x
Close
African Business

Les câbles internet sectionnés soulignent la vulnérabilité de l’Afrique

Les câbles internet sectionnés soulignent la vulnérabilité de l’Afrique
  • Publiémars 19, 2024

Les dommages subis par les câbles sous-marins à fibres optiques au large de la côte ouest-africaine font suite à des attaques présumées des Houthis sur les câbles de la mer Rouge.

 

Depuis le 15 mars 2024, plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest sont confrontés à des pannes d’internet de grande ampleur, à la suite de dommages sur plusieurs câbles sous-marins à fibres optiques. La Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Nigeria et le Ghana sont parmi les pays les plus touchés, bien que des utilisateurs d’Internet aussi éloignés que l’Afrique du Sud aient également été affectés.

L’Internet par satellite offre généralement des connexions plus lentes et coûteuses, et les efforts pour développer cette technologie n’en sont qu’à leurs balbutiements.

L’incident coïncide avec une série de sabotages apparents touchant les câbles de l’autre côté du continent. Les rebelles houthis, basés au Yémen, sont soupçonnés d’avoir sectionné des câbles sous-marins à fibres optiques dans la mer Rouge à la fin du mois dernier, ce qui a affecté le trafic internet entre l’Afrique de l’Est, l’Asie et l’Europe.

La cause des dommages subis par les câbles d’Afrique de l’Ouest n’a pas été confirmée. Plusieurs câbles sont concernés, notamment le West Africa Cable System (WACS), le Africa Coast to Europe (ACE), MainOne et SAT3.

MainOne, une entreprise nigériane de services de télécommunications et de solutions de réseau, a déclaré dans un communiqué que la perturbation était « très probablement due à des facteurs environnementaux tels que des glissements de terrain et des tremblements de terre ». Elle a déclaré qu’elle pouvait exclure toute forme d’« activité humaine » comme cause de la défaillance, le câble reposant sur un fond marin de 3 km de profondeur à l’endroit où le dommage s’est produit.

« Les services internationaux sur notre câble au sud de l’atterrissage au Sénégal ont été perturbés. Cela a entraîné une interruption des services Internet pour la majorité de nos clients. Nous sommes conscients de l’impact de cette panne et nous travaillons sans relâche pour mettre à disposition une capacité de restauration afin d’apporter un soulagement temporaire, lorsque cela est possible », ajoute l’entreprise.

Les conséquences économiques de la panne risquent d’être considérables. Les banques ont été contraintes de fermer dans plusieurs pays, dont le Nigeria, car elles n’étaient pas en mesure de traiter les transactions. Les utilisateurs de l’internet mobile dans toute la région ont également signalé des vitesses de connexion lentes, ce qui a eu des répercussions sur les fournisseurs d’argent mobile.

 

Une Afrique vulnérable

Selon les premières estimations, la réparation complète des dégâts prendra environ cinq semaines, compte tenu des deux semaines nécessaires pour que les navires de réparation atteignent la zone où les câbles ont été sectionnés.

Les câbles de télécommunication sous-marins jouent un rôle essentiel dans l’économie mondiale. L’amélioration des connexions par câbles à fibres optiques en Afrique au cours de la dernière décennie a favorisé l’essor des entreprises basées sur l’Internet, permettant la croissance d’écosystèmes technologiques dans de nombreux pays.

Toutefois, ces connexions sont extrêmement fragiles et les dommages causés aux câbles sont relativement fréquents. Outre le sabotage délibéré, les câbles peuvent être sectionnés par des tremblements de terre sous-marins, des glissements de terrain ou des éruptions volcaniques. Les navires traînant leurs ancres sur le fond marin sont également souvent à l’origine de défaillances. Même les morsures de requins peuvent causer de graves dommages.

À des degrés divers, les pays africains sont particulièrement vulnérables en raison de la densité relativement faible des connexions par câble avec de nombreux pays. Plusieurs grands systèmes de câbles s’étendent sur de grandes parties du continent africain – le câble Equiano de Google, par exemple, qui va du Portugal à l’Afrique du Sud, a été achevé en 2022 – mais la plupart de ces systèmes ont des embranchements qui créent des « points d’atterrissage » avec seulement une poignée de pays.

La Sierra Leone, le Liberia et la Mauritanie, par exemple, sont chacun reliés par un seul câble, ce qui signifie que tout dommage peut entraîner une coupure totale de l’internet. L’Afrique du Sud, en revanche, dispose de plusieurs connexions, ce qui permet aux opérateurs de télécommunications de réacheminer le trafic vers d’autres câbles en cas de panne.

 

En attendant le satellite

L’opérateur de télécommunications MTN a déclaré dans un communiqué qu’il progressait dans le rétablissement des services en Afrique de l’Ouest et qu’il cherchait, à plus long terme, à améliorer la résilience de ses réseaux. « Nous travaillons avec les consortiums de câbles et les partenaires pour améliorer l’interconnexion le long des côtes ouest et est, avec des interconnexions supplémentaires entre WACS et Equiano, et l’introduction de la connexion de bout en bout entre WACS sur la côte ouest et EASSy sur la côte est ».

Une alternative aux câbles à fibres optiques consiste à utiliser des satellites pour fournir des services internet. Toutefois, l’Internet par satellite offre généralement des connexions plus lentes et coûteuses, et les efforts pour développer cette technologie n’en sont qu’à leurs balbutiements. Le service Starlink d’Elon Musk, par exemple, n’est actuellement disponible que dans une poignée de pays africains, dont l’Eswatini, le Kenya, le Malawi, le Mozambique, le Nigeria, le Rwanda et la Zambie.

@AB

Écrit par
Ben Payton

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *