x
Close
African Business

L’Allemagne investit 4 milliards d’euros dans des projets verts africains

L’Allemagne investit 4 milliards d’euros dans des projets verts africains
  • Publiénovembre 24, 2023

Les pays européens ont cherché à étendre leur influence en Afrique lors de la conférence Compact with Africa qui s’est tenue à Berlin et qui visait à attirer davantage d’investissements privés sur le continent.

 

L’Allemagne a signé un accord sur les énergies renouvelables et le gaz avec le Nigeria pour un montant de 500 millions de dollars et s’est engagée à investir 4 milliards d’euros dans des projets d’énergie verte en Afrique d’ici à 2030, lors de la conférence Compact with Africa (CwA) du G20 qui s’est tenue à Berlin cette semaine.

Cette conférence, organisée par le chancelier allemand Olaf Scholz et à laquelle ont participé quelque 18 dirigeants africains, avait pour but d’attirer davantage d’investissements privés en Afrique et de renforcer le dialogue politique entre le G20 et les pays africains.

« Les pays africains exigent une nouvelle architecture financière mondiale moins dominée par l’Occident. De leur point de vue, un accès équitable et transparent au marché européen n’est pas garanti aujourd’hui. »

À l’heure où la Chine et la Russie tentent de s’assurer une influence géopolitique en Afrique et un accès aux ressources naturelles essentielles du continent, c’était l’occasion pour l’Allemagne et d’autres pays européens d’étendre leur influence sur le continent. Des dirigeants européens tels que le président français Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, étaient également présents.

Le CwA a été mis en place pendant la présidence allemande du G20 en 2017, dans le but d’attirer davantage d’investissements privés dans les États membres africains grâce à des améliorations substantielles de leurs cadres macroéconomiques, commerciaux et financiers. Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la RD Congo, l’Égypte, l’Éthiopie, le Ghana, la Guinée, le Maroc, le Rwanda, le Sénégal, le Togo et la Tunisie en sont actuellement membres. D’autres pays partenaires du G20, comme le Nigeria, ont également participé à la conférence.

Michael Staak, titulaire de la chaire de sciences politiques à l’université Helmut Schmidt de Hambourg et expert de la politique étrangère allemande en Afrique, explique à African Business que la CwA a été conçue « avec la volonté de l’Allemagne de se présenter comme un partenaire fiable et attrayant pour les pays africains » et de rapprocher ces derniers de l’Occident.

Toutefois, au cours du sommet, le président des Comores et de l’Union africaine, Azali Assoumani, a explicitement défendu l’influence de la Chine en Afrique, déclarant : « Il n’y a pas de monopole… tout le monde a sa place. »

 

Une opportunité pour l’Europe

Teniola Tayo, chargée de recherche en politique commerciale à l’Africa Policy Research Institute de Berlin, estime que l’Europe a la possibilité de combler le vide laissé par la diminution de l’exposition de la Chine à l’Afrique. Elle note que le sommet « intervient à un moment où les prêts officiels et les engagements de la Chine en faveur de l’Afrique subsaharienne seraient proches de leur niveau le plus bas depuis 20 ans ».

Des chefs d'État (Macron, etc.) et Adesina à la CwA, Berlin, novembre 2023.Cela dit, précise Teniola Tayo, il incombe en fin de compte aux dirigeants africains de déterminer quels partenaires sont les plus bénéfiques pour le continent. « En tant qu’acteurs africains, nous devons nous efforcer de déterminer qui est le mieux placé pour offrir quoi, et comment nous pouvons naviguer entre leurs intérêts pour obtenir les choses dont nous avons besoin. Ce, tout en façonnant des partenariats qui ne sont pas unilatéraux, mais mutuellement bénéfiques. »

Fikayo Akeredolu, chercheuse en économie politique sino-africaine, reconnaît que l’accord de coopération est « certainement une occasion de favoriser des relations plus étroites entre l’Europe et l’Afrique », et affirme que s’il est utilisé efficacement, il peut rapprocher les deux régions. Toutefois, elle estime que « le G20 et l’Europe en son sein doivent se concentrer sur l’établissement de relations avec l’Afrique dans un contexte différent de celui de la Chine ».

L’« Afrique doit être considérée comme une région dotée d’un organisme, et les dirigeants européens doivent donc favoriser les relations sur le continent, indépendamment de ce que fait la Chine », ajoute Fikayo Akeredolu. « La concurrence avec la Chine ne peut pas être la seule raison de vouloir plus d’influence sur le continent. »

L’universitaire suggère également que, si l’Europe souhaite réellement devenir un partenaire plus important pour l’Afrique, le continent devrait « passer du discours à l’action » et présenter des propositions substantielles qui profiteront aux pays africains.

« Le climat actuel est particulièrement intéressant pour l’Europe en raison de la Global Gateway Strategy, qui est censée contrer l’initiative chinoise Belt and Road », explique-t-elle. « L’Europe poursuit ses efforts pour concurrencer la Chine sur le continent africain, mais un certain scepticisme règne quant à l’efficacité de ces efforts. »

 

Manque d’harmonie

Le politologue Michael Staak est également sceptique quant à la réussite de l’Allemagne et de l’Europe dans leurs tentatives de remodeler l’image géopolitique de l’Afrique. « Il n’est pas évident de savoir dans quelle mesure l’Allemagne prendra en considération l’agenda des pays africains. Par exemple, tous les pays africains exigent une nouvelle architecture financière mondiale moins dominée par l’Occident. De leur point de vue, un accès équitable et transparent au marché européen n’est pas garanti aujourd’hui. »

CwA photo de famille à BerlinMichael Staak estime également que le sommet lui-même est une idée erronée qui ne produira probablement que peu de résultats à long terme. « Les grands projets d’infrastructure ne sont pas inclus dans le portefeuille du Compact with Africa.

Le président du Nigeria déclare que l’initiative CwA a été lancée dix ans trop tard. Malheureusement, la Fédération des chambres de commerce et d’industrie d’Afrique de l’Ouest et d’autres représentants de l’esprit d’entreprise africain n’ont même pas reçu d’invitation au sommet », ajoute-t-il.

« Jusqu’à présent, les intérêts africains et européens sont partiellement pris en compte, mais pas vraiment harmonisés. »

@AB

 

Écrit par
Harry Clynch

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *