Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

« La transformation numérique est l’affaire de tous », juge Vera Songwe

De son côté, Jean-Philbert Nsengimana, pour Future State, considère : « Il s’agit de ne laisser personne pour compte en matière d’opportunités et de prospérité promises par l’économie des données ».

L’économie des données, explique-t-il, est un paysage concurrentiel qui prospère en offrant aux gens un choix maximal ; la confiance est également cruciale dans ce domaine. Elle se construit par l’ouverture, la transparence, la responsabilité, la sûreté et la sécurité.

Deux nouveaux Pop Orange

Pour sa part, Lacina Koné, de Smart Africa, rappelle que dans les économies émergentes d’Afrique, la protection des données est cruciale et doit commencer par la construction d’infrastructures sécurisées.

Sur ce point, il est rejoint par Orange, qui vient d’inaugurer deux « points de présence » (PoP) voix internationaux. L’un à Lagos (Nigeria), l’autre à Accra (Ghana). Le groupe français a aussi installé une chambre de compensation pour l’hébergement des données de roaming, qui sera opérationnelle au 1er janvier 2021.

Depuis 2015, Orange utilise son Roaming Operational Center à Abidjan, centre de compétence mondial qui pilote les tests et les ouvertures des routes de roaming, soit en direct avec ses partenaires régionaux et mondiaux, soit via son Hub. Lequel compte une centaine d’opérateurs raccordés.

Les nouveaux PoP, combinés à ceux dont dispose déjà Orange à travers ses 17 filiales, permettront d’héberger et de faire transiter en Afrique tout le trafic voix entre les opérateurs qui y seront raccordés.

Ils faciliteront la connectivité interrégionale et proposeront une offre de services enrichie à tous les opérateurs mobiles africains. Pour Orange, Jérôme Barré souligne que « l’ambition d’Orange est de maintenir tous les trafics et tous les flux en Afrique, et ainsi de contribuer à l’essor de l’économie numérique de ce continent ».

Ce nouvel investissement d’Orange en Afrique entre dans le cadre de son soutien au projet « One African Network » de Smart Africa. Dont le dirigeant salue cette initiative.

Les données un vrai enjeu

Lacina Koné confirme que cette maîtrise du trafic « est importante pour assurer un accès universel à travers des économies de coûts et une souveraineté des données, ce qui est une caractéristique de notre politique en matière de données. »

Rappelons que Smart Africa regroupe les initiatives des dirigeants africains visant à accélérer le développement de l’économie du savoir, grâce à un accès abordable au haut débit et à l’utilisation des TIC.

Et que Future State est une initiative de la Fondation des Nations unies qui entreprend des recherches à fort impact et facilite les transformations nécessaires pour que tous puissent bénéficier de l’économie des données.

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts