Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Le Maroc se tourne vers la haute technologie

Les véhicules électriques, l’aérospatiale et les produits pharmaceutiques sont au cœur de la stratégie du Maroc de devenir un centre de haute technologie positionné sur les marchés européens.

 

Reportage de Neil Ford

S’éloignant de sa politique de produits et de services à bas coût, le Maroc tire le meilleur parti de sa position géographique à la lisière de l’Europe en misant sur les secteurs à plus forte valeur ajoutée et à haute technologie. Produits pharmaceutiques, aérospatiale, automobile ; les entreprises marocaines travaillent avec des partenaires internationaux pour construire des chaînes d’approvisionnement intégrées.

Le secteur manufacturier représente 14 % du PIB, légèrement devant l’agriculture (13 %).

Les industriels européens ont longtemps été attirés par la situation géographique du pays, la stabilité politique et les coûts de main-d’œuvre bien inférieurs au Maroc. Les entreprises sont encouragées à installer des usines de transformation et de fabrication spécifiquement destinées aux marchés européens. Au cours de la dernière décennie, les améliorations apportées aux infrastructures nationales ont complété cet avantage géographique.

Marc Funk, PDG de Recipharm, explique : « Avec les autres parties impliquées, nous pourrons œuvrer pour offrir à l’Afrique une opportunité concrète de gagner progressivement son indépendance sanitaire vis-à-vis des pays occidentaux et, à terme, contribuer à ce qu’elle soit moins vulnérable en temps de crise. »

En particulier, le port de Tanger Med, avec une capacité de manutention annuelle de 9 millions d’EVP/an, est désormais le plus grand port à conteneurs d’Afrique ; il est beaucoup plus grand que ses concurrents en Espagne, de l’autre côté de la Méditerranée.

Le port a encouragé les entreprises tournées vers l’exportation à s’installer à Tanger et dans ses environs, tandis que l’amélioration des infrastructures routières et ferroviaires au Maroc a permis aux fabricants de tout le pays d’utiliser plus facilement les nouvelles installations.

Le secteur automobile a été l’une des premières industries manufacturières  à prendre son envol au Maroc et est rapidement devenu l’une de ses réussites. Il s’agit du secteur d’exportation le plus important, générant 8,1 milliards de dollars d’exportations en 2020. Ce chiffre est  inférieur de 900 millions $ à celui de l’année précédente à cause de la pandémie.

 

L’attrait des fournisseurs de composants

La capacité de production nationale dépasse désormais 700 000 véhicules par an, dont beaucoup sont exportés vers l’Europe occidentale. Les exportations ont atteint 358 745 unités en 2021, soit une hausse de 18 % par rapport à 2020. Renault et Stellantis sont les plus gros investisseurs.

Renault a ouvert une nouvelle usine à Tanger et Stellantis a ouvert une nouvelle usine à Kenitra, au nord de Rabat, reliée à Tanger Med par un train à grande vitesse.

Stellantis a été créée en 2021 à la suite de la fusion de Fiat Chrysler et du groupe français PSA. Stellantis possède les marques Alfa Romeo, Chrysler, Citroën, Dodge, Fiat, Jeep, Maserati, Mopar, Opel, Peugeot et Vauxhall.

Beaucoup plus d’emplois sont créés dans l’industrie automobile par le biais des fournisseurs de composants que dans la fabrication et l’assemblage de véhicules proprement dits, et c’est là que le Maroc a connu un succès particulier. Environ 200 fournisseurs automobiles internationaux opèrent désormais au Maroc, dont l’entreprise américaine Lear, qui produit des systèmes électriques et des sièges de véhicules.

Les véhicules exportés contiennent désormais une moyenne de 63% de composants fabriqués au Maroc et Renault et Stellantis ont annoncé leur intention de s’approvisionner auprès de fournisseurs marocains, pour 80% des composants utilisés dans leurs usines. En mars, le gouvernement a annoncé un investissement de 180 millions $ de la part de cinq fabricants de câbles automobiles, dont 78 millions $ de la part de la société japonaise Yazaki, qui étend ses activités à Tanger et à Kenitra.

Rabat mise désormais sur la demande internationale croissante de véhicules électriques (VE) pour stimuler la croissance de l’industrie. Le Maroc produit déjà environ 40 000 VE par an et Stellantis a annoncé qu’elle construirait sa voiture électrique Opel Rocks-e à deux places à Kenitra. Presque toutes les unités devraient être exportées, car le marché des VE au Maroc ne représente que 1 000 véhicules par an, en partie à cause du manque d’infrastructures de recharge. Toutefois, en 2021, le géant américain Tesla a installé des stations Supercharger au Tangier Al Houara Hilton Resort et à l’hôtel Onomo à Casablanca.

 

L’aérospatiale attire les investisseurs

L’entreprise marocaine Maribat construit la première usine de batteries électriques du pays en dehors de Casablanca pour un coût de 75 millions de dirhams (7,1 millions d’euros). Les batteries électriques sont l’un des principaux coûts de production des véhicules électriques. Les fabricants peuvent utiliser les réserves de cobalt du Maroc, qui se trouvent à l’extérieur de Marrakech. En outre, le producteur de semi-conducteurs STMicroelectronics a ouvert une usine de micropuces pour les VE à Casablanca, tandis que la société chinoise BYD envisage de développer une usine à Tanger.

Le gouvernement a cherché à reproduire le succès de la construction automobile dans le secteur aérospatial, qui offre le même type d’emplois de haute qualité et de bénéfices pour l’économie au sens large.

Il a spécifiquement cherché à encourager la création d’une industrie aérospatiale  en persuadant les investisseurs de s’installer les uns à côté des autres afin de créer des chaînes d’approvisionnement. Plus de 140 entreprises travaillent désormais dans le secteur aérospatial, couvrant la maintenance des avions, la fabrication de composants et le développement des aéroports.

Les deux mastodontes mondiaux, Airbus et Boeing, se sont implantés dans le pays, aux côtés de Bombardier, de Thales et d’un nombre croissant de fournisseurs, dont récemment la société française Le Piston, qui a ouvert une usine de fabrication de composants de moteurs en février, avec un investissement initial de 6 millions de dollars. En mars, les gouvernements du Maroc et d’Israël ont signé un accord de coopération pour des projets aérospatiaux civils.

Les exportations aérospatiales du Maroc ont augmenté en valeur de 21,9% l’année dernière pour atteindre 15,4 milliards de dirhams (1,46 milliard d’euros) selon les chiffres du gouvernement, après avoir chuté d’environ 30% en 2020. Les exportations sont toujours inférieures au chiffre de 1,8 milliard d’euros atteint en 2019.

Le Maroc est classé 36e au niveau mondial dans un tableau de PwC sur l’attractivité du secteur aérospatial, et troisième au Moyen-Orient et en Afrique. Selon les chiffres du gouvernement, environ 10 % des 17 500 emplois aérospatiaux du pays ont été perdus en 2020, un niveau bien inférieur à la chute moyenne de 40 % au niveau mondial. Malgré la baisse des exportations, les employeurs ont choisi de conserver leur personnel, prévoyant que le ralentissement serait relativement court.

 

Des références vertes

L’association marocaine des fournisseurs de l’aérospatiale (GIMAS) explique que les entreprises du secteur s’étaient diversifiées dans d’autres domaines, tels que les équipements médicaux, à la suite de la pandémie. Une filiale du groupe français LPG, SERMP, basée à Casablanca, a commencé par fabriquer des masques et des ventilateurs, mais a décidé d’opérer dans ce secteur de manière plus permanente, en produisant une gamme plus large d’équipements médicaux techniques.

Airbus a annoncé son intention de produire des avions sans carbone d’ici à 2035 et les fabricants marocains très compétitifs ont des avantages pour conquérir de nouvelles parts du marché.

L’énergie solaire et éolienne représente aujourd’hui 38 % du mix de production marocain, soit un peu moins que l’objectif gouvernemental de 42 % initialement fixé à 2020. Toutefois, seuls 20 % de la production réelle d’électricité proviennent des énergies renouvelables, car les centrales solaires et éoliennes sont des producteurs intermittents. En revanche, les centrales au charbon produisent environ 40 % de l’électricité totale. Le pays a donc encore du chemin à parcourir avant de pouvoir rivaliser avec les leaders des énergies renouvelables.

Rabat est en passe d’atteindre une capacité éolienne terrestre de 1,8 GW d’ici 2026 et a également annoncé des projets d’éoliennes en mer. Avec des vitesses de vent pouvant atteindre 11 mètres/seconde dans le nord, le Maroc dispose de certaines des ressources éoliennes les plus intéressantes d’Afrique, bien que l’Égypte développe sa capacité à un rythme légèrement plus rapide et que l’Afrique du Sud soit loin devant.

Avec le projet Noor de 580 MW, le Maroc possède la plus grande centrale solaire à concentration du monde, qui – contrairement au solaire photovoltaïque –, permet de produire de l’électricité pendant les heures d’obscurité. En outre, l’hydrogène vert, qui pourrait être produit à partir de l’énergie éolienne ou solaire, pourrait contribuer à remplacer davantage de combustibles fossiles. Des plans pour un projet de 10 GW ont déjà été élaborés, mais la décision finale d’investissement est en attente.

Un autre des principaux axes de la stratégie manufacturière du Maroc a été d’encourager l’investissement dans les produits pharmaceutiques. Les travaux de construction de l’usine SENSYO Pharmatech à Benslimane, près de Casablanca, ont débuté en janvier.

Soutenue par la société suédoise Recipharm, l’usine aura la capacité de produire 116 millions de vaccins par an d’ici 2024, y compris ceux contre la Covid-19. La production approvisionnera les marchés locaux et d’exportation. Le pays produit déjà 3 millions de doses du vaccin chinois Sinopharm Covid par mois.

Marc Funk, PDG de Recipharm, explique : « Avec les autres parties impliquées, nous pourrons œuvrer pour offrir à l’Afrique une opportunité concrète de gagner progressivement son indépendance sanitaire vis-à-vis des pays occidentaux et, à terme, contribuer à ce qu’elle soit moins vulnérable en temps de crise. »

Autre signe de la coopération économique croissante entre le Maroc et Israël depuis le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 2020, la société marocaine Cooper Pharma travaille avec Teva Pharmaceutical pour distribuer les produits de la firme israélienne. Le PDG de Cooper Pharma, Ayman Cheikh Lahlou, veut travailler aux côtés d’autres entreprises israéliennes pour co-développer des produits biotechnologiques innovants.

@AB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts