x
Close
Mentorat

Un Do-Tank pour prospérer en Afrique

Un Do-Tank pour prospérer en Afrique
  • Publiéfévrier 19, 2022

Penser, c’est bien, faire, c’est mieux. Afin d’aider les projets à impact, une cinquantaine de dirigeants français constituent un « Do-Tank », Station A, destiné à aider les entrepreneurs français à répondre aux besoins de l’Afrique. Un programme de mentorat est déjà lancé.

Par Marie-Anne Lubin

Un groupe de dirigeants ou cadres d’entreprises, franco-africains pour l’essentiel, ont créé un « Do-Tank » destiné à aider les nouveaux entrepreneurs.

Station A – pour « Station Africa » –, veut apporter des solutions aux nouveaux entrepreneurs à impact, basés en France, et qui souhaitent accélérer leurs projets avec le continent africain. Sa première initiative est un programme de tutorat, baptisé MBA, pour « Mentoring for Business with Africa ».

Station A est né sous l’impulsion de Karim Aït-Talb, dirigeant d’entreprise dans l’agro-industrie entre la France et le continent africain. Il est notamment directeur général du groupe Advens-Geocoton, que l’on retrouve au capital du camerounais Sodecoton.

« Nous voulons créer un concentré de potentiel franco-africain, conscient des enjeux de notre génération et auxquels les entrepreneurs peuvent apporter des solutions concrètes. C’est une autre manière d’illustrer comment l’Afrique et la France ont un destin commun. » 

Le dirigeant de 43 ans s’est entouré d’une cinquantaine d’experts des secteurs privé et public et du monde économique. Station A, explique-t-il, a pour objectif d’identifier, de parrainer et d’accélérer le développement de la nouvelle génération d’entrepreneurs à impact basée en France, désireuse d’engager ses efforts et d’investir son potentiel partout en Afrique.

Station A entend développer un incubateur, ainsi qu’un outil de recherche de financement et une plateforme de financement participatif pour des projets à impact sur le continent.

Le programme MBA mobilise « dans le cadre d’un partenariat inédit », dix réseaux d’entrepreneurs et d’investisseurs français spécialisés sur l’Afrique, désireux de contribuer bénévolement à faire émerger la nouvelle génération d’entrepreneurs à impact sur le continent.

À chaque candidat son mentor

On retrouve en effet des sigles bien connus : BPI France, MEDEF International, Stratexio, le réseau OSCI (Opérateurs spécialisés du commerce international, Business France, le CIAN, la French-African Foundation, l’association Je m’engage pour l’Afrique, le Conseil présidentiel pour l’Afrique et le réseau d’entrepreneurs de la CCI de Marseille, Africalink.

Soit les noms, par exemple, de Jean-March Gravellini (Compagnie fruitière, AFD), Hamza Hraoui (MGH Partners), Stéphanie Rivoal (Meridiam, ancienne ambassadrice de France en Ouganda), Frédéric Morel Barbier (Tilder, MEDEF-International) et Arnaud Floris (BPI France).

« Une fois sélectionné, le candidat sera connecté à une référence dans son secteur d’activité, c’est-à-dire à un chef d’entreprise, membre bénévole de Station A, ayant une expérience reconnue en Afrique, et auquel il aurait difficilement accès sans passer par notre programme », résume Karim Aït-Talb.

Après le dépôt de candidature en ligne, – la première fenêtre se ferme le 15 avril –, le dossier de chaque candidat sera étudié par un jury constitué des 50 experts de Station A. Les profils retenus, 25 par promotion – il est prévu quatre promotions par an –, seront mis en contact avec un mentor.

Lequel les appuiera grâce à son réseau et à son expérience afin de relever les défis de leur entreprise. Des rendez-vous réguliers seront organisés entre chacun, en physique ou en visio, pendant un an.

Ce programme est ouvert à tous les entrepreneurs âgés de 18 à 45 ans. « Avec ce MBA, nous voulons créer un concentré de potentiel franco-africain, conscient des enjeux de notre génération et auxquels les entrepreneurs peuvent apporter des solutions concrètes. C’est une autre manière d’illustrer comment l’Afrique et la France ont un destin commun », conclut Karim Aït-Talb.

 « Je me réjouis de cette mobilisation inédite d’entrepreneurs et d’acteurs privés, qui ont choisi de donner de leur temps pour faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs entre nos deux continents », commente ministre français du Commerce extérieur et de l’Attractivité.

Franck Riester a lancé officiellement les travaux du mentorat le 15 février 2022, à Marseille, dans le cadre du Relance Tour Export. « Cette initiative privée constitue une autre déclinaison entrepreneuriale au profit des nouvelles réussites et du nouveau récit entre les pays d’Afrique et la France que nous appelons tous de nos vœux. »  En savoir plus et candidatures sur www.station-a.org.

@ABF 

 

Écrit par
Par Marie-Anne Lubin

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.