x
Close
African Business

La COP28 envisage l’abandon des combustibles fossiles

La COP28 envisage l’abandon des combustibles fossiles
  • Publiédécembre 13, 2023

Arrachant un accord à Dubaï, les organisateurs de la COP28 ont salué « une référence sans précédent à la transition vers l’abandon de tous les combustibles fossiles ». Reste à compenser, notamment pour les pays africains, le manque à gagner de leur exploitation.

 

Les nations du monde entier ont conclu un accord historique visant à limiter l’utilisation des combustibles fossiles lors de la COP28 qui s’est tenue à Dubaï. Plus de 200 pays se sont mis d’accord sur un accord qui appelle à « réduire à la fois la consommation et la production de combustibles fossiles, d’une manière juste, ordonnée et équitable, de façon à parvenir à un bilan net nul d’ici à 2050, ou avant, ou autour de 2050, conformément aux données scientifiques ».

Le président de la COP28, Sultan al-Jaber, également à la tête de la compagnie pétrolière nationale d’Abou Dhabi, a donné le coup de marteau sur l’accord après un débat rapide, un jour après la clôture officielle de la conférence.

« Que vous le vouliez ou non, les combustibles fossiles ne sont pas une fin en soi : Que vous le vouliez ou non, l’élimination progressive des combustibles fossiles est inévitable. Espérons qu’elle n’arrive pas trop tard. »

« Pour la première fois, notre accord final contient des dispositions sur les combustibles fossiles », a-t-il déclaré.

C’est la première fois qu’une référence à la transition vers l’abandon des combustibles fossiles est adoptée dans le cadre de cette série de conférences historiques. Les organisateurs ont salué « une référence sans précédent à l’abandon de tous les combustibles fossiles » dans le cadre de ce qu’ils ont appelé le « consensus des Émirats arabes unis ».

« Après deux semaines de négociations à la COP28, l’accord des Émirats arabes unis maintient notre étoile polaire, à savoir limiter le réchauffement climatique à moins de 1,5 °C, à portée de main », ont déclaré les organisateurs.

 

Conséquences pour l’Afrique

L’accord aura des conséquences durables pour les pays africains qui envisageaient d’exploiter les réserves de combustibles fossiles pour développer leur économie. Certains pays africains plaident depuis longtemps pour qu’on leur permette d’exploiter leurs ressources ou, à tout le moins, de continuer à produire des « combustibles de transition » tels que le gaz naturel.

En échange de leur accord pour abandonner les combustibles fossiles, ils attendront un soutien financier substantiel de la part des pays plus riches – notamment le suivi de la promesse de 100 milliards de dollars par an convenue par les pays riches en 2009, qui n’a pas été respectée pendant des années –, et le déploiement de nouveaux partenariats pour une transition énergétique juste.

Ali Mohamed, l’envoyé du Kenya pour le changement climatique, a déclaré à la BBC que le Kenya « peut s’accommoder de ce texte ».

 

Le début de la fin pour les combustibles fossiles

Après l’annonce de l’accord, qui fait suite à une quinzaine de jours de diplomatie intense et aux menaces de certains pays de se retirer d’un accord plus faible, Simon Stiell, secrétaire exécutif des Nations unies pour le changement climatique, précise le tournant engagé.

« La COP28 devait également marquer un coup d’arrêt au principal problème climatique de l’humanité : les combustibles fossiles et leur pollution qui brûle la planète. Bien que nous n’ayons pas tourné la page de l’ère des combustibles fossiles à Dubaï, ce résultat marque le début de la fin. »

Ajoutant, en guise d’avertissement : « Nous nous dirigeons actuellement vers un peu moins de 3 degrés. Cela équivaut toujours à des souffrances humaines massives, et c’est pourquoi la COP28 devait faire avancer les choses. Le bilan mondial nous a clairement montré que les progrès ne sont pas assez rapides, mais qu’ils s’accélèrent indéniablement. »

Parmi les autres références aux combustibles fossiles, l’accord appelle également à « accélérer les technologies à émissions nulles ou faibles, y compris, entre autres, les énergies renouvelables, le nucléaire, les technologies de réduction et d’élimination, notamment le captage, l’utilisation et le stockage du carbone, et la production d’hydrogène à faible teneur en carbone, afin de renforcer les efforts visant à remplacer les combustibles fossiles non dilués dans les systèmes énergétiques » et à « éliminer progressivement, dès que possible, les subventions inefficaces aux combustibles fossiles qui encouragent le gaspillage et ne permettent pas de lutter contre la pauvreté énergétique ou d’assurer des transitions équitables ».

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a salué le texte sur X (anciennement Twitter) après « de nombreuses années au cours desquelles la discussion sur cette question a été bloquée ».

Justice et équité

« La science nous dit qu’il sera impossible de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C sans éliminer progressivement les combustibles fossiles. Cela a également été reconnu par une coalition croissante et diversifiée de pays lors de la COP28. L’ère des combustibles fossiles doit prendre fin ; et ce, dans la justice et l’équité. »

Cependant, il a également réservé des mots forts pour les pays non nommés qui se sont opposés à l’accord.

À ceux qui se sont opposés à une référence claire à l’élimination progressive des combustibles fossiles lors de la conférence sur le climat #COP28, je tiens à dire : « Que vous le vouliez ou non, les combustibles fossiles ne sont pas une fin en soi : Que vous le vouliez ou non, l’élimination progressive des combustibles fossiles est inévitable. Espérons qu’elle n’arrive pas trop tard. »

@AB 

Écrit par
David Thomas

1 Commentaire

  • cet accord dit historique est contre le développement des pays africains

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *