Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Levée obligataire record pour Sonatel

Vif succès pour l’obligation de 100 milliards de F.CFA de Sonatel à la Bourse régionale des valeurs mobilières. Il montre que le marché de la dette ouest-africaine a la capacité d’absorber une émission importante, malgré un environnement économique difficile.

Par Richard Ndem

Depuis la pandémie de la Covid-19, la sécurité alimentaire, l’accès aux soins de santé et aux services publics tels que l’électricité, l’eau, le gaz et les télécommunications sont devenus des priorités nationales. Les entreprises impliquées dans la fourniture de ces services primaires ont fait preuve de résistance à la récession, en raison de la forte demande de biens et services essentiels.

Le succès et l’ampleur de l’émission obligataire de la société de télécommunications Sonatel reflètent tant les fondamentaux commerciaux de la société que l’attractivité du secteur des télécom. L’opération démontre que le marché des capitaux de dette ouest-africain a la capacité d’absorber une émission importante malgré un environnement économique difficile.

La transaction a testé la profondeur et la capacité d’absorption de la base d’investisseurs Ouest-africains et montre que les marchés obligataires sont un moyen viable pour les entreprises d’exploiter de vastes réserves de capitaux et de diversifier les sources de financement.

Suite à un appel d’offres lancé par Sonatel en 2019, la banque d’investissement sénégalaise Impaxis a remporté le mandat de porter une transaction de 100 milliards de F.CFA (152 millions d’euros) sur le marché local des capitaux. Ce, avant de la faire coter à la BRVM (Bourse régionale des valeurs mobilières), se réjouit Ababacar Diaw, PDG d’Impaxis Securities, la branche marchés et courtage d’Impaxis.

 « Nous recherchions une firme connaissant le marché local obligataire, et capable de relayer une opération d’envergure qui permettrait de combler nos besoins en investissements financiers immédiats, en attendant le produit de l’émission », explique Sékou Dramé, PDG de Sonatel. Impaxis s’est associé au Crédit Suisse (Londres) pour organiser une facilité de crédit relais de 100 millions d’euros, confirme Ababacar Diaw.

La facilité de crédit relais a été entièrement tirée avant l’émission obligataire par Sonatel. Elle sera remboursée par le produit de l’émission. Le risque de change est atténué grâce à l’indexation du franc CFA sur l’euro. L’obligation de 100 milliards de F.CFA a été émise sur la BRVM avec une période de souscription du 15 juin 2020 au 15 juillet 2020. L’opération a été sursouscrite de 22% et clôturée en anticipation début juillet. L’obligation paie un coupon semestriel de 6,5% et a une maturité de sept ans.

Les prêteurs de développement en tant qu’investisseurs de référence

La diversité de la base d’investisseurs est l’une des caractéristiques clés de la transaction ; les banques locales, généralement de grands acteurs sur ce marché, représentent ici moins de 20 % des souscripteurs. Un travail de structuration approfondi et une communication auprès d’une large base d’investisseurs, dont deux investisseurs clés, ont contribué au succès de la transaction. Ce, malgré l’arrivée inattendue de la Covid-19.

Deux prêteurs de développement ont joué un rôle de premier plan dans l’émission de Sonatel. L’African Local Currency Bond Fund (ALCB Fund) et le Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF) ont investi respectivement 5,8 milliards et 15 milliards de F.CFA.

Le Fonds ALCB, qui est géré par Lion’s Head Global Partners (LHGP) Asset Management, a été approché par Impaxis pour agir en tant qu’investisseur de référence et facilitateur à un stade précoce, précise Brock Hoback, directeur exécutif de LHGP Asset Management. Il a œuvré, avec Impaxis et Sonatel, afin d’attirer d’autres investisseurs clés et fournir des conseils sur les exigences commerciales et de procédures des investisseurs locaux et internationaux.

Dans la zone franc CFA ouest-africaine, les transactions en économie réelle restent rares et le fonds ALCB souhaite élargir les types d’investisseurs arrivant sur le marché. « Les impacts sociaux de Sonatel, en améliorant l’inclusion financière, la connectivité et l’accès à l’information sur tous les types de revenus, sont très attrayants pour le fonds ALCB ainsi que pour d’autres prêteurs en développement », précise Karl Von Klitzing, président du Fonds.

L’EAIF, qui fait partie du Private Infrastructure Development Group (PIDG), a un mandat fort pour stimuler le développement des infrastructures dans la région, indique Sumit Kanodia, directeur des investissements chez Ninety One, la société de gestion d’actifs de l’EAIF. « Cette transaction a représenté une bonne opportunité pour l’EAIF de participer à une émission d’obligations en monnaie locale dans la zone franc CFA d’Afrique de l’Ouest. »

Sumit Kanodia ajoute que le fonds s’était initialement engagé à une part importante de la transaction avec une approbation de crédit allant jusqu’à 30 milliards de F.CFA (45,7 millions d’euros). Compte tenu de la réponse positive des investisseurs, la transaction a finalement été sursouscrite de 22% et l’EAIF a réduit sa participation de moitié à 15 milliards de F.CFA pour accueillir davantage d’investisseurs dans la transaction.

Dans l’ensemble, l’obligation Sonatel a attiré environ 21 milliards de F.CFA des deux agences de développement, précise Cheikh Medoune Sylla, responsable des finances de Sonatel. Lequel ajoute que la BOAD (Banque de l’Afrique de l’Ouest) a souscrit la somme considérable de 10 milliards de F.CFA.

Résilience des télécoms

Sonatel est cotée à la BRVM depuis 1998 et sa capitalisation boursière, à elle seule, représente environ 35% de la capitalisation totale de la Bourse. Les actionnaires comprennent Orange (42%) et le gouvernement du Sénégal (27%). Pendant trois ans, jusqu’en 2019, Sonatel a enregistré une croissance moyenne du revenu par unité (ARPU) plus forte que les autres entreprises. Ce qui se traduit par une augmentation continue des revenus annuels depuis 2014 de 816 milliards de F.CFA à 1 087 milliards de F.CFA en 2019 (1,66 milliard d’euros).

Un gage de bonne santé du marché

Du point de vue du financement, l’endettement de Sonatel est également inférieur à celui de la plupart de ses pairs, précise Babacar Diaw. La société offre une connectivité voix et données dans les zones rurales et des services d’argent mobile aux populations qui n’ont pas accès aux solutions bancaires traditionnelles. C’est l’un des plus gros employeurs de la région avec plus de 160 000 employés indirects et un contributeur fiscal majeur.

Ainsi, l’émission obligataire Sonatel de 100 milliards de F.CFA est la plus importante émission à ce jour d’une entité non publique sur la BRVM. La transaction a testé la profondeur et la capacité d’absorption de la base d’investisseurs Ouest-Africains et montre que les marchés obligataires sont un moyen viable pour les entreprises d’exploiter de vastes réserves de capitaux et de diversifier les sources de financement, considère Brock Hoback.

Alors que la Covid-19 a un impact sévère sur l’économie mondiale, la situation actuelle représente une opportunité pour Sonatel et l’industrie des télécommunications, poursuit Babacar Dramé. Les restrictions de mouvement ont accéléré la demande de services de numérisation, de connectivité et de sécurité du réseau.

Les entreprises et les particuliers ont besoin d’un écosystème numérique robuste et amélioré. Les télécommunications sont devenues une industrie de base. Selon le responsable de Sonatel, l’argent mobile et la pénétration des données n’ont pas encore atteint leur plein potentiel.

Le succès de la transaction révèle que l’industrie des télécommunications en Afrique est considérée par les investisseurs comme une matière première résiliente face aux cycles économiques, conclut Karl Von Von Klitzing.

Cet article vous a été présenté par Orbitt www.orbitt.capital

Traduit de l’anglais au français par Laurent Soucaille 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This