x
Close
African Business

Le marché sénégalais attire les jeunes pousses

Le marché sénégalais attire les jeunes pousses
  • Publiéoctobre 17, 2023

Spécialisée dans le développement de solutions numériques pour l’agriculture, la start-up béninoise Digitall Farmer ambitionne d’ouvrir une filiale au Sénégal dès 2024. Un exemple parmi d’autres.

 

Lorsque l’on envisage de se développer à l’international, mieux vaut connaître les contraintes juridiques, logistiques, fiscales et culturelles du marché que l’on vise. Au printemps 2023, des start-up du Mali, du Bénin et de Côte d’Ivoire s’étaient rendues à Dakar pour découvrir l’environnement entrepreneurial sénégalais et rencontrer des partenaires potentiels. Trois entreprises bénéficiant du programme NTF V, du Netherlands Trust Fund, ont participé à l’expédition : Passion Digitale, Yamp et Digitall Farmer. Voici l’expérience de deux d’entre elles.

« Nous nous intéressons déjà au Niger et à la Côte d’Ivoire, qui sont également des étapes clés de notre plan de développement », confie la patronne de Digitall Farmer.

Après quelques mois d’existence, Yamp affiche déjà de belles perspectives de croissance. La start-up ivoirienne a conçu une application web qui permet aux commerçants de suivre leurs clients, de les récompenser pour leur fidélité et de les inciter à devenir des ambassadeurs.

Là où la plupart des outils se focalisent sur l’acquisition de nouveaux clients, Yamp se concentre sur la fidélisation des clients existants.

« En quelques mois, notre solution a dépassé les 120 abonnements, avec un taux de réabonnement trimestriel proche de 92%. Notre priorité est de consolider notre présence sur le marché local, puis de dupliquer notre modèle au Sénégal pour atteindre 500 abonnements d’ici 2024 », se félicite Hamed Gramboute (photo ci-contre), PDG de Yamp.

L’entrepreneur ivoirien estime que le Sénégal est le moteur de l’économie numérique en Afrique de l’Ouest.

« L’environnement des affaires est très dynamique et attire de plus en plus d’investisseurs. Grâce à la « Learning Expedition », nous avons trouvé un soutien solide. Lorsque nous serons prêts à ouvrir notre capital, nous pourrons nous adresser aux bonnes personnes. ».

La jeune pousse a également vu dans ce voyage à Dakar une excellente occasion de s’ouvrir.

 

Un réseau élargi

« Après avoir consacré toute notre énergie pendant des mois au développement de notre algorithme, notre séjour au Sénégal nous a permis de revenir dans l’écosystème des start-up et de challenger notre solution », explique Hamed Gramboute. « Au fil des rencontres et des échanges, nous avons compris que nous devions retravailler notre cœur de cible. Depuis ce repositionnement stratégique, les abonnements sont repartis à la hausse ces dernières semaines. »

Spécialisée dans le développement de solutions numériques pour l’agriculture, la start-up béninoise Digitall Farmer ambitionne d’ouvrir une filiale sénégalaise dès 2024.

« Grâce au soutien du programme NTF V, c’est la deuxième fois que nous nous rendons au Sénégal, ce qui nous permet d’élargir notre réseau et d’accélérer considérablement nos perspectives d’implantation », souligne la PDG Novalie Houngbedji (photo ci-contre).

Au printemps, l’équipe de Digitall Farmer a rencontré des incubateurs et des programmes de soutien locaux, ainsi que des start-up internationales qui ont partagé leurs expériences réussies.

« Nous avons également eu l’occasion de présenter notre projet devant un public d’investisseurs. Depuis, nous sommes en pourparlers avec trois partenaires potentiels, ce qui est de bon augure pour la levée de fonds que nous préparons pour la fin de l’année. ».

Le financement est destiné au développement d’une solution globale capable d’accompagner les agriculteurs de la production à la commercialisation de leurs produits.

Baptisé « 360 Tech Agri », cet outil permettra de contrôler à distance les besoins en irrigation, de délivrer des conseils pour améliorer la productivité, de gérer la traçabilité de la production et d’assurer la distribution via la plateforme en ligne d’Aliments Bénin. « Son lancement au Bénin est prévu dans quelques mois. Ensuite, nous nous tournerons vers le Sénégal, où nous avons identifié des structures d’appui et établi des connexions », révèle Novalie Houngbedji.

Le Sénégal présente également l’avantage d’être un tremplin vers d’autres pays d’Afrique de l’Ouest. « Nous nous intéressons déjà au Niger et à la Côte d’Ivoire, qui sont également des étapes clés de notre plan de développement », confie la patronne de Digitall Farmer.

Le programme NTF V s’inscrit dans un partenariat entre les Pays-Bas et le Centre du commerce international. Il vise à soutenir les PME en Afrique subsaharienne dans les secteurs des technologies numériques et de l’agro-industrie, favorisant ainsi une transformation inclusive et durable des systèmes agroalimentaires.

 

PF, d’après un compte rendu du Centre du commerce international.

@AB

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *