Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Plaidoyer pour un revenu minimum provisoire

Selon le PNUD, un revenu minimum provisoire attribué aux plus pauvres du monde pourrait ralentir la flambée de l’épidémie de Covid-19. Il permettrait à près de trois milliards de personnes de rester chez elles pendant la pandémie.

Par Kimberly Adams

Le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) vient de publier un rapport, Revenu minimum provisoire : protéger les pauvres et les personnes vulnérables dans les pays en développement.

Lequel conclut qu’une dépense inférieure à 200 milliards de dollars par mois pourrait fournir un revenu minimum garanti pendant six mois aux 2,7 milliards de personnes vivant en dessous ou juste au-dessus du seuil de pauvreté

Plusieurs pays ont déjà pris des mesures pour introduire un revenu minimum provisoire, note le PNUD qui prend le Togo en exemple. Le gouvernement a distribué plus de 19,5 millions $ d’aide financière mensuelle à plus de 12 % de la population.

dans 132 pays en développement. Cette mesure permettrait aux personnes les plus vulnérables de respecter le confinement décidé dans leur pays, sans être contraints de prendre des risques hors de chez eux. Et donc, d’endiguer la pandémie de la Covid-19.

Le rapport conclut qu’il est urgent d’adopter cette mesure « réalisable » dans un contexte où la pandémie se propage désormais à un rythme de plus de 1,5 million de nouveaux cas par semaine. Ce, en particulier dans les pays en développement où sept travailleurs sur dix vivent grâce aux marchés informels et ne peuvent pas gagner d’argent s’ils restent chez eux.

Les travailleurs informels, à faible revenu, les femmes et les jeunes, les réfugiés, les migrants et les personnes handicapées sont les plus durement touchés par la crise. Ils constituent une grande partie du nombre considérable de personnes non couvertes par les programmes d’assurance sociale.

Le PNUD a évalué les effets socio-économiques de la Covid-19 dans une soixantaine de pays au cours des derniers mois, démontrant que les travailleurs qui ne bénéficient pas d’une protection sociale ne peuvent pas rester chez eux sans revenu.

Un revenu minimum provisoire leur donnerait les moyens d’acheter de la nourriture et de payer les frais de santé et d’éducation. Ce choix est financièrement réalisable, insiste le PNUD.

Un revenu minimum provisoire pour six mois ne coûterait que 12 % de la réponse financière totale à la Covid-19 prévue pour 2020. Ce montant équivaudrait au tiers de la dette extérieure des pays en développement pour 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This