x
Close
African Business

Kaspersky ouvre un « centre de transparence » à Kigali

Kaspersky ouvre un « centre de transparence » à Kigali
  • Publiénovembre 17, 2023

L’éditeur informatique ouvre sa première implantation en Afrique, destinée à faire connaître et à éprouver ses solutions en matière de sécurité informatique.

 

Annoncée depuis longtemps, l’implantation de Kaspersky en Afrique est désormais effective. L’éditeur russe de solutions anti-virus vient d’ouvrir son premier « Centre de transparence » sur le continent, plus précisément à Kigali (Rwanda).  Sa stratégie entend mettre en évidence la fiabilité de ses solutions et plaider pour une plus grande transparence dans l’ensemble de l’industrie de la cybersécurité. Le nouveau centre offre à ses visiteurs un aperçu complet des pratiques de Kaspersky en matière d’ingénierie et de traitement des données, ainsi qu’une démonstration en direct du code source de ses produits et services.

L’éditeur « entend répondre aux besoins du marché local, en proposant une formation dans des domaines aussi essentiels que l’évaluation de la sécurité des produits et la mise en place de processus de développement sécurisés ».

La pénétration de l’Internet en Afrique n’a cessé d’augmenter au fil des ans : selon la Banque mondiale, l’accès à l’Internet à haut débit en Afrique est passé de 26 % en 2019 à 36 % en 2022. Comme le souligne la stratégie de transformation numérique de l’Union africaine, toutes les personnes en Afrique devraient être numériquement autonomes en 2030, ce qui signifie que la numérisation se renforcera, apportant à la fois des opportunités et des défis.

Le nouveau centre de transparence de Kigali est à la disposition des partenaires de Kaspersky, des clients et des régulateurs responsables de la cybersécurité. Il est conçu pour servir l’option d’examen de ses propres installations.

Il offre un aperçu général des pratiques d’ingénierie et de traitement des données de Kaspersky : tout au long de leur visite, les partenaires et les clients sont invités à poser aux experts de Kaspersky toutes les questions relatives aux procédures de traitement des données de l’entreprise et au fonctionnement de ses solutions. En outre, les visiteurs peuvent améliorer ou acquérir des compétences pour évaluer la sécurité des produits TIC utilisés par leurs organisations, en découvrant les points forts du programme de renforcement des capacités cybernétiques de Kaspersky destiné aux organisations gouvernementales, aux universités et aux entreprises.

Soulignant le lien étroit entre la transparence et la lutte contre la cybercriminalité, l’ouverture du nouveau Centre de transparence a été saluée par le Mécanisme de coopération policière de l’Union africaine (Afripol).

 

Renforcement des capacités

« La région africaine connaît actuellement une transformation numérique rapide, avec une pénétration d’Internet qui ne cesse d’augmenter d’année en année. Pour contrer les risques potentiels de sécurité découlant de l’utilisation de la technologie, il est impératif de comprendre ce qui constitue un cadre efficace pour atténuer les risques », commente le directeur exécutif par intérim d’Afripol, l’ambassadeur Jalel Chelba.

Daas Omar, Senior Cybercrime Officer d’Afripol et Genie Sugene Gan, de Kaspersky.
Daas Omar, Senior Cybercrime Officer d’Afripol et Genie Sugene Gan, de Kaspersky.

Dès lors, cette implantation de Kaspersky en Afrique « est exemplaire pour les organisations de la région en matière de construction de la confiance numérique. Kaspersky a fait ses preuves en matière de collaboration avec les services de police locaux, régionaux et internationaux pour lutter contre la cybercriminalité, en partageant son expertise technique dans un esprit de transparence. »

Pour Genie Sugene Gan (Kaspersky) l’« importance croissante accordée à la cybersécurité dans le programme pan-régional africain suscite l’intérêt des autorités nationales ». Toutefois, il subsiste une lacune importante dans le renforcement des cybercapacités. En ouvrant le Centre de transparence, l’éditeur « entend répondre aux besoins du marché local, en proposant une formation dans des domaines aussi essentiels que l’évaluation de la sécurité des produits et la mise en place de processus de développement sécurisés ».

Selon ses dirigeants Kaspersky « implique activement » la communauté au sens large dans la validation et la vérification de la fiabilité de ses produits, de ses processus internes et de l’ensemble de ses opérations commerciales. Dans le cadre de l’initiative de transparence mondiale, l’entreprise est le premier fournisseur de cybersécurité à divulguer son code source en vue d’un examen externe.

@AB

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *