x
Close
African Business

L’Afrique a besoin d’initiatives audacieuses et innovantes

L’Afrique a besoin d’initiatives audacieuses et innovantes
  • Publiénovembre 9, 2023

Le roi du Maroc Mohammed VI a ouvert mercredi 8 novembre les Market Days 2023 de l’Africa Investment Forum en appelant les Africains à travailler ensemble afin d’attirer les investissements privés nécessaires pour stimuler le développement inclusif du continent.

 

Les Market Days, une initiative de la Banque africaine de développement et de sept autres partenaires, se tiennent à Marrakech, au Maroc, jusqu’au 10 novembre 2023.

L’« Afrique a plus que jamais besoin d’initiatives audacieuses et innovantes pour encourager l’entrepreneuriat privé et libérer le plein potentiel de notre continent », a déclaré le roi dans un discours liminaire lu en son nom par son conseiller Omar Kabbaj, président émérite de la Banque africaine de développement.

Le roi a déclaré que le Maroc pourrait servir d’exemple aux autres pays africains dans leurs efforts pour combler leurs déficits en matière d’infrastructures : « Au cours des deux dernières décennies, le Maroc a fait du développement des infrastructures une priorité dans tous les secteurs économiques. » Il a également informé l’assemblée que le pays se rapprochait de son objectif de faire en sorte que plus de 52 % de son mix électrique national provienne des énergies renouvelables d’ici 2030.

« Nous développons et sélectionnons des projets, réduisons les coûts de transaction et les risques et accélérons la conclusion des accords. Notre objectif est simple : faire en sorte que les investissements se posent en douceur en Afrique. »

Le roi a également souligné que les pays africains devraient renforcer « les mécanismes de coordination et de coopération pour stimuler l’intégration régionale » Pour illustrer la volonté du pays d’établir des partenariats avec ses voisins, il a cité le projet de gazoduc Maroc-Nigeria. Ce projet « permettra à tous les pays situés le long du tracé du gazoduc d’avoir accès à un approvisionnement énergétique fiable et d’être plus résilients face aux chocs exogènes des prix de l’énergie ». 

De son côté, dans son allocution d’ouverture, Akinwumi Adesina, président du groupe de la BAD, a souligné les perspectives de l’Afrique comme destination privilégiée pour les investissements.

Akinwumi Adesina
Akinwumi Adesina

Il a déclaré que le continent n’est pas aussi risqué qu’on le pense, qu’il est en pleine croissance et qu’il fait preuve de résilience malgré les défis mondiaux, donnant ainsi de bonnes raisons aux investisseurs mondiaux de rechercher des rendements ajustés au risque élevé en Afrique. « En tant qu’investisseurs, placez votre argent là où se trouve l’avenir — l’avenir, c’est l’Afrique ! », a déclaré le patron de la BAD.

 

 

Azali Assoumani
Azali Assoumani

Président de l’Union des Comores et président en exercice de l’Union africaine, Azali Assoumani a souligné que les exportations de produits manufacturés africains ne représentent que 1 % des exportations mondiales. Il a déclaré : « Nous les exportons (les produits bruts) vers les pays développés et ces pays nous les réexportent transformés en nous les revendant à un prix dix fois plus élevé. » Poursuivant : « Malgré les obstacles, il existe d’énormes opportunités de développement des chaînes de valeur en Afrique. »

La présidente Samia Hassan de la Tanzanie a reconnu que « la connectivité est un problème en Afrique », citant un exemple personnel récent : elle a dû passer par Paris depuis son pays d’Afrique de l’Est pour se rendre à Dakar, en Afrique de l’Ouest. Dès lors, « nous devons investir dans la connectivité du continent ».

« Les obstacles sont des opportunités », considère de son côté le président Julius Bio de la Sierra Leone. « Et la façon dont nous transformons les obstacles en opportunités est ce qui importe le plus. Nos économies ne sont pas suffisamment diversifiées et dès qu’il y a un choc, nous en subissons les conséquences. Et nous sommes à la merci des fluctuations des prix des matières premières telles que le pétrole. »

Mia Mottley
Mia Mottley

Première ministre de la Barbade, Mia Mottley a salué ce qui permet aux Africains et aux Caribéens de se réapproprier leur destin atlantique. « Nous constatons de plus en plus que les opportunités de synergies et de solidarités sont évidentes », a-t-elle estimé. Évoquant le changement climatique, l’une de ses préoccupations majeure, elle a déclaré : « Ne nous demandez pas de choisir entre les populations et la planète ! ». Mia Mottley recommande de suivre une approche unifiée afin de créer des règles du jeu équitables. Elle a ajouté que les Africains et les Caribéens pouvaient s’associer dans toute une série de domaines, notamment le développement pharmaceutique et le tourisme, en particulier l’industrie des navires de croisière.

Revenant sur le principe du forum lui-même, Akinwumi Adesina a déclaré que ce qui rend l’Africa Investment Forum unique et remarquable, c’est qu’il est très innovant et 100 % transactionnel. « Nous développons et sélectionnons des projets, réduisons les coûts de transaction et les risques et accélérons la conclusion des accords. Notre objectif est simple : faire en sorte que les investissements se posent en douceur en Afrique. »

Les Market Days 2023 se tiennent sous le thème « Débloquer les chaînes de valeur de l’Afrique ». Ils mettront en relation les investisseurs avec des transactions bancables dans plusieurs secteurs, notamment les énergies renouvelables, l’agro-industrie et la fabrication de batteries lithium-ion pour les véhicules électriques.

De gauche à droite, 1ère rangée : Boitumelo Mosako, PDG, Banque de développement de l’Afrique australe ; Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria ; Jean-Jacques Bouya, ministre congolais de l’Aménagement du territoire et des grands projets ; Julius Maada Bio, président de la Sierra Leone ; Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement et son épouse Grace ; Omar Kabbaj, conseiller du roi Mohammed VI ; Azali Assoumani, président de l’Union des Comores et président de l’Union africaine ; Samia Suluhu Hassan, présidente de la Tanzanie ; Édouard Ngirente, Premier ministre du Rwanda ; Chinelo Anohu, directrice principale de l’Africa Investment Forum.

2e rangée, à partir du deuxième à gauche : Roger Stuart, Banque européenne d’investissement ; Benedict Oramah, président d’Afreximbank ; Nadia Fettah Alaoui, ministre marocaine de l’économie et des finances ; Hani Salem Sonbol, PDG de la Société internationale islamique de financement du commerce.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *