Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

OCP Group renforce ses services à l’industrie

Associé au Boston Consulting Group, le producteur marocain OCP Group fournira aux entreprises de nouvelles solutions industrielles. Lesquelles qui iront de l’expertise industrielle à l’intelligence artificielle, en passant par les offres numériques.

Par Kimberly Adams

Le groupe OCP et le Boston Consulting Group unissent leurs forces pour proposer une offre unique dans le domaine de la maintenance et la digitalisation industrielle.

Lors de la signature de ce partenariat, Abdenour Jbili, directeur exécutif de OCP-MS a expliqué que cette collaboration « permettra de proposer une offre globale et unique sur le marché afin de professionnaliser les pratiques industrielles en matière de maintenance 4.0 et d’accompagner les entreprises dans leur transformation digitale ».

À travers leurs filiales spécialisées, OCP Maintenance Solutions (OCP-MS) et BCG Gamma, les deux partenaires ont signé un protocole d’accord, au sein de l’université Mohammed VI Polytechnique, afin de mutualiser leurs savoir-faire respectifs.  BCG Gamma est l’entité du bureau de BCG de Casablanca, spécialisée dans l’intelligence artificielle et la data science.

Ils coopéreront pour fournir conjointement des solutions intégrant l’expertise industrielle, le digital et l’intelligence artificielle aux grands groupes industriels, en Afrique et à l’international. Il s’agit, à en croire ces acteurs, d’une collaboration inédite pour la mise en place de produits allant de l’optimisation de la production et des processus, aux solutions en matière de maintenance prédictive.

Dans le cadre du développement de ses activités en matière d’opération et maintenance industrielles, OCP MS s’appuiera sur l’expertise confirmée de BCG Gamma en science des données et en intelligence artificielle appliquée à la maintenance prédictive, l’optimisation des opérations et à la simulation des processus.

De plus, la filiale du leader marocain des phosphates s’appuiera sur sa propre expérience en conduite de transformation à large échelle. En effet le savoir-faire d’OCP-MS permettra notamment d’améliorer la qualité ainsi que la fiabilité des processus grâce à des systèmes intelligents et en réseau et ce, afin d’étendre ses opportunités commerciales tant au niveau africain qu’international.

Lors de la signature de ce partenariat, Abdenour Jbili, directeur exécutif de OCP-MS a expliqué que cette collaboration « permettra de proposer une offre globale et unique sur le marché afin de professionnaliser les pratiques industrielles en matière de maintenance 4.0 et d’accompagner les entreprises dans leur transformation digitale ».

Depuis sa création en 2015, BCG Gamma développe avec ses clients des solutions basées sur l’Intelligence artificielle permettant d’avoir un très fort impact sur leurs résultats. À partir de son hub à Casablanca et à travers cette collaboration, BCG Gamma s’appuiera sur le savoir-faire d’OCP MS pour la mise en place de produits allant de l’optimisation de la production et des processus, aux solutions en matière de maintenance prédictive.

Ce bureau africain est dirigé par Hamid Maher. Selon lui, « cette alliance combinera l’expertise industrielle éprouvée de OCP-MS et notre savoir-faire en matière d’IA, pour permettre aux industriels africains de matérialiser des gains de productivité massifs ».

Plus généralement, la présence du BCG en Afrique comprend cinq bureaux permanents, à savoir à Casablanca, Lagos, Luanda, Johannesburg et Nairobi et sept centres de recherche.

ENCADRE – Une stratégie réaffirmée dans l’eau

Au cours d’un séminaire organisé par la Commission marocaine pour l’eau (Coalma), le groupe OCP a réaffirmé ses ambitions en matière de développement durable, principalement dans l’eau. Pour Hanane Mourchid, directrice de ce pôle chez le groupe marocain, « le développement durable est une composante importante de la stratégie de développement d’OCP, dont l’ambition est de doubler sa capacité minière et de tripler sa production d’engrais ». Pour ce faire, celui-ci se fixe huit grands objectifs à l’horizon 2030. Parmi eux, utiliser 100% d’eaux « non conventionnelles » (eaux usées domestiques épurées et les eaux de mer dessalées).

Tandis que les besoins en eau vont tripler, explique Karim Saoud, vice président Water&Energie du groupe, ce dernier va investir 3,5 milliards de dirhams marocains pour satisfaire tous les besoins. Accompagnant le développement industriel, les eaux non conventionnelles deviendront progressivement les seules utilisées.

À ce jour 1,2 milliard de dirhams ont déjà été investis, permettant de couvrir 31% des besoins en eaux, notamment grâce aux stations de dessalement et les stations de traitement des eaux usées (STEP). La station de Lâayoune, construite en 2006, dotée d’une capacité de 1,2 million de m3 par an, va connaître une extension de 7,5 millions de m3. La nouvelle unité entrera en service dans trois ans. OCP commence à construire une quatrième STEP au sud du pays.

A LIRE AUSSI

OCP : Le défi d’une industrie prospère et durable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts