x
Close
African Business

L’Europe et la BAD débloquent de nouveaux financements

L’Europe et la BAD débloquent de nouveaux financements
  • Publiéjanvier 30, 2024

La Banque africaine de développement a conclu un accord avec la Commission européenne, permettant une série d’investissements en Afrique subsaharienne dans des corridors de transport stratégiques, dans l’énergie et la connectivité numérique.

 

En marge du Sommet Italie-Afrique, la Commission européenne et la BAD (Banque africaine de développement) ont officialisé un nouvel accord-cadre de partenariat financier visant à stimuler les investissements dans les projets d’infrastructure en Afrique.

La contribution de l’Union européenne aux opérations de cofinancement avec la BAD a considérablement augmenté au cours des deux dernières années, s’élevant désormais à 972 millions d’euros en opérations et garanties mixtes. Ce chiffre augmentera encore après la signature du nouvel accord-cadre de partenariat financier.

Lors du Global Gateway Forum d’octobre 2023, l’UE et la BAD avaient signé un protocole d’accord avec des partenaires mondiaux afin de mobiliser des financements pour le développement du corridor de Lobito.

Signé par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, cet accord renouvelle le partenariat entre les deux organisations. Il ouvre un large éventail d’opportunités permettant aux deux organisations de fournir de nouveaux financements conjoints pour des projets d’infrastructure. Pour l’UE, cet accord s’inscrit dans le droit fil des priorités du « Global Gateway », sa stratégie visant à établir des liaisons durables et de confiance avec les pays partenaires. De 2021 à 2027, par le biais de l’enveloppe d’investissement du Global Gateway Afrique-Union européenne, l’UE soutiendra le continent africain avec des investissements d’une valeur de 150 milliards d’euros.

Se déclarant « très heureuse de lancer une nouvelle ère de coopération avec la BAD », Ursula von der Leyen a considéré que cet accord « nous donnera les moyens de soutenir d’ambitieux projets d’infrastructure à travers l’Afrique dans le cadre du Global Gateway ». Ensemble, les deux partenaires « construirons des économies propres et compétitives sur tout le continent, promouvrons les compétences, créerons des emplois et des opportunités, en particulier pour la jeunesse dynamique de l’Afrique ».

 

Le corridor de Lobito est bien pourvu

Évoquant cet « important accord cadre de partenariat financier », Akinwumi Adesina a salué « l’évolution positive des relations entre l’Afrique et l’Union européenne ». L’accord « permettra à la BAD et à l’UE de tirer parti de leurs ressources respectives pour soutenir de manière significative des investissements transformateurs dans les pays africains et bâtir des économies résilientes et durables ».

Ursula von der Leyen et Akinwumi Adesina.
Ursula von der Leyen et Akinwumi Adesina.

 

Cet accord permettra une série d’investissements en Afrique subsaharienne dans des corridors de transport stratégiques, dans l’énergie et la connectivité numérique. L’un des principaux projets conjoints est le développement du « corridor de Lobito », un corridor de transport innovant qui augmentera les possibilités d’exportation de la Zambie, de l’Angola et de la RD Congo, stimulera la circulation des marchandises et encouragera la mobilité des citoyens.

Une vue du corridor de Lobito.
Une vue du corridor de Lobito.

Lors du Global Gateway Forum d’octobre 2023, l’UE et la BAD avaient signé un protocole d’accord avec des partenaires mondiaux afin de mobiliser des financements pour le développement de ce corridor. Parmi les autres partenaires figurent les gouvernements hôtes de l’Angola, de la RD Congo et de la Zambie, le gouvernement américain et Africa Finance Corporation.

La Commission européenne et la BAD ont étroitement aligné leurs priorités stratégiques et leurs programmations. Un accord de coopération signé en 2014 a expiré en avril 2019. Les négociations en vue d’un nouvel accord ont débuté après la mise en œuvre du nouveau règlement financier de la Commission européenne en 2018. Ces négociations ont également pris en compte les évolutions au sein des deux organisations, notamment les nouvelles dispositions relatives à la conformité de la BAD avec les mesures restrictives de l’UE.

*****

En bref

Soutien à l’énergie en Mauritanie

 

La Mauritanie et la BAD ont signé, le 25 janvier 2024, des accords de financement pour deux projets du secteur de l’énergie en Mauritanie d’un montant total de 289,5 millions de dollars portant sur la production d’énergie solaire, l’interconnexion électrique transnationale et l’électrification rurale. Les financements, composés de prêt et de dons, sont destinés à mettre en œuvre le projet d’interconnexion électrique en 225 Kv Mauritanie-Mali et de développement de centrales solaires associées, ainsi que le projet de renforcement des investissements productifs et énergétiques pour le développement durable des zones rurales.

 « Il n’y a pas de croissance économique durable et diversifiée sans une électricité de qualité, fiable et accessible à tous. Dans ce cadre, le gouvernement a élaboré des programmes ambitieux visant à garantir l’accès de tous les citoyens à l’électricité d’ici à 2030, et ceci nécessite l’exploitation optimale des sources d’énergie disponibles dans le pays, ce à quoi contribueront ces financements de la BAD », a commenté Abdelssalam Mohamed Saleh, ministre mauritanien de l’Économie et du développement durable.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *