Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Maroc Telecom soutenu par ses filiales africaines

En 2020, Maroc Telecom a enregistré des résultats opérationnels conformes aux objectifs, grâce aux performances de Moov Africa. Pour 2021, le groupe prévient d’un chiffre d’affaires et d’un résultat opérationnel en baisse, mais intensifiera ses investissements.

Par Laurent Soucaille

La Bourse de Casablanca a accueilli fraîchement la communication financière de Maroc Telecom. Certes, le groupe affiche des résultats 2020 conforme à ses objectifs. C’est-à-dire marqués par un tassement du chiffre d’affaires et des résultats, plombés par la concurrence dans le mobile au Maroc. Surtout, l’année 2021 s’annonce délicate, le groupe prévoyant un nouveau repli de son activité et de ses résultats opérationnels.  

Maroc Telecom maintient ses marges, « démontrant ainsi sa résilience et sa forte capacité à s’adapter aux conditions imposées par une crise sanitaire et économique inédite », estime Abdeslam Ahizoune, président du Directoire.

L’exercice 2020 se solde par une hausse de 8,1% de la base clients du groupe, qui atteint près de 73 millions de clients. L’activité a bénéficié de la croissance des filiales africaines, Moov Africa, de 1,4% à périmètre comparable, grâce aux activités de la Data Mobile et des services de Mobile Money. 

Au Maroc, la téléphonie fixe a enregistré une solide croissance (+13,2%) ; voilà qui permet au groupe d’améliorer sa marge brute (Ebitda) à 51,9% du chiffre d’affaires, contre 51,2% en 2019.

« Sur l’année 2020, Maroc Telecom affiche des résultats opérationnels conformes aux objectifs », confirme Abdeslam Ahizoune, président du Directoire. Grâce aux efforts continus de maîtrise des coûts et aux multiples innovations, Maroc Telecom maintient ses marges, « démontrant ainsi sa résilience et sa forte capacité à s’adapter aux conditions imposées par une crise sanitaire et économique inédite ».

Au Maroc, malgré les effets de cette crise et une forte pression concurrentielle, les investissements importants réalisés dans le très haut débit confortent son leadership et sa position d’opérateur pionnier. Le groupe a subi une sensible perte de marché dans le mobile, sur son marché domestique. À l’international, le groupe a fait le choix, fin 2020, de réunir les différentes filiales sous une identité visuelle commune « Moov Africa » qui reflète la dynamique de leur croissance.

A LIRE AUSSI

Les filiales de Maroc Telecom deviennent Moov Africa

Pause dans les investissements

« Le chantier de digitalisation engagé par le groupe se poursuit et a démontré son efficacité face à un environnement contraignant imposé par la pandémie », juge Abdeslam Ahizoune.

Maroc Telecom a dégagé un chiffre d’affaires de 36,769 milliards de dirhams (3,4 milliards d’euros), en hausse de 0,7% (-0,8% à périmètre constant). De son côté, le résultat opérationnel à fin 2020, s’élève à 11,598 milliards (1,07 milliard d’euros, + 0,8%). La baisse du résultat net part du groupe (-0,4%) n’est pas significative.

D’autant que l’année a été marquée par un recul de 38% des investissements. Ces derniers « ont été adaptés au contexte de crise sanitaire et orientés vers la forte demande en accès Internet Fixe, les extensions des infrastructures Data, et la qualité de service », explique Maroc Telecom. Qui précise que les investissements représentent 9% du chiffre d’affaires, soit un niveau conforme aux objectifs. Conséquence logique, le cash flow augmente de près de 18%.

Au Maroc, l’année 2020 a été marquée par la mise en œuvre de l’encadrement pluriannuel des tarifs de terminaisons d’appel mobile et fixe. La manœuvre implique une baisse des tarifs pour le mobile de 35% pour Maroc Telecom contre 25% pour Orange et 22% pour Inwi (Wana Corporate), ce qui a maintenu l’asymétrie.

Le quatrième trimestre a aussi été marqué par l’obtention d’une licence 4G pour Mauritel (Mauritanie), pour un montant total de 124 millions de dirhams. Dans le mobile, à l’international, Moov Africa a enregistré, sur l’ensemble de l’année, une croissance de 30% au Mali, de 9,8% au Burkina Faso, de 6,8% en Mauritanie, de 15,2% au Tchad, de 11,6% au Togo, de 12% en Côte d’Ivoire, etc.

Pour l’année en cours, sur la base des évolutions récentes du marché et dans la mesure où aucun nouvel événement majeur ne viendrait perturber l’activité, Maroc Telecom prévoit donc, à périmètre et change constants, une baisse du chiffre d’affaires et de l’Ebitda. En revanche, les investissements pourraient monter à 15% du chiffre d’affaires.

Le Directoire proposera à l’assemblée générale la distribution de 3,5 milliards de dirhams, soit 4,01 dirhams par action, représentant un rendement de 2,8%, sur la base d’une action à 145,3 dirhams, son cours du 18 février.

LS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts