la volonté du groupe d’anticiper et de relever les prochains défis liés à l’essor du commerce électronique au Cameroun ». À son sens, les solutions « innovantes et évolutives » que propose la société « sont parfaitement adaptées aux nouveaux besoins des clients et sont mises en œuvre par des équipes entièrement disposées à apporter leur expertise au service de la compétitivité de l’économie du Cameroun ».

Par ailleurs, en Guinée, la filiale de Bolloré Ports, Conakry Terminal, a réceptionné début novembre quatre portique RTG (Rubber Tyred Gantry). Ces nouveaux équipements de dernière génération viennent s’ajouter aux huit autres modèles reçus en 2018 et 2020 ce qui porte à douze leur nombre sur le terminal à conteneurs du Port Autonome de Conakry.

Entièrement financée par Conakry Terminal à hauteur de 95 7 milliards de francs guinéens (8,47 millions d’euros) l’acquisition de ces engins fait partie des engagements pris par Conakry Terminal dans le cadre de la convention de concession signée avec le Port autonome de Conakry.

Selon la société, l’arrivée de cet équipement va augmenter la capacité de stockage sur le terminal et renforcer les cadences de livraison et réduire le temps de traitement des marchandises à Conakry Terminal.

« Malgré le contexte de pandémie de Covid-19, Conakry Terminal poursuit son programme d’investissements pour accompagner l’essor de l’économie guinéenne et mettre à disposition de ses clients des prestations de niveau international dans le respect de nos engagements contractuels. Avec cette nouvelle acquisition, nos douze portiques de parc vont davantage fluidifier nos opérations de manutention et améliorer la qualité des prestations pour nos clients armateurs et réceptionnaires », s’est réjoui Emmanuel Masson, directeur général de Conakry Terminal.

@Malu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts