Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Konexa, un remède aux délestages

L’électricien Konexa a emporté le prix « Infrastructures africaines de demain », remis par la Banque africaine de développement. Cette société britannique développe, au Nigeria, un projet intégré (études, financement, production, distribution) d’énergie électrique.

Par Marie-Anne Lubin

Les bonnes nouvelles s’accumulent pour la société de droite britannique Konexa, dont le siège africain est à Abuja, la capitale du Nigeria. Elle vient de gagner un concours réalisé à l’occasion de l’Africa Energy Forum. Le lauréat de cet événement empoche 5 000 dollars. Somme symbolique, bien sûr, pour une entreprise de cette envergure, qui développe un modèle original en Afrique de production d’électricité.

Le principe du concours consistait à créer une plateforme où les propriétaires d’actifs actuels et potentiels pourraient proposer des idées innovantes, réalistes, pratiques et réalisables pour des services publics.

En raison de son déficit énergétique, le Nigeria a un marché hors réseau évalué à 15 milliards $ qui repose principalement sur des générateurs diesel et à essence. Le potentiel des énergies renouvelables est donc considérable.

La proposition – anonyme – de Konexa a été sélectionnée par le jury parmi les très nombreux concurrents « en raison de sa valeur transformatrice basée sur les cinq piliers du fonctionnement durable des services publics », tels que définis par la BAD (Banque africaine de développement).

L’entreprise britannique entend posséder et exploiter des installations électriques en réseau et hors réseau à travers l’Afrique. Konexa « fait œuvre de pionnier en proposant un modèle intégré de service public qui favorise l’accès à une énergie fiable basée sur des technologies efficientes », souligne un communiqué de la BAD.

Batchi Baldeh, directeur du département pour le Développement des systèmes électriques à la BAD, salue le modèle intégré et innovant de concession de distribution de Konexa. « Le modèle proposé appelle les institutions financières comme la BAD à se projeter vers l’avenir en élaborant des facilités de financement pour répondre aux besoins de ces services publics futuristes », explique-t-il. « Il offre des opportunités et des mécanismes d’accès à un financement abordable des infrastructures, ainsi que des mécanismes pour relever les défis liés aux devises locales et fortes. »

Pradeep Pursnani, PDG de Konexa précise la nature de ce modèle de services publics intégrés : « Il vise à soutenir les gouvernements et les services publics dans la réalisation de leur vision d’une alimentation électrique 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour tous les citoyens du pays, et ce dans des délais beaucoup plus courts. »

Un pionnier des mini-grids

Konexa est le premier service public à déployer des capitaux à long terme pour investir dans le réseau, mettre en œuvre des technologies hors réseau, installer des capacités intégrées de génération et de stockage, et intégrer des technologies opérationnelles et d’information de pointe à notre plateforme technologique.

« Nous avons travaillé avec le gouvernement du Nigeria et avec Kaduna Electric pour concrétiser cette vision et nous avançons dans la recherche d’investissements commerciaux de la part des gestionnaires de fonds sensibles au climat en tant que partenaires de référence pour le lancement de ce projet. »

Ce prix vient récompenser un leader des énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest. L’entreprise veut produire des unités de 2,5 MW crête d’électricité à partir de plusieurs systèmes solaires photovoltaïques. Ces petites centrales solaires seront installées pour alimenter les mini-réseaux d’électricité alimentant des ménages, des commerciaux et des industriels de l’État de Kaduna, situé au nord du Nigeria.

En août 2020, Konexa a reçu un coup de pouce financier et technique de l’agence américaine USTDA pour ce projet. Et en octobre, Konexa a reçu un financement du Climat Fund Managers pour déployer ces solutions d’énergies renouvelables au Nigeria, en partenariat avec le distributeur Kaduna.

Le projet comprend la construction d’une centrale solaire photovoltaïque, dotée à terme d’un élément de stockage, la construction de huit mini-réseaux solaires et ouvrages de distribution associés. Sans oublier le déploiement de systèmes solaires domestiques, d’une infrastructure de comptage intelligent, et d’une plateforme technologique d’information et d’exploitation intégrée.

En raison de son déficit énergétique, le Nigeria a un marché hors réseau évalué à 15 milliards $ qui repose principalement sur des générateurs diesel et à essence. Le potentiel des énergies renouvelables est donc considérable.

Le 5 novembre, la société a conclu un MoU (mémorandum d’entente) avec l’État d’Ogun, situé au sud-ouest du Nigeria. Cet État, comme beaucoup dans le pays, est régulièrement victime de délestages et de coupures intempestives. Konexa y injectera 250 MW, tandis que les infrastructures existantes seront pleinement réhabilitées.

ML

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This