Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Les lions de l’Afrique

Chaque année, le classement African Business des 250 plus importantes compagnies retrace l’ascension d’entreprises africaines innovantes, stratégiques et résilientes. Toutes chevauchent le continent, réalisent d’énormes bénéfices et investissent des milliards dans des stratégies à l’échelle de l’Afrique pour saisir les opportunités futures.

Par Tom Minney

 

Le grand gagnant du classement 2022 est le géant des télécommunications MTN Group, qui passe de la 13e à la 4e place du classement après avoir plus que doublé sa capitalisation boursière, qui est passée de 11,1 milliards de dollars en 2021 à 24,5 milliards $. La société a levé des fonds en introduisant en Bourse ses activités au Nigeria, au Ghana, en Ouganda, au Rwanda et dans d’autres pays, stimulant ainsi le développement des marchés de capitaux locaux. Elle a investi ces fonds dans de nouveaux réseaux, infrastructures et centres de données. MTN Nigeria occupe la 18e place du classement (contre la 23e auparavant), Scancom (MTN Ghana) la 76e et MTN Uganda la 105e .

L’île Maurice a enregistré une croissance impressionnante, reflétée par la hausse de 36,9 % de l’indice SEMDEX, qui a permis à plusieurs entreprises d’entrer dans le classement malgré la baisse de la valeur de la roupie mauricienne par rapport au dollar américain.

Parmi les autres grandes entreprises sud-africaines présentes sur le continent figurent Firstrand (n° 3), Standard Bank Group (n° 5), Vodacom (n° 6), Absa (n° 16) et Sanlam (n° 17). Parmi les géants à croissance rapide dans d’autres pays, citons Dangote Cement, dont le siège est au Nigeria (15e) et qui dispose d’une capacité de production de 48,6 millions de tonnes dans dix pays d’Afrique subsaharienne. À l’inverse, la raffinerie de sucre Dangote est passée de la 157e à la 185e place. La banque marocaine Attijariwafa Bank (19e) constitue un groupe solide dans 14 pays d’Afrique de l’Ouest et du Nord, avec la Société Ivoirienne de Banque (nouvelle entrée au 213e rang) et CBAO Sénégal.

 

La valeur du marché est le moteur du classement

La capitalisation boursière totale des 250 entreprises de la liste est en baisse à 701,4 milliards $, soit un peu moins que les 710,2 milliards $ de de 2021 et bien moins que les 887,1 milliards $ enregistrés en 2018 et le niveau le plus élevé de 948,3 milliards $ atteint en 2015. La capitalisation boursière totale, comme la plupart des années, est fortement affectée par les changements en tête de liste. Les changements de méthodologie (voir ici) signifient que notre enquête se concentre de plus en plus sur les entreprises axées sur l’Afrique qui réalisent au moins la moitié de leurs revenus sur le continent et qui sont accessibles aux investisseurs africains parce qu’elles sont cotées sur une place africaine. Jusqu’en 2021, près de 243 milliards $ de capitalisation boursière ont été supprimés grâce au renforcement des critères applicables aux entreprises.

https://magazinedelafrique.com/african-business/des-performances-malgre-un-climat-moins-porteur/

Cette année, nous avons supprimé les entreprises d’origine africaine qui réalisent moins de 50 % de leurs revenus sur le continent. La plus grande victime est le géant minier mondial Anglo American, classé deuxième l’an dernier, dont la capitalisation boursière s’élevait à 53,2 milliards $ en mars 2021, bien que sa filiale sud-africaine Anglo American Platinum fasse toujours partie du classement. Les autres entreprises éliminées sont le mineur South32, Mediclinic International et Steinhoff International, qui représentent ensemble 14 milliards $ de capitalisation boursière.

Naspers (classé n°1), qui a d’abord émergé en tant que conglomérat médiatique afrikaans, est un géant mondial de l’Internet coté au JSE. Depuis le classement de l’année dernière, la capitalisation boursière de Naspers est passée de 104,2 milliards $ à 49,6 milliards $ mais demeure première !

Le cours de l’action a chuté en partie parce que les investisseurs s’inquiètent des mesures de répression prises par la Chine à l’encontre des entreprises technologiques, notamment Tencent, dans laquelle Naspers a pris une participation importante en 2001 et qui a propulsé Naspers au rang de géant mondial. Cependant, d’un autre point de vue, la chute précipitée de Naspers et le retrait d’Anglo American signifient que la capitalisation boursière du reste des entreprises de l’enquête a augmenté de 112 milliards $.

Le seuil de capitalisation boursière pour figurer à la 250e place du classement était de 286 millions $ cette année, soit une hausse de 10,4 % par rapport aux 259 millions $ de l’année dernière. Les distorsions persistantes du marché au Zimbabwe affectent également le classement.

 

La finance est reine

Les sociétés financières et les banques ont renforcé leur domination sur les marchés boursiers, constituant 90 des 250 premières sociétés, avec une capitalisation boursière totale de 227 milliards $, soit 32 % du total, contre 168,8 milliards $ en 2021 (24 % du total). Notre enquête a simplifié le nombre de secteurs, en regroupant les métaux et les mines dans le secteur des matériaux non énergétiques (c’est-à-dire hors pétrole et gaz). Ce secteur apporte 38 entreprises et 25 % de la capitalisation boursière totale au classement. Il comprend Anglo American Platinum (n° 2), Sasol (qui passe du n° 18 au n° 8), Kumba Iron Ore (n° 9), Gold Fields (n° 10) et Impala Platinum Holdings (n° 11). Si davantage de mineurs africains ajoutaient des cotations locales à leurs cotations canadiennes ou internationales, le secteur se développerait.

Les biens de consommation non cycliques représentent 17 % de la capitalisation boursière totale de 55 sociétés. Le secteur est fortement dominé par Naspers, qui représente 49,6 milliards $ sur un total de 119,1 milliards $ et qui a contribué au déclin relatif. Parmi les autres sociétés figurent Shoprite (n°21), le plus grand détaillant de biens de consommation à rotation rapide d’Afrique avec 2 400 magasins et des filiales dans 14 pays.

Des milliards $ et d’autres devises sont investis dans la construction d’infrastructures de télécommunications, notamment de centres de données et de câbles en fibre optique, et le secteur au sens large continue de verser des bénéfices aux investisseurs et de gagner en importance. Le classement compte 17 entreprises de télécommunications, qui contribuent à hauteur de 104,1 milliards $, soit près de 15 % du total, contre 89 milliards $ l’année dernière (12,5 %).

 

Safaricom reste l’entreprise la mieux classée d’Afrique de l’Est

L’Afrique de l’Est est considérée comme un pionnier de l’intégration régionale des marchés des capitaux, de la main-d’œuvre, du commerce et des investissements. Le Kenya et ses voisins offrent un bon climat pour les affaires et une main-d’œuvre et des cadres instruits, travailleurs et entreprenants.

Toutefois, bien que le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie et l’Ouganda figurent en bonne place pour leurs perspectives de croissance économique, l’impact régional de l’enquête sur les 250 premières entreprises n’a guère changé par rapport à l’année dernière. L’Afrique de l’Est est la plus petite des quatre régions, avec 19 entreprises (comme l’année dernière) et 3,5 % de la capitalisation boursière totale.

https://magazinedelafrique.com/?p=67355

La plupart des grandes entreprises sont cotées à la Nairobi Securities Exchange (NSE), où le shilling a reculé par rapport au dollar américain et où l’indice NSE All Share s’est écarté de la tendance positive de toutes les autres bourses en baissant de 6 % au cours de l’année se terminant le 31 mars 2022.

La société kényane Safaricom est l’entreprise la mieux classée de la région, mais elle passe de la 9e à la 12e place l’année dernière, avec une capitalisation boursière qui passe de 13,3 milliards $ à 11,9 milliards $.

La banque Equity Group Holdings poursuit son expansion, annonçant en janvier son entrée dans le secteur de l’assurance-vie et profitant de grandes opportunités au Congo. En décembre, la fusion d’Equity Bank Congo et de la Banque Commerciale du Congo a été approuvée. Equity Group est passé de la 92e à la 84e place dans le classement de cette année, avec une augmentation de 26 % de sa capitalisation boursière, qui atteint 1,7 milliard $.

La Bourse de Dar es Salaam apporte sa contribution au classement. Tanzania Breweries, passe de la 90e à la 98e place, et devance East African Breweries, basée au Kenya (110e place). Vodacom Tanzania et Tanzania Cigarette Co figurent parmi ses plus importantes cotations.

L’Uganda Securities Exchange (USE) a plus que doublé de taille en décembre avec la cotation de MTN Uganda, qui a levé 150 millions $ pour sa société mère sud-africaine. MTN Uganda est un nouveau venu impressionnant dans le Top 250 des sociétés, au numéro 105, avec une capitalisation boursière de 1,1 milliard $.

La plupart des grandes entreprises de la région sont des banques, notamment la banque tanzanienne CRDB Bank, qui est entrée dans le classement l’année dernière à la 250e place et qui a vu sa capitalisation boursière augmenter de 67 % pour atteindre 433 millions $ et se classer à la 197e place.

 

L’Afrique du Sud domine toujours en haut du tableau

La région de l’Afrique australe a continué à gagner du terrain par rapport aux autres parties du continent. Bien que le pourcentage global de la région dans la capitalisation boursière des 250 premières entreprises soit en baisse, passant de 526,2 milliards $ (74,1 % du total) en 2021 à 519 milliards $ (74 %), ce résultat est fortement affecté par la baisse de 54,6 milliards $ de la capitalisation boursière d’une seule entreprise, Naspers.

Les entreprises d’Afrique australe représentent 133 des 250 premières entreprises d’Afrique, contre 120 l’année dernière. Bien que les prévisions de croissance économique soient anémiques en Afrique du Sud, avec 1,9 % en 2022 et 1,4 % en 2023, les entreprises sud-africaines occupent les 11 premières places de l’enquête et 15 des 20 premières entreprises africaines.

Le nombre d’entreprises zimbabwéennes est passé de sept dans le premier classement en 2021 à 11 en 2022. Le fournisseur de centres de données et de fibres optiques Econet est passé de la 131e à la 47e place du classement, sa capitalisation boursière ayant presque quadruplé pour atteindre 3,5 milliards $. Ecocash Holdings (Cassava dans les classements précédents) est passé de la 186e à la 100e place après que sa capitalisation boursière ait triplé pour atteindre 1,3 milliard $.

L’île Maurice a enregistré une croissance impressionnante, reflétée par la hausse de 36,9 % de l’indice SEMDEX, qui a permis à plusieurs entreprises d’entrer dans le classement malgré la baisse de la valeur de la roupie mauricienne par rapport au dollar américain. En 2021, Maurice a fourni trois entreprises avec une capitalisation boursière totale de 2,3 milliards $ qui a doublé en 2022 pour atteindre six entreprises de premier plan, avec une capitalisation boursière totale de 7,7 milliards $.

La société de négoce de métaux Crytel Mauritius Ltd, qui a été cotée à la Bourse de Maurice en novembre 2021, rejoint la liste au numéro 147. Elle a son siège à Londres, des filiales aux Seychelles et aux Îles Marshall, et des ambitions africaines et mondiales en matière d’exploitation minière et de commerce. La société de courtage et de négoce de charbon Arindo Holdings (Maurice) rejoint la liste à la position 245, après que le cours de son action ait fortement augmenté après la chute de 2020, en raison de la hausse des prix de l’énergie.

La Bourse de Lusaka, en Zambie, fait son retour dans le top 250 après une année d’absence, avec deux entreprises. Copperbelt Energy Corporation (n° 236) a vu sa capitalisation boursière plus que tripler, passant de 93 à 310 millions $. Zambia Sugar (rang 237) est détenue à 75% par Illovo Sugar Africa Group et est le plus grand producteur de sucre de canne d’Afrique. Le prix de son action est passé de 2,56 Kwacha (14,6 $) à 17,65 ZMK, faisant passer la capitalisation boursière de 37 millions $ à 308 millions $. L’envolée des capitalisations boursières peut refléter la confiance croissante des investisseurs après le changement de gouvernement de l’année dernière et les perspectives d’une meilleure gestion économique et d’une meilleure gouvernance.

La Namibie a obtenu six places dans le Top 250 grâce à l’arrivée de Mobile Telecommunications (également connue sous le nom de MTC Namibia) au numéro 204, avec une capitalisation boursière de 411 millions $, et de Deep Yellow Ltd au rang 246, avec une capitalisation boursière de 298 millions $.

@AB

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts