x
Close
African Business

La Tunisie rejoint la solution RASME d’analyse de données

La Tunisie rejoint la solution RASME d’analyse de données
  • Publiéfévrier 9, 2024

Déjà déployée dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, la suite d’outils RASME permet de recueillir et d’analyser les données utiles aux projets de développement.

 

La BAD (Banque africaine de développement) a lancé, le 9 février 2024 à Tunis, la solution informatique RASME (Remote, Appraisal, Supervision, Monitoring and Evaluation, en anglais). Cet outil permet la collecte, l’analyse et le traitement de données en temps réel pour renforcer la supervision des projets de développement.

La solution RASME recueille et exploite les données numériques des projets afin d’en améliorer le suivi-évaluation à distance et en temps réel sur l’ensemble du territoire tunisien.

Les outils sont opérationnels à la fois en ligne et hors ligne et sont donc utiles dans les endroits où l’infrastructure de télécommunications est limitée.

Devant un parterre d’opérateurs publics et privés de premier plan, le lancement officiel de cette solution informatique a été fait par Mohamed El Azizi, directeur général de la BAD pour l’Afrique du Nord, en présence de Tarek Bouhlel, directeur général de la Coopération au ministère tunisien de l’Économie et de la Planification.

« Ce lancement célèbre la réussite d’une coopération tripartite qui améliore, grâce à une technologie d’avant-garde, l’efficacité du développement au bénéfice des populations que nous servons. Nous sommes fiers de ce partenariat dans un domaine si stratégique pour le pays », a déclaré Mohamed El Azizi.

La solution informatique RASME est le fruit d’un partenariat entre la BAD, l’initiative Geo-Enabling for Monitoring and Supervisionde la Banque mondiale et KoBoToolbox.

« Cette solution revêt une importance stratégique pour la Tunisie. Nous sommes tous conscients de l’importance d’avoir des données fiables et accessibles pour assurer une gestion efficace et efficiente des projets. La prise de décision n’en sera que plus facile pour accélérer la réalisation de nos priorités de développement », a souligné Tarek Bouhlel.

Le déploiement de cette initiative en Tunisie sera accompagné d’une stratégie de formation, de communication et de conduite du changement. Pendant quatre jours, plus de 70 gestionnaires de projets issus de la BAD et d’institutions publiques seront formés à la collecte et au traitement, sur le terrain, de données opérationnelles sous divers formats numériques (photos, vidéos, audios, cartes, etc.) à l’aide d’appareils mobiles, de tablettes et d’ordinateurs.

Depuis près d’un demi-siècle, le partenariat entre la BAD et la Tunisie couvre les secteurs de l’énergie, de l’eau, des transports, de l’agriculture, du développement social et des technologies de l’information et de la communication.

RASME, déjà déployé en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, permet d’améliorer la collecte de données dans les zones inaccessibles ou éloignées, y compris celles qui présentent des problèmes de sécurité et de logistique, un besoin qui a été accentué par la pandémie de la Covid-19.

Cette suite d’outils est basée sur la plateforme KoBoToolbox, une solution TIC Open source développée par des chercheurs affiliés à la Harvard Humanitarian Initiative. Les outils sont opérationnels à la fois en ligne et hors ligne et sont donc utiles dans les endroits où l’infrastructure de télécommunications est limitée. KoBoToolbox peut également valider et analyser les données, qui sont stockées sur des serveurs sécurisés. Le déploiement de RASME s’étend donc progressivement à l’ensemble de l’Afrique.

*****

 

En bref

 

Partenariat entre la BAD et la TDB

 

La BAD et la Banque de commerce et de développement (TDB) joignent leurs efforts pour déployer des technologies propres afin de réduire les émissions de carbone en Afrique.

La BAD a décidé un investissement de suivi de 15 millions de dollars en actions pionnières Green+ de catégorie C au capital du groupe TDB, afin de soutenir les projets de technologies propres et à faibles émissions de carbone dans ses États membres, essentiellement situés en Afrique australe et de l’Est.

Ces nouveaux capitaux soutiendront également la mise en place d’un mécanisme de préparation de projets pour stimuler l’investissement dans les technologies propres.

Le FTP qui fait partie des Fonds d’investissement climatiques, fournit des ressources aux pays en développement pour développer à grande échelle des technologies à faibles émissions de carbone qui présentent un potentiel important de réduction des émissions de gaz à effet de serre à long terme.

La TDB a lancé ces instruments d’actions thématiques uniques il y a un peu plus d’un an, lors de la COP 27 en Égypte ; la BAD avait accueilli cette annonce avec un investissement initial de 15 millions de dollars. Les actions Green+ de catégorie C permettent au Groupe TDB de multiplier ses fonds par quatre grâce à l’effet de levier, afin de soutenir des transactions des secteurs public et privé éligibles et alignées sur la lutte contre le changement climatique et les objectifs de développement durable.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *