x
Close
African Business Energie

Les opportunités du Sénégal dans le gaz

Les opportunités du Sénégal dans le gaz
  • Publiéoctobre 21, 2022

Alors que le premier projet d’exportation de gaz du Sénégal est en voie d’achèvement, la chasse aux acheteurs de gaz et aux investisseurs pour les futures phases de développement est ouverte. Un dossier qui est aussi politique.

 

Les réserves de gaz du Sénégal, à partir desquelles les exportations devraient commencer dans les deux prochaines années, sont la cible d’un intérêt intense de la part des dirigeants européens qui cherchent désespérément des alternatives au gaz russe.

Lors de sa visite au Sénégal en mai, le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré que la sécurisation de l’approvisionnement en GNL du pays était « une question qui mérite d’être étudiée de manière intensive ». Le Royaume-Uni est déjà fortement impliqué dans le secteur offshore, où BP est l’opérateur pour les projets d’exportation de gaz. Le commissaire européen à l’énergie s’est rendu à Dakar plus tôt dans l’année.

Début septembre, le président polonais Andrzej Duda s’est rendu au Sénégal et dans d’autres pays africains producteurs d’hydrocarbures, à savoir le Nigeria et la Côte d’Ivoire, pour discuter, entre autres, de la crise énergétique. Le terminal d’importation de gaz naturel liquéfié (GNL) de la Pologne a déjà reçu sa première cargaison de GNL nigérian et souhaite garantir l’approvisionnement futur.

Pour sa part, le président Macky Sall a mis en avant l’Europe comme destination pour le GNL, notant que la position du Sénégal à l’extrémité occidentale de l’Afrique le place à quelques jours de navigation des marchés européens, tout en laissant entendre qu’il y aurait de la concurrence de la part des acheteurs asiatiques.

 

Une stratégie payante

Ce vif intérêt met en évidence la finesse de la décision de Macky Sall de donner la priorité aux projets d’exportation d’hydrocarbures en mer, plus faciles à financer et plus rapides à construire, plutôt qu’à des projets à grande échelle plus coûteux, avec plus d’installations terrestres et plus de gaz en phase initiale destiné au marché national.

En acceptant des accords qui ont maintenu les coûts opérationnels et financiers initiaux et les risques à des niveaux jugés acceptables pour les compagnies pétrolières internationales, le Sénégal est maintenant en passe de devenir un exportateur de gaz d’ici 2023, avec une production suffisante pour servir les marchés étrangers et nationaux pendant des décennies si la demande se maintient.

Cela se produirait huit ans seulement après la découverte de réserves commerciales de gaz dans les eaux sénégalaises ; un résultat rapide dans le contexte des projets d’hydrocarbures africains. La norme sur le continent est un retard dans la réalisation des projets pendant des années en raison de désaccords financiers et d’incertitudes politiques, surtout dans des États comme le Sénégal qui n’ont pas d’antécédents de production de pétrole et de gaz.

La stabilité politique et économique du Sénégal et ses bonnes relations internationales, ainsi que la formation de Macky Sall, ingénieur géologue ayant une expérience pratique de l’industrie des hydrocarbures, ont contribué à faciliter le développement du gaz.

 

Première production de gaz prévue en 2023

Les premières exportations du Sénégal proviendront de réserves situées en eaux profondes, à cheval sur la frontière maritime avec la Mauritanie. Ces réserves sont exploitées pour le compte des deux pays par BP et son partenaire Kosmos Energy dans le cadre du projet Grand Tortue Ahmeyin (GTA), fruit d’une coopération réussie entre deux pays voisins politiquement, culturellement et économiquement distincts.

Pour la phase 1 du projet, BP utilise une installation flottante de production de GNL de 2,5 millions de tonnes par an, qui est alimentée par un gazoduc depuis un navire flottant de production, de stockage et de déchargement (FPSO) au-dessus du champ. La majeure partie de cette production sera destinée à l’exportation. Le champ a un potentiel de production de gaz estimé à environ 15 trillions de pieds cubes, soit suffisamment pour au moins trente ans de production, selon BP.

Malgré les retards de construction liés à la crise sanitaire pour le FPSO, qui est construit par Cosco en Chine sous contrat avec Technip, la première production est toujours attendue pour fin 2023.

Une décision d’investissement finale sur le développement de la phase 2 du projet devrait être prise avant la fin de 2022. Le concept de cette phase n’a pas encore été finalisé, mais il pourrait s’agir d’un autre projet de GNL flottant de taille similaire.

Le Sénégal a également découvert un autre gisement commercial plus au sud, entièrement dans ses propres eaux, appelé Yakaar-Teranga, qui est également développé par BP et Kosmos. On estime que cette découverte contient environ 20 trillions de pieds cubes de gaz.

C’est avec Yakaar-Teranga que l’impulsion économique pour le Sénégal, au-delà de l’impact des recettes d’exportation, se fera sentir. Le président Sall a déclaré qu’environ la moitié de la production de ce projet serait destinée au marché national, comme matière première pour les centrales électriques, les usines d’engrais et d’ammoniac et d’autres industries, le reste étant destiné à l’exportation.

Une décision finale d’investissement pour Yakaar-Teranga est également attendue dans les prochains mois, avec une production possible d’ici 2024, potentiellement en utilisant une configuration similaire de FPSO et de navire GNL comme déployé à GTA, avec l’ajout d’un gazoduc à terre pour servir les clients nationaux.

Outre les développements gaziers, le Sénégal est également en passe de devenir un producteur de pétrole. La société australienne Woodside devrait commencer à produire en 2023 à partir d’un FPSO de 100 000 barils/jour sur le champ de Sangomar, à 100 km au large de la capitale Dakar. Une deuxième phase de ce projet, qui devrait être d’une taille similaire et coûter environ 2,5 milliards de dollars, est prévue, mais aucun calendrier de développement n’a encore été publié.

 

Les défis à venir

Si les perspectives à court terme des exportations d’hydrocarbures sont positives, en raison de l’impact de la guerre en Ukraine sur l’offre mondiale, le risque demeure que les réserves fraîchement découvertes au Sénégal et ailleurs ne soient pas exploitées à leur plein potentiel si la demande mondiale de combustibles fossiles diminue dans les vingt prochaines années.

Macky Sall est l’un des nombreux dirigeants africains qui demandent que le gaz naturel soit considéré comme un combustible de transition légitime pour les nations africaines.

Malgré les progrès réalisés dans le cadre des projets d’hydrocarbures du Sénégal et le dynamisme du marché mondial de l’énergie pour les producteurs, la situation n’a pas été facile pour le président sénégalais dans son pays. Le gouvernement a été critiqué par des organisations non gouvernementales internationales et des partis d’opposition pour son manque de transparence dans l’élaboration de certains contrats pétroliers et gaziers avec des entreprises étrangères dans le passé.

La coalition au pouvoir de Sall est moins populaire dans les sondages qu’elle ne l’était, n’ayant remporté qu’une courte victoire aux élections législatives d’août 2022, dans un contexte d’adversité économique pour de nombreux Sénégalais en raison de l’impact de la pandémie et des prix élevés du carburant, ainsi que d’accusations de musellement des politiciens de l’opposition.

On s’inquiète également du fait que Macky Sall n’a pas encore exclu de se présenter une troisième fois aux élections présidentielles de 2024, malgré la limite de deux mandats prévue par la constitution actuelle. Toutefois, le risque de perdre, compte tenu de la force électorale croissante de l’opposition, pourrait encore le dissuader, selon les analystes régionaux.

Quel que soit le président qui sera élu à l’issue des prochaines élections, il devrait avoir accès aux premières recettes pétrolières et gazières du pays qui viendront renforcer les possibilités de croissance économique.

@AB

Écrit par
Ian Lewis

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *