x
Close
African Business

La BAD se penche sur la Libye

La BAD se penche sur la Libye
  • Publiénovembre 27, 2023

La Banque africaine de développement a signé trois accords d’assistance technique sous forme de dons avec le gouvernement de la Libye. Il s’agit de répondre à l’urgence après les inondations de septembre et de préparer l’avenir.

 

Trois accords ont été signés à Tripoli, la capitale libyenne, le 21 novembre 2023, au premier jour de la mission de consultation d’une délégation de haut niveau de la BAD (Banque africaine de développement), conduite par Malinne Blomberg, directrice générale adjointe pour la région Afrique du Nord.

Les dons comprennent une aide d’urgence d’un million de dollars qui sera canalisée par l’intermédiaire de l’Unicef, en collaboration avec le gouvernement libyen. Ce don servira à acheter et à fournir des produits essentiels tels que des kits de lavage et d’hygiène et à fournir du matériel d’urgence pour des espaces d’apprentissage temporaires et des salles de classe réhabilitées. Cette mesure était devenue nécessaire et a été rapidement décidée par la BAD à la suite des inondations catastrophiques de Derna qui ont dévasté l’est du pays. Les trois parties à l’accord ont convenu de mettre rapidement les fonds à la disposition des personnes les plus touchées, en particulier les femmes et les enfants.

Malgré les inondations dévastatrices, les perspectives économiques à moyen terme de la Libye restent positives en raison des prix élevés du pétrole prévus, estime le Fonds monétaire international.

Lors de la cérémonie de signature, Malinne Blomberg a exprimé le soutien de la BAD au peuple libyen dans ses efforts de reconstruction après les inondations. Khalid El Mabrouk, ministre des Finances de la Libye, a remercié l’institution pour sa réponse rapide. « Le partenariat avec la BAD a toujours été solide et déterminant pour faire avancer le programme de développement des autorités libyennes, et nous apprécions l’aide apportée par la Banque dans la préparation et la mise en œuvre de projets d’importance stratégique pour la Libye. »

Michele Servadei, représentant de l’Unicef en Libye, estime que ces fonds seraient cruciaux pour la réponse d’urgence aux inondations. « Grâce à ce soutien, l’UNICEF pourra se concentrer sur l’approvisionnement en eau potable, la promotion de l’hygiène et le contrôle de la qualité de l’eau, ainsi que sur les fournitures nécessaires à la réouverture des écoles et à la mise en place de services psychosociaux », a-t-il déclaré.

 

Renforcer la capacité de gestion des finances publiques

Malinne Blomberg est directrice générale adjointe pour l’Afrique du Nord et responsable pays pour la Libye et la Mauritanie. Elle est depuis octobre 2023 responsable du bureau pays en Tunisie.
Malinne Blomberg est directrice générale adjointe pour l’Afrique du Nord et responsable pays pour la Libye et la Mauritanie. Elle est depuis octobre 2023 responsable du bureau pays en Tunisie.

Les deux autres accords d’assistance technique, financés grâce aux ressources du Fonds d’assistance technique des pays à revenu intermédiaire de la BAD, comprennent un accord visant à aider le gouvernement à élaborer la première stratégie de sécurité alimentaire et de nutrition pour la Libye et à renforcer la résilience de la chaîne d’approvisionnement alimentaire face aux chocs externes tels que le changement climatique.

Le second, qui fait suite aux discussions entre la Banque africaine de développement et le ministère libyen des Finances sur le programme de réforme de la gestion des finances publiques du gouvernement, vise à faciliter la mise en œuvre du Système intégré d’information relatif à la gestion financière. 

Malinne Blomberg a réitéré l’engagement de la BAD envers la Libye, considérant que l’« amélioration du bien-être général et de la qualité de vie de la population libyenne grâce à une approche stratégique et durable de l’alimentation » est en tête de ses priorités. Et qu’il est « tout aussi crucial de renforcer la capacité de gestion des finances publiques du gouvernement libyen, grâce à la numérisation des processus financiers nationaux pour plus d’efficacité et de transparence ».

 

*****

 

Encadré

Le regard du FMI

 

Une équipe du FMI s’est rendue mi-novembre… à Tunis, afin de discuter des développements économiques et financiers de la Libye, des perspectives macroéconomiques et des priorités de politique et de réforme du pays.

Malgré les inondations dévastatrices, les perspectives économiques à moyen terme de la Libye restent positives en raison des prix élevés du pétrole prévus, estime l’institution. L’impact de la catastrophe sur le PIB mesuré devrait être relativement faible étant donné que l’économie de la Libye dépend largement de la production de pétrole et de gaz. Les perspectives économiques à moyen terme restent positives grâce aux prévisions de prix élevés du pétrole au niveau mondial.

Néanmoins, juge le FMI, « il est urgent de définir une vision économique claire pour le pays ». À court terme, la Libye a besoin d’un budget pour soutenir la crédibilité de sa politique, car des dépenses fiscales non ciblées compliquent la mise en œuvre de la politique macroéconomique. À moyen terme, le pays a besoin d’une stratégie économique pour se diversifier en dehors des hydrocarbures et pour favoriser une croissance plus forte et plus inclusive tirée par le secteur privé. La réduction des subventions non ciblées permettrait de libérer des ressources pour des dépenses sociales mieux ciblées et des investissements productifs. À plus long terme, les efforts de réforme structurelle devraient se concentrer sur le renforcement des institutions, l’amélioration du cadre de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et la résolution des problèmes de corruption et de gouvernance.

Sur ce point, le FMI salue « les réformes entreprises par les autorités libyennes cette année. » En effet, des « progrès notables » ont été accomplis en ce qui concerne l’amélioration de la collecte de données, le renforcement du cadre de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, l’innovation en matière de Fintech et l’alignement de la supervision bancaire sur les normes internationales et les meilleures pratiques.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *