Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

La Sodecoton confirme son redressement

Le fleuron de l’industrie cotonnière du Cameroun affiche un solide bénéfice pour l’exercice 2019-2020, pour une activité en hausse, tant en volumes qu’en valeur. Redressée, la Sodecoton semble résiliente face à la crise de Covid-19.

Par Paule Fax

Excellente année pour la Société de développement du coton (Sodecoton). Le producteur camerounais a dégagé, durant la campagne cotonnière 2019-2020, 140 milliards de F.CFA de chiffre d’affaires (213,4 millions d’euros).

L’année fiscale se solde par un bénéfice net de 5 milliards de F.CFA, après un bénéfice de 1,3 milliard lors de l’exercice précédent. Qu’on en juge : l’entreprise avait cumulé 35 milliards de F.CFA de pertes entre 2013 et 2016 ; le redressement est donc une nouvelle fois confirmé.

Sodecoton ambitionne de porter sa production à 400 000 tonnes en 2022 et à 600 000 tonnes en 2025. Ces objectifs peuvent être atteints, « si les investissements nécessaires pour la mise à niveau sont effectués », reconnaît son directeur général.

En 2016, face aux mauvais résultats, le gouvernement camerounais avait soutenu un plan de relance pour cette entreprise parapublique. Plan doté d’une enveloppe budgétaire de 30 milliards de F.CFA. Progressivement, l’entreprise retrouve son rôle de fleuron de l’industrie agricole en Afrique centrale. La Sodecoton a enregistré une production de 330 000 tonnes au cours de la période. Une activité en hausse de 10 000 tonnes par rapport à la campagne précédente. Un résultat « jamais enregistré en seize ans », commente un porte-parole.

En valeur, le chiffre d’affaires ressort donc à 140 milliards de F.CFA, contre 130 milliards en 2018-2019. Sous la direction générale de l’ingénieur agro-économiste Mohamadou Bayero Bouno, le plan de relance confirme son bien-fondé. Sodecoton a procédé à la rénovation de son matériel roulant.

Les équipements de production ont été réhabilités. Des innovations de procédé ont permis de limiter les pertes liées à la mouille des graines. L’amélioration des conditions de travail des employés a permis d’améliorer la qualité du travail et la productivité. Sur le plan organisationnel, l’assainissement du circuit de commercialisation des huiles, la facilitation de la délivrance des agréments, etc., ont facilité le travail.

Le circuit d’appui aux producteurs – crédits, fournitures d’engrais et pesticides – a été amélioré. En tout, Sodecoton a apporté son appui à plus de 250 000 cotonculteurs du nord du Cameroun.

Des ambitions réaffirmées

La société a consenti d’importants investissements, aussi bien dans l’acquisition de camions et de véhicules légers, que dans l’augmentation des capacités de production. L’entreprise n’a pas hésité à puiser dans ses ressources pour améliorer l’état des routes non bitumées qu’empruntent ses camions, le mauvais état du réseau routier étant l’un de ses principaux écueils.

Sodecoton, créée en 1974, a un capital de 23,643 milliards de F.CFA, détenu par l’État du Cameroun (59%), le groupe Advens-Geocoton (30%), la Société Mobilière d’Investissements (11%), une société publique. L’entreprise cotonnière est essentiellement active dans les trois régions septentrionales du Cameroun, dont elle est l’un des poumons économiques.

Elle représente environ 2,5% du PIB du Cameroun et 4% de ses exportations. Sodecoton compte près de 2 000 salariés permanents et jusqu’à 3 000 saisonniers. La société dispose de neuf usines d’engrenages et de deux huileries.

En 2019-2020, Sodecoton avait reçu le soutien financier de la Banque islamique de développement. La BID avait prêté quelque 13 milliards de F.CFA (200 millions d’euros) pour lui permettre d’acquérir des intrants agricoles, et 51,2 milliards de F.CFA (78 millions d’euros) pour l’aider à commercialiser le coton-graine. Sodecoton ambitionne de porter sa production à 400 000 tonnes en 2022 et à 600 000 tonnes en 2025.

Ces objectifs peuvent être atteints, « si les investissements nécessaires pour la mise à niveau sont effectués », reconnaît Mohamadou Bayero Bounou. Sodecoton bénéficie aussi du soutien de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique, la Badea.

À court terme, l’entreprise n’échappe pas aux conséquences de l’épidémie de Covid-19. Pourtant, les résultats annuels démontrent que le retard dans l’acheminement de la production, ainsi que le surcoût de stockage induit, déjà observés au cours du deuxième trimestre de l’année 2020, n’ont pas grevé les résultats. Sodecoton aurait in extremis bouclé ses engagements de livraison au 31 mai.

 L’entreprise a mis en place une cellule spécifique pour combattre la Covid-19. Elle encourage ses employés aux mesures sanitaires et réorganisé le travail pour respecter les consignes de distanciations physiques. Elle a fractionné les réunions afin d’éviter les attroupements, par exemple, et mis au repos tout salarié susceptible d’être touché par le virus. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This