x
Close
African Business Business - Investissements

La Zone franche de Misrata prend enfin forme

La Zone franche de Misrata prend enfin forme
  • Publiéjuin 29, 2022

Vieux projet, la zone franche libyenne devient progressivement une réalité. La première phase des travaux d’infrastructure est achevée, tandis que la Chambre de commerce signe un partenariat avec le Tunisia Africa Business Council.

 

Par Aude Darc

Dans un contexte politique tendu, la zone franche de Misrata, à l’est de Tripoli, tente de s’imposer sur les rives de la Méditerranée. Une cérémonie marquant l’achèvement de la première phase des projets d’infrastructure s’est tenue le 25 juin 2022, en présence du Premier ministre, accompagné de plusieurs ministres, ambassadeurs, représentants de missions diplomatiques et invités de marque. Quelques jours plus tard, la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Misrata et le Tunisia Africa Business Council (TABC) signaient un accord stratégique de partenariat.

La Foire internationale de Misrata, du 15 au 17 novembre, permettra d’encourager les investisseurs tunisiens à s’installer à Misrata comme point de départ vers les pays d’Afrique subsaharienne et de lier des partenariats avec les industriels et commerçants libyens.

Le Premier ministre libyen, Abd Alhamid Aldabaiba, basé à Tripoli, a souligné l’importance de la Zone franche en tant que porte d’entrée de l’Afrique, appelant les secteurs privé et public à intensifier leurs efforts et à soutenir ce projet. La Zone est exempte de restrictions fiscales et douanières, entrant directement en concurrence des autres zones franches d’Afrique du Nord.

Il a appelé les responsables du ministère de l’économie à soumettre des propositions et à publier des règlements qui aident la Zone à accomplir ses tâches de manière fluide et facile, soulignant l’insistance et le soutien du gouvernement pour tous les projets qui créent des opportunités pour les jeunes et se reflètent positivement sur l’économie locale.

De son côté, Nuri Gatati, le sous-secrétaire du ministère de l’Économie, a souligné que ce dernier prépare un plan stratégique national pour l’établissement et l’activation de la Zone franche et du commerce de transit. Il s’agit de la relier à des lignes existantes pour traverser vers le sud, une « question délicate » dont le règlement fera le succès de la Zone, a reconnu le responsable.

D’autre part, la zone de Misrata renforce donc ses liens avec la Tunisie voisine par des accords entre leurs chambres de commerce respectives. Anis Al Jaziri, responsable de la tunisienne TABC, a déclaré que l’objectif principal de l’accord signé avec la Chambre de commerce de Misrata est de développer les investissements et les échanges commerciaux entre la Tunisie et la Libye.

 

Deux rendez-vous Tunisie-Libye

À son sens, Misrata est un centre économique et industriel « très important, ouvert sur la Méditerranée avec un port commercial parmi les plus grands et les plus actifs des ports libyens, et une zone franche développée qui permet aux investisseurs d’obtenir de nombreux privilèges ».

Plus important peut-être, estime-t-il, Misrata est un candidat pour être l’un des plus importants centres économiques et commerciaux pour le développement des échanges avec l’Afrique et le sud du Sahara à travers le Niger et le Tchad. Par exemple, la flotte de camions à Misrata compte plus de 7000 camions, la plus importante au niveau africain.

En outre, la Chambre de Misrata comprend environ 30 000 entreprises de divers secteurs, ce qui indique le poids de cette région dans l’économie libyenne.

L’accord prévoit l’organisation d’une exposition tuniso-libyenne à orientation africaine, dans l’enceinte de la Foire internationale de Misrata, du 15 au 17 novembre. Il s’agira d’encourager les investisseurs tunisiens à s’installer à Misrata comme point de départ vers les pays d’Afrique subsaharienne et de lier des partenariats avec les industriels et commerçants libyens.

Quelques semaines plus tôt, les 28 et 29 septembre, se sera tenu à Sfax le deuxième Forum économique tuniso-libyen. L’accord conclu prévoit que la Chambre de Misrata participe avec une importante délégation d’hommes d’affaires de haut niveau de la région à cet événement.

Enfin, les deux parties ont également convenu de travailler avec leurs autorités respectives pour activer les échanges entre la Tunisie et la Libye en créant une ligne maritime entre Sfax et Misrata, en augmentant les vols entre la Tunisie et Misrata, et en achevant les 200 km restants pour relier Misrata à Sebha, puis à la frontière libyenne, et enfin à Agadez avec le Niger.

Pour Anis Al Jaziri, cette première visite à Misrata et la signature du contrat de partenariat « permettent de consolider davantage les relations avec la Libye, d’améliorer les échanges commerciaux et de développer les investissements entre les deux pays, notamment le travail conjoint pour développer les exportations respectives vers l’Afrique subsaharienne ».

@AB

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.