x
Close
African Business

Le Burkina Faso renforce sa sécurité alimentaire

Le Burkina Faso renforce sa sécurité alimentaire
  • Publiéfévrier 12, 2024

Un projet d’urgence presque entièrement financé par la BAD contribuera à l’augmentation de diverses denrées agricoles, tandis que l’initiative Sustain Africa vient renforcer la production d’engrais.

 

Le commandant Ismaël Sombié, ministre burkinabè de l’Agriculture, a présidé, le 6 février 2024, la cérémonie de lancement du Projet d’urgence pour le renforcement de la production alimentaire au Burkina Faso (PURPA-BF). La cérémonie s’est déroulée dans les locaux de son ministère, en présence de divers officiels, du représentant de la BAD (Banque africaine de développement) et de 200 représentants du monde agricole.

Le programme a pour objectif de contribuer à l’augmentation des productions de maïs, de riz, de soja, de niébé, de sorgho et de blé, afin de renforcer la sécurité alimentaire des populations burkinabè face aux conséquences de la guerre entre l’Ukraine et la Russie. Le projet bénéficie d’une contribution financière de 38,4 millions d’euros (99% de son coût global) sous forme de don et de prêt de la BAD, dans le cadre de la Facilité africaine de production alimentaire d’urgence.

D’un coût estimé à 1,3 million d’euros, Sustain Africa Burkina Faso couvre huit régions du pays.

Ce que la BAD justifie par « la cohérence du projet » avec le Document de stratégie pays intérimaire 2022-2025 dont un des domaines prioritaires porte sur le soutien aux chaînes de valeur agricoles.

Concrètement, ce programme fournira près de 9 000 tonnes de semences certifiées de variétés adaptées au climat et 36 000 tonnes d’engrais à 330 000 producteurs, dont plus de la moitié sont des femmes, des personnes déplacées internes et des jeunes, principalement installés autour des grandes plaines irriguées du pays : Bagrépôle, Bama, Banzon, et Karfiguéla. Sa mise en œuvre devrait permettre une augmentation de la production nationale de riz de 430 000 tonnes et celle de maïs de 707 000 tonnes. Les autres cultures connaîtront également des augmentations de production.

Ce projet vient renforcer l’action des autorités. Le gouvernement a en effet lancé en 2023 un programme dénommé « Offensive agropastorale et halieutique 2023-2025 ». Un projet jugé « pertinent et ambitieux » par la BAD. Laquelle a orienté principalement ses investissements dans le pays vers le secteur de l’agriculture et de l’environnement qui représente 34% de l’ensemble de ses financements dans le pays, avec des engagements de plus de 110 milliards de francs CFA (167 millions d’euros).

Par ailleurs, s’est tenue le lendemain, à Ouagadougou, le lancement du projet Sustain Africa Burkina Faso, une initiative portée par le Centre international pour le développement des engrais (IFDC).

En effet, le pays fait face à une crise des engrais, la production locale étant insuffisante à la demande ; en résulte une dépendance excessive aux importations et aux aléas de marché. Implanté au Burkina Faso depuis 1996, l’IDFC s’engage dans le développement de chaînes de valeurs agricoles inclusives et durables, l’autonomisation des petits exploitants, des jeunes et des femmes, ainsi que l’entrepreneuriat agricole. Son projet vise à améliorer la sécurité alimentaire en facilitant l’accès et l’utilisation d’engrais locaux rentables.

Ses promoteurs prévoient, d’ici mai, de rendre disponibles 20 000 tonnes d’engrais pour 100 000 petits producteurs, 70 grossistes et détaillants. D’un coût estimé à 1,3 million d’euros, Sustain Africa Burkina Faso couvre huit régions du pays.

*****

En bref

Un appui particulier au Soudan du Sud

 

La vice-présidente de la BAD, chargée du Développement régional, de l’Intégration et de la Prestation de services, Marie-Laure Akin-Olugbade (à droite sur la photo ci-dessous), a achevé une visite de trois jours au Soudan du Sud.

Leurs discussions ont porté sur le renforcement de la collaboration autour des priorités stratégiques du gouvernement et sur la réponse aux besoins de développement du pays. La vice-présidente de la BAD a félicité le gouvernement du Soudan du Sud pour l’excellente performance de son portefeuille et a réitéré l’engagement de l’institution à appuyer l’accroissement de la production et de la productivité agricoles afin de renforcer la sécurité alimentaire. Elle s’est engagée à augmenter de 60 % le financement de la BAD en faveur du pays en 2024, en réponse aux importants besoins humanitaires et de développement.

« La Banque a alloué 46,7 millions de dollars pour soutenir le développement des chaînes de valeur agricoles, notamment celles du riz, du sésame, du sorgho et du poisson », a-t-elle déclaré. Elle a félicité le Soudan du Sud d’être parmi les premiers pays à mettre en œuvre le programme du Pacte alimentaire et agricole, à la suite du Sommet de Dakar 2 qui s’était tenu en janvier 2023 dans la capitale du Sénégal.

@AB 

 

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *