Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

La raffinerie de Dangote en exemple

Le président de la Banque africaine de développement ne masque pas son enthousiasme à l’égard de la méga-raffinerie de Dangote au Nigeria. Et estime que le savoir-faire accumulé lors de sa construction et de sa mise en service pourrait être répliqué sur le continent. 

Par Véronique Clara Véronne

Cette « initiative révolutionnaire » stimulera le développement de l’Afrique et approfondira l’intégration régionale. C’est ainsi que le président de la BAD (Banque africaine de développement) a résumé son opinion au sujet des projets de pétrole et d’usine pétrochimique du groupe Dangote.

Une extension possible du projet pourrait inclure un corps de fabrication industrielle africaine composé d’ingénieurs et d’autres techniciens qui ont construit la raffinerie. Une telle initiative permettrait le partage des compétences à travers le continent, juge le président de la BAD.

Le 22 janvier 2022, Akinwumi Adesina a visité la nouvelle raffinerie de pétrole brut et l’usine de production pétrochimique nigériane, valorisée à de 19,5 milliards de dollars, appartenant à Dangote Industries Limited. La raffinerie de pétrole et le complexe pétrochimique sont situés dans la zone de libre-échange de Lekki, couvrant une superficie de 2 635 hectares.

En 2014, la BAD avait approuvé un prêt de 300 millions $ à Dangote Industries pour soutenir la construction et l’exploitation de la raffinerie de pétrole brut et de l’usine de fabrication d’engrais. Les deux installations devraient créer 38 000 emplois pendant leur construction.

 Un Aliko Dangote par pays !

« Le groupe Dangote est un accélérateur de croissance en Afrique », a déclaré Akinwumi Adesina, à l’issue de sa visite. Le patron de la première banque de développement du continent s’est dit « époustouflé » par l’ampleur de ce qu’il a vu. « Il s’agit d’un complexe industriel de classe mondiale qui fera la fierté du Nigeria et de l’Afrique. » Et qui, visiblement, fait déjà la fierté de la BAD : « Chaque pays africain doit avoir un Aliko Dangote pour aider le continent à s’industrialiser ! », a lâché son président.

Plus généralement, « le succès de Dangote démontre que les gouvernements devraient donner la priorité à l’industrialisation ; nous devons continuer à soutenir le secteur privé, compte tenu de la valeur qu’il apporte ».

Les projets de raffinerie de pétrole et d’usines pétrochimiques sont des exemples d’une visant à favoriser l’industrialisation par l’amélioration de la transformation des ressources naturelles et des exportations, ainsi qu’un soutien pour accélérer l’entrepreneuriat africain. Lequel se révèle « crucial » dans la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine.

De son côté, le PDG du conglomérat, Aliko Dangote, a précisé que la raffinerie est la plus grande raffinerie de pétrole « à train unique » au monde, avec une capacité de traitement de 650 000 barils de pétrole brut par jour. Elle a la capacité de répondre à 100 % des besoins du Nigeria en produits raffinés avec un excédent pour l’exportation.

On estime que d’ici 2023, le Nigeria n’importera aucun produit pétrolier, contre environ 50 milliards $ d’importations annuelles actuellement. La raffinerie comprend un parc de réservoirs de traitement d’eau de 440 millions de litres et un lotissement construit pour 50 000 employés et leurs familles sur place.

Un acteur majeur des engrais

L’achèvement réussi du projet de raffinerie devrait avoir un impact significatif sur les avoirs en devises du Nigeria grâce à la substitution des importations et à des économies substantielles de revenus. Les responsables ont confirmé que la raffinerie sera mise en service d’ici la fin de l’année.

De plus, Akinwimi Adesina et Aliko Dangote ont évoqué le potentiel de collaboration entre leurs deux groupes pour étendre leurs activités à d’autres pays africains. Une collaboration possible pourrait inclure la création d’un corps de fabrication industrielle africaine composé d’ingénieurs et d’autres techniciens qui ont construit la raffinerie. Une telle initiative serait « inestimable » pour le partage des compétences à travers le continent, juge le président de la BAD.

Au sujet de l’usine d’engrais, Dangote revendique la détention du « plus grand complexe d’engrais à base d’urée granulée d’Afrique ».

L’usine d’engrais dispose de deux lignes de production, chacune produisant 2 200 tonnes d’ammoniac et 4 000 tonnes d’urée granulée chaque jour. Le premier train a été construit et déployé au deuxième trimestre 2021. Plus de 300 000 tonnes d’urée ont été produites et vendues au quatrième trimestre 2021, principalement sur les marchés d’exportation. Le deuxième train de production devrait être mis en service au premier trimestre 2022. L’usine fait désormais du Nigeria un exportateur net d’engrais.

La BAD pourrait venir en appui du conglomérat dans d’autres domaines tels que l’agriculture, y compris le riz et les produits laitiers, ainsi que dans le ciment, hors du Nigeria.

@VCV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts