x
Close
African Business

Le pari de la noix de cajou

Le pari de la noix de cajou
  • Publiémars 21, 2024

Au Maroc, la coopérative Maison Malake, dont les produits sont disponibles sur la plateforme EdenSouk œuvre à la préservation et au développement des écosystèmes.

 

En plein cœur de la Medina de Marrakech, dans ce site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, Zineb Iraqi, entrepreneure sociale et co-fondatrice de la coopérative Maison Malake, vient chercher l’inspiration pour développer ses produits. Carrefour de civilisations et de routes commerciales depuis des siècles, Marrakech la fascine. « J’y vais souvent avec mes associés pour essayer de nouvelles saveurs et développer de nouvelles recettes », raconte-t-elle.

« Notre ambition, à EdenSouk, est d’exporter les produits agricoles du terroir comme l’huile d’argan et le miel qui marchent le mieux, ainsi que les produits de l’artisanat. »

Depuis plusieurs mois, Maison Malake produit des pâtes à tartiner à base de noix de cajou provenant de Guinée et d’ingrédients 100 % naturels, issus de l’agriculture biologique. Riche en protéines, en antioxydants, en cuivre et en magnésium, la noix de cajou est un aliment de choix avec un potentiel énorme mais encore peu connu.

L’idée de valoriser et de transformer la noix de cajou est venue à Zineb Iraqi et à ses partenaires, Ali Akdim, Aïcha Bammoun, et Said Abdelkader El Figuigui, lors d’une visite d’une plantation d’anacarde – l’autre nom de la noix de cajou –en Guinée. Convaincus du potentiel de cette noix, les quatre amis ont alors décidé de fonder une coopérative sociale et lui ont donné le nom de « Malake », qui signifie « l’ange » en arabe classique. Fiers de représenter une Afrique riche et diverse dans ses origines, ils ont ainsi voulu lui rendre hommage. « Nous aimons l’Afrique et nous avons voulu donner du sens à notre action », explique Zineb Iraqi.

Maison Malake s’applique à développer des partenariats durables sur l’ensemble de sa chaîne de valeur, depuis son réseau de producteurs et fournisseurs jusqu’à ses distributeurs et clients. La coopérative œuvre à la préservation et au développement des écosystèmes, tout en poursuivant une exploration continue vers l’innovation. Répondant à une démarche de « Qualité pour tous », ses produits sont dorénavant disponibles sur l’ensemble du territoire marocain.

Si Maison Malake a pu rapidement se déployer au Maroc, c’est notamment grâce à EdenSouk, la première plateforme commerciale du pays dédiée aux produits bio et naturels. Une plateforme soutenue par la BAD (Banque africaine de développement) à travers le fonds d’investissement Azur Innovation Fund.

 

D’autres produits, d’autres marchés

Eden Souk veille à ce que les producteurs soient mieux rémunérés car le commerce équitable leur garantit de meilleures marges. Les consommateurs, qui recherchent des produits contrôlés, authentiques et de bien-être, sont rassurés par l’origine et la qualité des produits vendus en circuit court, ce qui limite de surcroît l’empreinte carbone.

« D’une part, les producteurs sont mieux rémunérés car le commerce équitable leur garantit de meilleures marges. D’autre part, les consommateurs, qui recherchent des produits contrôlés, authentiques et de bien-être, sont rassurés par l’origine et la qualité des produits vendus en circuit court, ce qui limite en plus l’empreinte carbone », soulignait Ayoub Mesbahi, co-fondateur d’EdenSouk, auprès de la BAD, en juin 2023.

La plateforme en ligne prend également en charge l’acheminement des produits vers les clients. « En incluant la logistique, notre marge est de 20% à 25%, et le revenu du petit agriculteur est, lui, multiplié par huit ! », se félicite Flavia Galloni, directrice générale d’EdenSouk. Près de 95% des producteurs qui travaillent avec la plateforme sont des petits producteurs marocains.

En mai 2021, la jeune entreprise avait levé quelque 810 000 dollars en ouvrant son capital au fonds d’investissement Azur Innovation, soutenu par la BAD ; il s’agissait de répondre à la croissance de son activité et faire face aux défis technologiques, logistiques et environnementaux.

« Azur Innovation nous a permis, entre autres, d’être accompagnés par des experts, notamment pour notre croissance à l’international. Notre ambition est d’exporter les produits agricoles du terroir comme l’huile d’argan et le miel qui marchent le mieux, ainsi que les produits de l’artisanat. Nous avons d’abord pensé aux pays européens car il y a une demande identifiée, et nous étudions les perspectives d’élargissement à d’autres zones géographiques », explique Flavia Galloni.

Revenons à Zineb Iraqi. L’entrepreneure porte en elle l’énergie des jeunes du continent qui valorisent les savoirs et savoir-faire africains dans une perspective Sud-Sud. Son ambition : exporter le Made in Africa dans le monde entier. Désormais, elle envisage « un avenir où l’Afrique promeut sa jeunesse, ses femmes, et prospère ».

PF, d’après des comptes rendus de la BAD.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *