Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

L’Algérie en pointe pour la 5G, en retard pour la 4G

Les trois opérateurs de réseau mobile 4G ont reçu de fortes amendes, après les avertissements réitérés de l’autorité de régulation face à leurs retards en matière de couverture réseau. Lesquels n’empêchent pas les ambitions de l’Algérie pour la 5G.

Par Laurent Soucaille

L’Autorité algérienne de régulation de la Poste et des communications électroniques (Arpce) a mis sa menace à exécution. Elle a infligé des lourdes amendes aux trois opérateurs de réseau mobile actifs en Algérie, pintant des « manquements enregistrés en matière de couverture et de qualité de services ».

Alger abrite son premier centre d’innovations basé sur la technologie 5G. Ou plus exactement, sur la « pré-5G ». Il servira au transfert des connaissances sur le haut débit, en plus d’aider les jeunes entrepreneurs et porteurs de projet à tester leurs innovations.

Ainsi Djezzy, Mobilis et Ooredoo devront s’acquitter d’un total de 172,519 millions de dinars algériens (1,137 million d’euros). Soient 63, 9 millions de DA contre Mobilis, 82,6 millions de DA contre Djeezy et 26 millions de DA contre Ooredoo, selon un communiqué de l’Arpce.

Ces sanctions, précise l’Autorité, interviennent « suite à une opération de contrôle et d’évaluation effectuée du 16 février au 12 mars 2020, qui a porté dans une première phase sur cinq wilayas », Adrar, Blida, Constantine, Djelfa et Tlemcen.

« Comme déjà annoncé dans son communiqué du 3 mai 2020, l’Autorité de régulation a mis en demeure les opérateurs de la téléphonie mobile ATM (Mobilis), OTA (Djezzy) et WTA (Ooredoo) afin de se conformer aux exigences de couverture et de qualité de service de leurs réseaux 4G », rappelle l’Arpce.

« Suite à cette mise en demeure, et compte tenu de l’allègement des conditions de confinement, l’Autorité de régulation a mené du 16 au 25 août 2020, dans les cinq wilayas suscitées, une opération d’audit afin d’évaluer le niveau de prise en charge des manquements enregistrés en matière de couverture et de qualité de services. »

En effet, les trois opérateurs ne se sont pas conformés à leur obligation de couverture. Par exemple, Djeezy, qui devait assurer 30% de couverture à la wilaya d’Adrar n’en couvre, selon le rapport de l’Arpce, que 19,6%. Depuis plusieurs mois, les clients des trois opérateurs mobiles, comme ceux comme de l’Internet via ADSL, se plaignent de la mauvaise qualité des réseaux.

Des essais convaincants pour la 5G

Lors du Conseil des ministres du 24 août, le président Abdelmadjid Tebboune avait instruit le ministre de la Poste et des TIC, Brahim Boumzar, à « trouver une solution définitive au problème de faiblesse du débit internet, définir les facteurs nuisibles et soumettre le dossier au Conseil des ministres si le besoin se fait sentir ».

Ses sanctions interviennent alors que l’Algérie, souvent pointée du doigt pour ses retards dans la couverture de la 3G et de la 4G, souhaite devenir un pays en avance… dans le déploiement de la 5G.

Les premiers essais, menés depuis 2018 à Oran par Mobilis et Huawei, seraient « très convaincants », rapporte le quotidien Le Soir d’Algérie. D’autres essais ont été menés, cette fois à Alger, durant le mois d’août 2020, avant que plusieurs wilayas ne soient concernées.Plusieurs milliards de dollars seraient investis dans ce gigantesque projet, au cours des quinze prochaines années. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This