Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Où êtes-vous ? Le continent a besoin d’entrepreneures

Le secteur privé est un « allié de poids » dans l’autonomisation des femmes en Afrique, concluent les économistes de la Banque mondiale, en particulier pour s’attaquer aux trois principales contraintes que sont l’accès au capital, la ségrégation sectorielle et le déficit de compétences.

Beaucoup de femmes tunisiennes ont la capacité de générer des revenus, que ce soit dans la production, l’artisanat, le commerce ou encore les services.

« Mieux les intégrer enrichira la société tout entière », conclut ce professionnel de la microfinance.

Elles utilisent leurs revenus en priorité pour le bien-être de leur famille, ce qui n’est pas systématiquement le cas des hommes, constate Michael Cracknell, cofondateur de Enda inter-arabe, spécialiste de la microfinance en Tunisie.

Face au fort taux de chômage masculin, beaucoup de femmes micro-entrepreneures sont devenues la principale source de revenus de leur famille. Une cliente d’Enda avait deux métiers différents : l’élevage de vaches laitières et le recyclage de métaux. « Et ton mari, que fait-il ? », lui demande-t-on ; sa réponse : « Je le paie 15 dinars par jour quand j’ai du travail pour lui ! »

On peut estimer qu’avec une moyenne de quatre personnes par ménage pour chaque micro-entrepreneur, les activités soutenues par la microfinance impactent positivement la vie de près de 1,5 million de Tunisiens. Sans compter que les micro-entrepreneurs eux-mêmes ont créé près de 100 000 emplois, souvent informels. En moyenne, deux tiers des candidats à un premier micro-crédit auprès d’Enda sont acceptés.

Certes, ces femmes font face face à des obstacles, qu’ils soient sociaux ou bureaucratiques, qui les découragent. Culturellement, elles sont ainsi confrontées à des barrières sociales qui affectent directement leur mobilité. Tandis que la culture entrepreneuriale demeure peu développée en Tunisie, où plus du tiers des diplômés ont pour ambition d’occuper un poste de fonctionnaire.

Les professionnels répondent par des formations et encadrements en gestion, en commerce, en design et en éducation financière. Si elle est souvent délaissée par les hommes, cette formation permet aux femmes de mieux gérer leur épargne et leurs budgets.

Dans le contexte tunisien et contrairement aux idées reçues, les données d’Enda montrent que les personnes pauvres et les femmes en particulier, remboursent leur prêt.

Parmi le faible pourcentage de clients en défaut de remboursement (moins de 2 %), un tiers seulement est composé de femmes. Ces dernières ont une très forte capacité à contribuer davantage à l’économie, que ce soit en Tunisie ou ailleurs. « Mieux les intégrer enrichira la société tout entière », conclut ce professionnel de la microfinance.

Une réponse à “Où êtes-vous ? Le continent a besoin d’entrepreneures”

  1. Author Thumbnail Gabriel dit :

    Très bonne initiative par la Société Générale ! Les TPE/PME portent la croissance économique du pays et sont au cœur de son développement. Depuis Février, nous avons la chance d’accompagner également les entrepreneurs camerounais avec l’ouverture de notre agence de conseil RBMG, spécialisée dans l’accompagnement, à Douala ! Voici le site de notre agence : https://rbmg-consulting.com/cm/cameroun/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts