Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

La Fondation Tony Elumelu en quête d’entrepreneurs

Le programme 2022 de la Fondation Tony Elumelu est lancé, à travers toute l’Afrique. Il permet de financer et d’accompagner des jeunes entreprises, dans tous les secteurs d’activité. Il aurait déjà aidé 16 000 projets, depuis 2015.

Par Marie-Anne Lubin 

Jeunes entrepreneurs, la Fondation Tony Elumelu (TEF) a besoin de vous. Elle lance dès à présent les candidatures pour son programme d’entrepreneuriat 2022. TEF se présente comme la principale organisation philanthropique qui autonomise les jeunes entrepreneurs dans les 54 pays du continent.

« Notre espoir est que, grâce au programme d’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu, nous aiderons le leader des affaires ou le capitaine de l’industrie à être ceux qu’ils sont destinés êtres », explique A. Valu Elumelu, Administratrice fondatrice de la Fondation.

Les entrepreneurs africains ayant des idées d’affaires ou des entreprises existantes de moins de cinq ans peuvent postuler pour bénéficier d’un capital d’amorçage de 5 000 dollars, d’un mentorat, d’une formation en gestion d’affaires et plus encore.

Depuis 2015, le programme d’entrepreneuriat TEF a doté 15 847 entrepreneurs africains avec un capital d’amorçage non remboursable de 5 000 $ chacun. Générosité doublée de douze semaines de formation en gestion d’affaires, de l’accès à des mentors expérimentés et d’une adhésion au plus grand écosystème entrepreneurial d’Afrique.

En 2021, la Fondation Tony Elumelu a versé 24,75 millions $ à 5 000 entrepreneurs africains à travers l’Afrique pour son programme d’entrepreneuriat 2021. « Le programme d’entrepreneuriat reste l’une des plus grandes réponses du secteur privé pour stimuler la reprise économique des jeunes, des femmes et des PME africains compte tenu des effets de la pandémie de la Covid-19 à travers l’Afrique », se félicite la Fondation dans un communiqué.

Selon ses calculs, les bénéficiaires du programme d’entrepreneuriat, par la création de leurs entreprises, ont collectivement créé plus de 400 000 emplois directs et indirects.

Tony Elumelu (G) et l’ambassadeur Jalel Trabelsi (D)

Par exemple, la lauréate 2015, Hauwa Liman, fondatrice d’Afrik Abaya (mode et habillement) explique pourquoi elle est « toujours fière » de faire partie de la cohorte inaugurale du programme d’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu. Elle dirige une entreprise située à Kaduna, au nord du Nigeria. « J’ai bénéficié de ce programme en 2015, et il m’a ouvert beaucoup de portes et d’opportunités. »

Forte présence féminine en 2021

Selon elle, l’atout ne réside pas seulement du capital d’amorçage, mais dans « les connaissances » apportées ; le programme fait office de « mini-MBA », car dès le stade de l’idée, il vous apprend à articuler votre entreprise et il permet d’obtenir un premier plan d’affaires. « Le réseau, la visibilité et les opportunités sont infinis », explique la jeune femme qui emploie désormais dix salariés permanents et huit employés supplémentaires payés à la commission.

De son côté, le PDG de la Fondation Tony Elumelu, Ifeyinwa Ugochukwu, se dit « constamment époustouflé » par la qualité des entreprises qui viennent d’Afrique chaque année. Ce qui motive la Fondation « à intensifier ses efforts pour responsabiliser encore plus d’entrepreneurs sur le continent ».

L’innovation, les connaissances et la résilience des entrepreneurs africains sont essentielles pour tracer la transformation socio-économique de l’Afrique et atteindre ses objectifs de développement, juge-t-il.

Le responsable constate, pour s’en féliciter, l’augmentation de la participation des femmes au programme, « en particulier avec la cohorte 2021 où nous avons été témoins d’une sélection record de 68 % de femmes entrepreneurs ».

« Notre espoir est que, grâce au programme d’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu, nous aiderons le leader des affaires ou le capitaine de l’industrie à être ceux qu’ils sont destinés êtres », conclut A. Valu Elumelu.

Administratrice fondatrice de la Fondation, A. Valu Elumelu explique que par le biais de ce programme de l’entrepreneuriat, « nous cherchons à démocratiser la chance ».

Le travail acharné joue un rôle important et indéniable, mais il ne faut pas rabaisser le rôle de la chance : quelqu’un étant prêt à croire à une idée d’entreprise peut responsabiliser l’entrepreneur par le biais de la formation, le mentorat ou le financement.

Le programme d’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu est ouvert aux entrepreneurs à travers l’Afrique : les nouvelles start-up et les jeunes entreprises existantes, opérant dans n’importe quel secteur. Les candidats potentiels peuvent postuler sur le hub numérique pour les entrepreneurs africains à l’adresse tefconnect.net.

« Notre espoir est que, grâce au programme d’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu, nous aiderons le leader des affaires ou le capitaine de l’industrie à être ceux qu’ils sont destinés êtres », conclut A. Valu Elumelu.

@Malu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts