Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Les envois de fonds, une ligne de survie économique à préserver

Ces mesures – et d’autres – devraient être adoptées par d’autres pays et être élargies. Récemment, le Royaume-Uni et la Suisse ont lancé conjointement un appel à l’action à l’échelle mondiale, assorti de recommandations adressées aux décideurs, aux régulateurs et aux prestataires de services de transfert de fonds afin qu’ils maintiennent le flux des transferts. L’appel a été appuyé par divers organismes internationaux.

Pour autant, « les pays occidentaux devraient modifier leurs régimes nationaux de transferts de fonds, ainsi que les réglementations bancaires connexes, afin de ramener le coût des envois de fonds à un niveau proche de zéro jusqu’à la fin de la pandémie ». Ils doivent ensuite faire en sorte que le coût des envois de fonds ne dépasse pas 3 %, comme convenu par les ODD.

Le plaidoyer se poursuit : les gouvernements devraient promouvoir la numérisation de la chaîne de valeur des transferts de fonds, de l’expéditeur au destinataire, afin d’augmenter les volumes, de réduire les coûts et de faciliter l’envoi d’argent.

Ils devraient offrir des incitations fiscales aux prestataires de services de transfert de fonds afin de réduire les frais, tout en assouplissant les exigences strictes de « connaissance de l’identité du client » pour les petites transactions.

Tous les pays devraient inclure les travailleurs migrants dans les programmes de protection sociale et de relance et prolonger les visas afin qu’ils puissent continuer à travailler et à envoyer de l’argent dans leur pays d’origine.

  • Les gouvernements devraient permettre de classer les opérateurs de transfert de fonds parmi les entreprises essentielles afin qu’ils puissent rester en activité pendant les périodes de confinement. Les gouvernements des pays à revenu faible et intermédiaire devraient établir des filets de sécurité ou renforcer ceux qui existent déjà au bénéfice des ménages ruraux qui dépendent fortement des transferts de fonds.

Ce faisant, les pays soutiendront l’effort mondial visant à limiter l’impact de la pandémie. Cela est particulièrement vrai pour les transferts de fonds intra-africains.

« Les discussions actuelles visant la création d’un système de paiement à l’échelle du continent et des systèmes de paiement transfrontaliers interopérables détermineront la dynamique des transferts de fonds intra-africains dans les années à venir », conclut la CEA.

ML

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts