Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Les milliardaires se portent bien, en région MENA

L’ONG Oxfam international de la région MENA dénonce l’accroissement de la fortune des plus riches et l’aggravation des inégalités. Elle appelle à des mesures correctives afin de mieux répondre à l’urgence sociale et sanitaire.

Par Kimberly Adams

La richesse des 21 milliardaires de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord a augmenté de près de 10 milliards de dollars depuis le début de la crise de la Covid-19, révèle Oxfam International.

Selon les calculs de membres de l’ONG anglo-saxonne, cette somme représente plus du double de ce qui serait nécessaire pour reconstruire Beyrouth, la capitale brisée du Liban. Dans le même temps, 45 millions de personnes supplémentaires dans la région pourraient être poussées à la pauvreté en raison de la pandémie.

Oxfam International exhorte les gouvernements de la région à adopter d’urgence des politiques délibérées de lutte contre les inégalités, en faveur de la santé et de l’éducation pour tous. L’ONG souhaite une hausse du salaire minimum et une taxation équitable de la richesse.

L’ONG publie un rapport d’une trentaine de pages (en anglais), sourcé et argumenté, Pour une décennie d’espoir et non d’austérité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Il montre que depuis mars, les plus riches de la région ont amassé plus du double des fonds d’urgence régionaux fournis par le FMI pour répondre à la pandémie, et presque cinq fois l’appel humanitaire des Nations unies pour la région MENA.

« La pandémie a révélé les profondes inégalités et les échecs massifs de nos systèmes économiques, laissant des millions de personnes dans la région sans emploi, sans soins de santé ou sans aucune sorte de Sécurité sociale », commente Nabil Abdo. Selon le conseiller principal d’Oxfam dans la région MENA, basé à Beyrouth, les milliardaires ont ajouté plus de 63 millions $ à leur fortune chaque jour depuis le début de la pandémie.

« À moins que les gouvernements ne donnent immédiatement la priorité aux gens aux profits et que les riches ne paient leur juste part, des millions d’autres seront poussés au bord de la pauvreté et privés de leurs droits fondamentaux. » Le résultat de cela ne pourrait être plus frappant au lendemain de l’explosion au port de Beyrouth, « qui a encore mis en évidence la fragilité de l’économie et ne fera qu’exacerber les inégalités existantes ».

 Les gouvernements de la région peuvent agir rapidement et générer des revenus pour protéger les plus vulnérables. Au Liban, si un impôt de solidarité sur la fortune nette de 5% avait été introduit en 2019, 3,7 milliards $ de recettes fiscales auraient été générées, considère Oxfam International. Cette somme aurait aidé à reconstruire les infrastructures d’électricité et d’eau et fournir des services pour assurer la sécurité des personnes à la suite de l’explosion.

Des filets bien peu protecteurs

Dans la région MENA, la Covid-19 a encore creusé le fossé entre les riches et les pauvres ; 94% des revenus de la région ne représentent que 11% de la population, 37 milliardaires détenant autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population adulte.

Si la Jordanie, le Liban, l’Égypte et le Maroc avaient créé un impôt sur la fortune de 2% à partir de 2010, ces pays auraient pu lever 38 milliards $ de recettes fiscales, qui auraient pu être investies dans l’amélioration des soins de santé publics et la reconstruction des systèmes de protection sociale.

 Oxfam International parle d’ « échec » à propos des filets de protection pour les populations vulnérables. L’ONG estime que seulement 11% des personnes visées par les plans de relance dans la région ont bénéficié de protection sociale et de mesures de santé.

Donc 89% des 16 millions de travailleurs informels de la région ont été gravement touchés par les mesures de pandémie. Les investissements étrangers devraient également baisser de 45% et 1,7 million de personnes devraient perdre leur emploi, dont 700 000 femmes, ce qui coûtera 42 milliards $ en salaires perdus.

« L’austérité écrasante de ces dernières années aurait pu être évitée si les plus riches de la région avaient payé plus d’impôts, un coût qu’ils peuvent facilement assumer », souligne Nabil Abdo. Cette politique aurait pu donner aux pays plus de flexibilité dans leurs politiques de dépenses « et surtout, voir la région entrer dans la crise sanitaire avec moins d’inégalités et de dette », poursuit-il.

Oxfam International exhorte les gouvernements de la région à adopter d’urgence des politiques délibérées de lutte contre les inégalités, en faveur de la santé et de l’éducation pour tous. L’ONG réclame une augmentation du salaire minimum et une taxation équitable de la richesse « pour construire des économies et des sociétés meilleures et plus égalitaires ».

« La tâche qui nous attend n’est pas sans défis », reconnaît le rapport d’Oxfam International. Qui se fixe comme objectif « de créer des politiques qui éloignent la région du statu quo, réduisent les inégalités et répondent aux griefs qui avaient déjà vu des centaines de milliers de personnes descendre dans la rue, avant même la pandémie ».

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This