x
Close
African Business

La Guinée soigne ses PME

La Guinée soigne ses PME
  • Publiéoctobre 10, 2023

Un mécanisme innovant de partage des risques permet aux petites entreprises guinéennes de trouver plus aisément des financements. De plus, la Guinée participe, avec le Ghana et le Bénin, à un programme de renforcement des capacités des micro-entreprises et des PME.

 

L’Organisation non gouvernementale « Osez Innover » (DTI, pour Dare to Innovate) et la BAD (Banque africaine de développement) en Guinée ont lancé, le 5 octobre 2023 à Conakry, le Projet d’accroissement de la résilience des micros, petites et moyennes entreprises en Guinée, au Ghana et au Bénin. Ce projet va contribuer au renforcement des capacités de 4 500 entreprises (1750 en Guinée, 1750 au Ghana et 1000 au Bénin), dont 50 % d’entreprises dirigées par des femmes.

« Ce fonds servira entre autres à la formation, à la structuration et au financement des projets innovants créateurs de valeur. L’impact de cet appui doit être direct, perceptible. »

« Notre pays a placé la jeunesse au cœur de l’action du gouvernement de transition, et de ce fait, le projet bénéficiera de l’appui nécessaire des autorités pour sa mise en œuvre », a déclaré Aminata Kouyaté, directrice nationale de l’emploi et de l’auto-emploi. Saluant l’appui de la BAD, elle a souligné la qualité du travail de l’ONG « Osez Innover » depuis sa création, soulignant les bonnes relations avec le gouvernement guinéen pour la mise en œuvre des actions visant à soutenir l’entreprenariat social.

Richard Doffonsou (BAD), économiste pays en chef pour la Guinée qui représentait le responsable de la Banque en Guinée, a rassuré l’ONG de l’appui de la banque pour la mise en œuvre réussie du projet. Il a invité l’ensemble des acteurs à travailler sur la durabilité des résultats du projet afin de permettre aux bénéficiaires de grandir et de devenir des moyennes puis de grandes entreprises.

De son côté, le directeur pays de « Osez innover » et coordonnateur du projet Djibril Souaré, a salué la Banque et les partenaires pour la confiance placée en sa structure à travers le financement du projet. Il a promis de tout mettre en œuvre pour atteindre l’objectif assigné à son organisation.

 

Un fonds de garanties des prêts pour les PME

Pour faire face au défi du chômage des jeunes, « Osez innover » s’investit dans la formation, le financement et l’accompagnement post-financier des porteurs de projets. Créée en février 2013 par des jeunes guinéens avec l’appui de volontaires du Corps de la paix du gouvernement américain résidant en Guinée, cette organisation a participé à la mise en œuvre d’une quarantaine de projets portés par des jeunes sur l’ensemble du territoire guinéen, pour plus de 3 millions de dollars. Plus de 12 000 jeunes ont été formés en entreprenariat social, 400 entreprises créées et fonctionnelles avec 800 emplois directs créés.

Le Projet est financé par un don de 928 000 $ de la BAD. Le financement provient des ressources du Fonds fiduciaire multi-donateurs pour l’entreprenariat et l’innovation des jeunes (YEIMDTF).

Sa démarche rejoint l’opérationnalisation en cours du Fonds de garantie des prêts aux entreprises (FGPE), lancé début août. Ce nouvel instrument a pour mission de faciliter l’octroi de crédits bancaires aux PME par un mécanisme de partage des risques. Le FGPE bénéficie de l’appui technique et financier de la Banque mondiale. Un mécanisme original qui répond à l’assèchement soudain du crédit aux entreprises, ces derniers mois.

Il consiste à « dé-risquer » les PME en apportant des garanties additionnelles aux banques et institutions de microfinance dans le cadre de leur activité de financement par un mécanisme de partage des risques.

« C’est une étape importante qui pose les bases d’une relation de confiance entre les acteurs financiers et ceux du privé, chose indispensable au renforcement du climat des affaires dont les retombés auront un impact positif sur le quotidien des populations », commente la ministre de l’Industrie et du Commerce, Louopou Lamah.

Bernard Goumou, Premier minister de GuinéeApprouvée par le Premier ministre, Bernard Goumou (photo ci-contre) : «Ce nouveau dispositif de partage des risques permettra désormais aux institutions financières d’accroître leurs capacités de financement des entreprises surtout celles plus vulnérables et victimes de rationnement de crédit. Ce fonds servira entre autres à la formation, à la structuration et au financement des projets innovants créateurs de valeur. L’impact de cet appui doit être direct, perceptible. Nous voulons sentir un changement positif qui apporte à notre tissu économique une vitalité éclatante. »

Selon le Premier ministre, le meilleur moyen de promouvoir les PME et d’accroître leur compétitivité est de leur faciliter l’accès aux crédits et aux financements.

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *