x
Close
African Business Analyse et Opinion

Débat autour des combustibles de transition

Débat autour des combustibles de transition
  • Publiéjuillet 21, 2022

La question de savoir si le gaz naturel peut contribuer à la transition vers un avenir à faible émission de carbone, et si l’Afrique doit exploiter ses prodigieuses réserves, suscite un débat animé parmi les décideurs politiques et les défenseurs de l’environnement.

 

 Par Angus Chapman

L’Afrique est-elle dans une impasse ? D’un côté, l’impératif de garantir de meilleurs résultats en matière de développement, de l’autre, répondre aux menaces sur l’environnement. Pour beaucoup, le gaz naturel est considéré comme le sauveur de l’Afrique.

Peut-on se laisser séduire par la promesse d’une énergie fiable et à faible teneur en carbone pour les 600 millions d’Africains qui n’ont toujours pas accès à l’électricité ? D’aautant que l’utilisation du gaz naturel à la place du charbon peut réduire de moitié l’intensité des émissions liées à la production d’électricité.

« L’Occident veut combler une pénurie de pétrole et de gaz à court terme, mais au final, l’Afrique se retrouvera avec des infrastructures fossiles redondantes et prendra encore plus de retard », redoute Mohamed Adow (Power Shift Africa).

Elle peut aussi considérablement augmenter les recettes fiscales et d’exportation dont ont désespérément besoin des pays comme le Ghana, le Mozambique, le Sénégal et la Mauritanie qui ont découvert d’énormes réserves de gaz inexploitées, Des voix allant de la Banque africaine de développement et de Africa Finance Corporation à la Fondation Mo Ibrahim et à l’ancienne envoyée des Nations unies pour le climat, Mary Robinson, sans oublier les chefs d’État enthousiastes et les entreprises de combustibles fossiles elles-mêmes, ont placé le gaz naturel au centre du développement futur de l’Afrique.

« Le gaz naturel doit rester un élément fondamental du bouquet énergétique de l’Afrique », a déclaré Akinwumi Adesina (BAD), au cours du même discours dans lequel il avertissait : « Le changement climatique est en train de tuer l’Afrique. » C’est pourquoi, « pour la stabilité, pour les emplois, le gaz naturel est toujours nécessaire au développement ».

Quelques jours plus tôt, le président rwandais Paul Kagame avait fait signer un communiqué à dix pays africains demandant à la communauté internationale de « soutenir l’Afrique dans le déploiement du gaz, pour combler les écarts de développement mettre l’Afrique sur la voie de la prospérité économique. »

 

Un carburant de transition ?

NJ Ayuk, de la Chambre africaine de l’énergie, le dit plus simplement. « Drill baby drill », a-t-il déclaré au Financial Times en juin, « vous devez plaisanter si vous pensez que nous allons laisser une seule goutte de nos hydrocarbures dans le sol. »

De nombreux partisans du gaz naturel mettent en avant ses propriétés apparentes de combustible de transition, une alternative au charbon, à faible teneur en carbone fossiles.

Ce raisonnement a sous-tendu son inclusion dans la finance durable de la Commission européenne, publiée début 2022, suscitant de vives accusations de greenwashing et obligeant le ministre des Finances de l’UE à défendre cette décision comme une solution « imparfaite », qui reflète « la nécessité d’avancer avec tous les moyens à notre disposition ».

Pour d’autres, « imparfaite » ne va pas assez loin. On peut s’inquiéter du fait que les arguments techniques en faveur du gaz – un recours facile pour les Africains privés d’électricité – et les arguments environnementaux – une « passerelle » vers un monde sans électricité – soient erronés. Au mieux, expliquent certaines voix, cela reflète une mauvaise compréhension des alternatives technologiques. Au pire, il s’agit d’un écran de fumée cynique, dressé par des entreprises occidentales de combustibles fossiles plus soucieuses de s’assurer quelques décennies de bénéfices supplémentaires que des besoins de développement des Africains vulnérables.

« Cette notion de gaz comme combustible de transition est de plus en plus faible », juge Richard Halsey, conseiller politique à l’Institut international du développement durable (IIDD). « Nous ne pouvons vraiment pas justifier l’exploitation de réserves de gaz inexploitées. »

D’un point de vue purement climatique, l’ambition d’extraire de grandes quantités de nouveaux combustibles fossiles semblerait certainement indéfendable. De nombreuses analyses, de l’IIDD à l’Agence internationale de l’énergie en passant par le groupe de travail sur les sciences de l’environnement du GIEC, montrent que la production de gisements de pétrole et de gaz déjà autorisés – sans parler de toute exploration future –, libérera des émissions de carbone bien au-delà de ce qui est compatible avec le plafond de 1,5 degré inscrit dans l’accord de Paris, qu’elles soient brûlées en Europe ou ailleurs.

Même en laissant ces préoccupations de côté – ce qui n’est pas une mince affaire compte tenu de la destruction causée par le climat qui sévit actuellement sur le continent africain – Richard Halsey estime que « du point de vue du développement, il faut être beaucoup plus nuancé ».

 

Et les énergies renouvelables ?

Il affirme que la notion de gaz comme un mal nécessaire étant donné le déficit énergétique de l’Afrique reflète l’état de la technologie des énergies renouvelables il y a dix ans. Cela aurait pu avoir du sens, poursuit-il, « lorsque les énergies renouvelables coûtaient beaucoup plus cher et que le stockage de l’énergie n’était même pas vraiment sur le radar ».

Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, affirme-t-il. À l’échelle internationale, le prix des batteries a été divisé par deux en deux ans seulement, ce qui, selon de nombreux observateurs, met un terme à l’idée du gaz comme solution de secours pour les réseaux électriques afin de répondre aux pics de demande. Il en va de même pour l’hydrogène vert qui, bien que son coût ne soit pas encore compétitif, promet un carburant à haute intensité et sans émissions capable d’alimenter l’industrie lourde, le fret, le transport maritime et l’aviation.

Les systèmes électriques naissants de l’Afrique pourraient même constituer une aubaine, selon Varun Khanna, ingénieur électricien et consultant au sein du groupe de réflexion Clean Energy 4 Africa. « Avec peu d’infrastructures héritées à gérer, les pays ont la possibilité de se propulser à l’avant-garde du déploiement mondial des énergies renouvelables. »

Mohamed Adow, fondateur et directeur de Power Shift Africa, donne sa propre évaluation : « Le récit selon lequel les énergies renouvelables ne peuvent pas alimenter l’Afrique est faux. Il est poussé par des multinationales avides qui recherchent le pétrole et le gaz de l’Afrique pour faire des profits. »

Il donne l’exemple de son pays natal, le Kenya, qui a atteint le taux d’électrification le plus élevé d’Afrique de l’Est en utilisant 75 % d’énergies renouvelables. Et si le Kenya fait figure de pionnier, il n’est que l’un des 22 pays africains qui, selon la Fondation Mo Ibrahim, utilisent déjà les énergies renouvelables comme principale source d’énergie. Selon Mohamed Adow, si ces pays recevaient les ressources et les fonds nécessaires pour accroître leurs investissements – si l’Occident donnait à l’Afrique ce qu’elle nous doit –, il n’y a aucune raison pour qu’ils ne suivent pas l’exemple du Kenya.

 

Qui en profite ?

Ceux qui insistent pour que l’Afrique renonce à une trajectoire de développement à forte intensité d’émissions risquent de paraître déconnectés de la réalité. Mo Ibrahim prévient : « Mettre fin au financement des combustibles fossiles… revient à supprimer l’échelle du développement pour des millions d’Africains. »

Il convient de se demander, compte tenu de la vitesse fulgurante à laquelle les alternatives progressent et des impacts catastrophiques d’une panoplie de combustibles fossiles, comment le gaz naturel a pu s’imposer comme l’échelon central de l’échelle du développement.

« Il existe un danger très réel que le Nord utilise le besoin de développement de l’Afrique comme une excuse pour extraire autant de gaz que possible pour son propre usage et profit », déclare Richard Halsey.

Selon un rapport publié en 2022 par BankTrack, Milieudefensie et Oil Change International, seulement 33 % de la production africaine de combustibles fossiles prévue pour les trente prochaines années est contrôlée par des entreprises africaines. La grande majorité est détenue par des intérêts européens, asiatiques et nord-américains, TotalEnergies, Eni, ExxonMobil et BP représentant à eux seuls un tiers. Malgré le coup de pouce à court terme donné à la construction par la mise en service de ces projets, le rapport suggère que ces schémas de propriété rendent très improbable que les entreprises, les communautés et les pays africains puissent un jour tirer des bénéfices financiers significatifs de l’exploitation des réserves de combustibles fossiles du continent.

 

L’Afrique ne doit pas payer la facture

Il en va de même pour le produit lui-même, dont l’utilisation pour la cuisine et le chauffage constitue l’autre moitié du dividende de développement attendu de l’expansion de la production de gaz en Afrique. Selon le rapport de BankTrack, la quasi-totalité des réserves actuelles et futures sont destinées à l’exportation vers les marchés internationaux, où elles atteignent des prix supérieurs à ce que l’Africain moyen peut se permettre de payer.

« Cette notion de gaz comme combustible de transition est de plus en plus faible », juge Richard Halsey, conseiller politique à l’Institut international du développement durable (IIDD). « Nous ne pouvons vraiment pas justifier l’exploitation de réserves de gaz inexploitées. »

Tandis que les pays africains producteurs de gaz reçoivent les visites très médiatisées de dirigeants occidentaux, certains observateurs se demandent si leur développement survivra à une collision avec la demande occidentale. Après tout, le Nigeria a été longtemps victime de la « malédiction des ressources ». Bien qu’il soit le plus grand exportateur de combustibles fossiles, il présente également le plus grand déficit d’accès à l’énergie au monde.

Conscient du risque que représentent les actifs, Mohamed Adow ne doute pas que l’intérêt de l’Occident soit à l’origine de la manne gazière africaine. « Il veut combler une pénurie de pétrole et de gaz à court terme, mais au final, l’Afrique se retrouvera avec des infrastructures fossiles redondantes et prendra encore plus de retard. »

Alors que la décarbonisation devient un impératif environnemental, économique et technologique de plus en plus urgent, les dirigeants du continent devront veiller à ce que les Africains ne paient pas la facture de la prospérité occidentale.

@AB

 

Écrit par
laurent

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.