x
Close
African Business

L’expertise des douaniers coréens

L’expertise des douaniers coréens
  • Publiéjuillet 3, 2024

La BAD signe un accord de coopération avec les Douanes de Corée du Sud, afin de moderniser les processus commerciaux et faciliter les échanges intercontinentaux.

 

L’Afrique devrait bénéficier de technologies douanières améliorées pour stimuler le commerce intra-africain, considère la Banque africaine de développement. C’est pour cela que la BAD et le Service des douanes coréennes (KCS) ont signé, ce 3 juillet 2024, un aide-mémoire de facilitation des réformes et de la modernisation douanières, qui mettra à profit l’expertise et les systèmes douaniers coréens afin d’améliorer les processus commerciaux en Afrique. Cet accord pourrait accroître le commerce intracontinental et soutenir les efforts d’intégration régionale, juge l’institution panafricaine.

Cet aide-mémoire vise à promouvoir la facilitation des échanges commerciaux entre les pays africains en soutenant les réformes et la modernisation douanières, en mettant l’accent sur la transparence des opérations et l’amélioration de la gestion des frontières afin d’accroître les recettes.

Les principaux domaines de coopération comprennent le renforcement des capacités et l’assistance technique pour la modernisation douanière, des séminaires nationaux et régionaux sur les systèmes de dédouanement électronique, ainsi que des visites de sites pour les agents des douanes africaines, afin qu’ils puissent faire l’expérience des efforts de numérisation de la KCS.

L’accord prévoit un soutien technique pour la création de systèmes de dédouanement électronique et de gestion de l’origine en Afrique, une collaboration sur la facilitation des échanges commerciaux et de transport le long des corridors et des postes frontaliers africains, la diffusion des meilleures pratiques en matière de facilitation des échanges commerciaux et des études conjointes sur les politiques de modernisation douanière pour les Communautés économiques régionales d’Afrique.

« Nous ne saurions trop insister sur l’importance de cet aide-mémoire qui porte sur la facilitation des réformes et de la modernisation douanières. Il dynamisera les opérations de la Banque en matière de promotion des échanges commerciaux et des réformes douanières, contribuant ainsi à lever les barrières non tarifaires et autres obstacles au commerce intra-africain et extérieur et à la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine », a déclaré Salomon Quaynor, vice-président de la BAD.

 

Une solide base de coopération

De son côté, le directeur général du KCS, Ko Kwang-hyo, a souligné l’engagement de la Corée à partager son expertise, notamment par le biais de son système de dédouanement électronique UNI-PASS. En s’appuyant sur cet aide-mémoire, le Service des Douanes coréennes prévoit de lancer diverses activités pour faciliter le commerce en Afrique et de favoriser une coopération active dans de nouveaux domaines, notamment la distribution du « One-stop Origin Management System » du KCS, des programmes de renforcement des capacités pour les agents des douanes et des études conjointes sur la modernisation douanière des Communautés économiques régionales.

L’aide-mémoire s’aligne sur le programme de développement de la BAD, en particulier en ce qui concerne l’intégration régionale. Il vise également à soutenir la mise en œuvre de la ZLECAf, en s’attaquant aux défis critiques de la facilitation des échanges commerciaux.

Il s’appuie également sur « une solide base de coopération » entre la BAD et la Corée, qui a rejoint l’institution panafricaine en tant qu’actionnaire en 1982. À ce jour, le pays a contribué à hauteur de près de 800 millions de dollars au Groupe de la BAD et vise à devenir son dixième plus grand donateur, d’ici à 2031.

Parmi les réalisations notables du partenariat entre la Corée et la BAD figurent le Cadre d’investissement dans l’énergie, de 600 millions $, signé en mai 2021, le Fonds fiduciaire de la coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC) créé en 2007 – actuellement le plus important fonds bilatéral géré par la Banque –, et la Conférence ministérielle biennale de la KOAFEC, qui promeut un dialogue politique de haut niveau entre l’Afrique et la Corée.

*****

En bref

Appui aux femmes maraîchères de Mauritanie

 

La BAD va accorder un don de 17 millions $ à la Mauritanie pour mettre en œuvre le Projet de promotion de chaînes de valeur agricoles sensibles au genre et de l’entreprenariat féminin.

L’appui a pour objectif d’accroître la productivité et de valoriser les produits agricoles, afin d’augmenter les revenus des femmes et de soutenir la promotion de l’entreprenariat des femmes et des filles. Ce projet constitue une opération d’adaptation aux changements climatiques et de promotion de l’inclusion.

« Il constitue un levier important de la transformation agricole en Mauritanie. Il va impulser l’autonomisation des femmes, la productivité, la production et le conditionnement de légumes. Il favorisera la constitution de pôles et de bassins locaux de production maraîchère en toute saison, permettant ainsi d’éviter les ruptures de production au niveau national », considère la responsable pays de la BAD pour la Mauritanie, Malinne Blomberg.

 

Des femmes maraîchères  en Mauritanie (illustration : BAD).
Des femmes maraîchères en Mauritanie (illustration : BAD).

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *