x
Close
Mentorat

Un programme pour autonomiser les femmes entrepreneures

Un programme pour autonomiser les femmes entrepreneures
  • Publiéavril 14, 2022

Women In Africa et la Fondation Coca-Cola unissent leurs forces pour autonomiser 20 000 femmes sur trois ans. L’initiative JAMII Femmes, lancée en Côte d’Ivoire et au Nigeria le 30 mars 2022, débute ce 14 avril au Kenya.

 

Par Aude Darc

L’appel à candidature se poursuit pour l’opération JAMII Femmes, menée conjointement par Women in Africa et la Fondation Coca-Cola. Ce programme vise à renforcer l’impact de 20 000 femmes entrepreneures de dix pays africains. Pendant trois ans, les participants seront soutenus par une formation en ligne, du réseautage, du mentorat et des ateliers de travail dans leur pays. Le programme cherche des solutions innovantes pour apporter des changements positifs en Afrique en améliorant la qualité de vie de milliers de personnes. Les organisateurs concentreront leurs efforts auprès des femmes qui présentent des solutions innovantes en faveur du développement durable.

« Notre objectif est de donner aux femmes africaines l’accès aux ressources et aux champions qui peuvent les préparer au succès », explique Hafsat Abiola, présidente de Women In Africa. « Ce programme touchera directement 20 000 femmes et indirectement plus de 60 000 personnes. Ouvrir des voies vers leur succès est la clé de l’essor de l’Afrique. »

« L’initiative JAMII Femmes aura un impact profond sur tout le continent africain en soutenant les femmes par l’éducation, la didactique financière, la formation entrepreneuriale et le mentorat. Il s’attaque aux obstacles connus qui empêchent les femmes entrepreneures de réussir sur le marché. »

Patricia Obozuwa est vice-présidente Afrique pour les affaires publiques, la communication et la durabilité chez Coca-Cola. Elle considère que cette initiative « stimulera les opportunités de création d’entreprises en améliorant l’accès à la formation professionnelle, aux réseaux, aux finances et aux marchés ».

Dans sa première année, le programme s’adresse à trois pays : la Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Kenya, où l’appel à candidature débute ce 14 avril. Dans ce dernier pays, relèvent les partenaires, le potentiel entrepreneurial des femmes, bien que tangible, souffre de divers freins, également constatés ailleurs. Comme l’ont déjà relevé la Banque africaine de développement et l’Organisation internationale du travail, les entreprises détenues par des femmes représentent 48 % des PME. Dont seulement 1,5 % des entreprises ont déjà reçu un prêt d’une banque commerciale. L’accès au crédit et au financement constitue un obstacle à surmonter pour la croissance des entreprises appartenant à des femmes.

 

Valoriser les idées créatives

En Côte d’Ivoire, 26,3% des entreprises comptent au moins une femme comme actionnaire ; le besoin de formation, de financement et d’accompagnement se fait naturellement sentir.  L’Agence CI PME avait reçu un tiers de demandes émanant de femmes dans ses dossiers de formation. Elles demandaient par exemple un renforcement de capacités techniques et managériales (39%) ou des conseils en financement et en entrepreneuriat (17%).

L’accès à la formation leur permettrait d’engager un changement d’échelle de deux manières ; l’un leur permettant de formaliser leur structure économique en créant leur propre entreprise dans le secteur agricole, où elles sont majoritairement actives. Et l’autre leur permettant de diversifier leurs activités en s’orientant vers d’autres secteurs porteurs.

Ainsi, 7 000 femmes entrepreneures seront sélectionnées dans ces premiers trois pays, pour participer à un programme de formation en ligne, d’août à novembre 2022. Ces sessions seront menées par le réseau d’enseignement Honoris United Universities, partenaire habituel de WIA. Les étudiantes y jetteront les bases de leurs idées créatives et pourront acquérir des connaissances sur le leadership et les compétences managériales. De ce bassin de femmes, plus de 600 entrepreneures recevront des subventions pour soutenir le développement de leur entreprise et accroître leur impact sur les communautés. En janvier 2023, 70 bénéficiaires sélectionnés bénéficieront d’un programme d’accélération de deux semaines.

Elles recevront un programme de soutien complet ainsi que des séances de mentorat avec des spécialistes. À la fin du programme, une lauréate de chaque pays recevra un prix de 10 000 dollars pour soutenir son projet.

Les partenaires sont convaincus du succès de l’opération, à grande échelle.  « Nous nous engageons à préparer les femmes à des emplois professionnels ou à lancer et développer leur propre entreprise », promet Saadia Madsbjerg, présidente de la Fondation Coca-Cola. « L’initiative JAMII Femmes aura un impact profond sur tout le continent africain en soutenant les femmes par l’éducation, la didactique financière, la formation entrepreneuriale et le mentorat. Il s’attaque aux obstacles connus qui empêchent les femmes entrepreneures de réussir sur le marché. »

En savoir plus sur : wia-initiative.com/fr/jamii-femmes.

@NA

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.