x
Close
African Business

Madagascar maintient ses objectifs de développement

Madagascar maintient ses objectifs de développement
  • Publiémai 13, 2024

Avec l’appui de la Banque africaine de développement, Madagascar renforce son agro-industrie, ses transports routiers, appuyant une économie plus inclusive pour les femmes.

 

Les relations entre le gouvernement de Madagascar et la BAD (Banque africaine de développement) sont au beau fixe. À mi-parcours du Document de stratégie pays 2022-2026 (DSP), les deux parties ont convenu d’en maintenir les orientations stratégiques.

Lors des deux premières années du DSP, les projets financés par la Banque ont notamment contribué à l’aménagement de plus de 20 000 hectares de terres irriguées, à la construction et à l’aménagement de plus de 270 kilomètres de routes et à la création de milliers d’emplois directs et indirects.

Par ailleurs, l’ouverture de la première raffinerie aurifère de Madagascar sera entreprise en collaboration avec les Émirats arabes unis.

Grâce à la mise en œuvre des projets agricoles, en particulier le Projet jeunes entreprises rurales dans le Moyen-Ouest et le Projet du Programme d’entreprenariat des jeunes dans l’agriculture et dans l’agro-industrie, la BAD a contribué à l’accroissement de la production de riz de quatre millions de tonnes en 2021 à 5,32 millions de tonnes en 2023.

Dans le domaine du genre, l’appui de la BAD a permis un accompagnement technique et financier de 354 micro entreprises et PME agricoles dirigées par des femmes, permettant la création de, le chiffre communiqué par la BAD est précis, 7 584 emplois féminins. Dans le secteur du transport, la réalisation du Projet d’aménagement de corridor et de facilitation du commerce a permis une hausse significative du trafic moyen des poids lourds.

Les deux parties se sont également accordées à maintenir inchangés les secteurs où la BAD accentue ses efforts pour les deux prochaines années : le transport, l’énergie, l’agriculture et l’industrie. Les deux domaines prioritaires du DSP 2022-2026 restent fixés autour du développement des infrastructures de transport et d’énergie pour la croissance inclusive, et du soutien à la transformation de l’agriculture et au développement de l’industrie manufacturière.

Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, ministre de l’Économie et des Finances de Madagascar, a indiqué, lors d’un atelier de travail avec la BAD, que le gouvernement malagasy restait déterminé à poursuivre son partenariat stratégique avec la banque de développement. Son objectif de combler le retard dans la transformation structurelle de son économie, tout en créant les conditions nécessaires pour une croissance plus inclusive et partagée.

 

Objectifs atteints

« Les perspectives sont nombreuses et plusieurs défis restent à relever. D’où la pertinence de la revue de performance du portefeuille pour orienter et améliorer, de manière concertée, la mise en œuvre des projets pour maximiser les résultats attendus des projets. »

De son côté, Adam Amoumoun, responsable du bureau de la BAD à Madagascar se « réjouis de constater que l’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie 2022-2026, après deux années, est positive ». À son sens, « cela indique que les objectifs du programme opérationnel sont largement atteints, non seulement en termes de ressources mobilisées, mais également en termes de réalisations sur le terrain et d’impact sur les populations ».

Le 1er mai 2024, le portefeuille actif du Groupe de la Banque à Madagascar comptait vingt opérations pour un montant total d’environ 830 millions de dollars.

****

En bref

Une raffinerie d’or en 2025

 

L’ouverture de la première raffinerie aurifère de Madagascar sera entreprise en collaboration avec les Émirats arabes unis., révèle le site 2424.mg. Le président de la République, Andry Rajoelina (photo ci-contre), l’a annoncé dans son discours en marge de la 13e édition du congrès de la Réunion annuelle de l’investissement (AIM) à Abu Dhabi. Le Président n’a pas apporté davantage de détails sur la forme de collaboration entre les deux pays. Les Émirats sont le principal importateur d’or de Madagascar, avec la Chine. Cette raffinerie limitera les trafics et réduira les coûts induits par le traitement coûteux en Suisse ou en Turquie pour obtenir des lingots de 24 carats, comme l’exigent les normes internationales.

Le site devrait être en fonction dès 2025. Le président malgache avait déjà expliqué, en début d’année, que l’objectif de cette raffinerie aurifère est « de transformer nous-mêmes à Madagascar l’or extrait des sols malgaches en or monétaire et en lingots d’or avant de l’exporter de façon légale et suivant les normes ». L’État a pour objectif d’exporter annuellement 15 tonnes d’or.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *