x
Close
Coopération International

Une visite productive aux Émirats arabes unis

Une visite productive aux Émirats arabes unis
  • Publiéavril 1, 2022

Akinwumi Adesina revient de trois jours passés aux Émirats arabes unis. L’occasion pour le président de la Banque africaine de développement d’échanges de haut niveau avec les dirigeants émiratis, ainsi qu’avec des industriels et des financiers.  

Par Paule Fax

Le président de la BAD (Banque africaine de développement), Akinwumi Adesina, vient d’achever ce 1er avril 2022, une visite officielle aux Émirats arabes unis. Cette visite de trois jours comprenait une série d’engagements à Dubaï et à Abu Dhabi.

La visite s’est déroulée parallèlement au Sommet mondial des gouvernements, durant les derniers jours de l’Expo 2020 de Dubaï. Elle a permis d’explorer des partenariats potentiels pour des investissements stratégiques en Afrique entre la BAD et les Émirats arabes unis, dans les domaines des énergies renouvelables, de l’agriculture et de la production alimentaire.

Akinwumi Adesina a souligné le potentiel largement inexploité du continent dans plusieurs secteurs, la connaissance inégalée qu’a la banque du développement et du paysage de l’investissement en Afrique, ainsi que les instruments de gestion des risques des institutions.

En particulier, Sheikh Maktoum Bin Mohammed Al Maktoum, vice-dirigeant de Dubaï, vice-Premier ministre et ministre des Finances des Émirats arabes unis, et le président de la BAD ont discuté des opportunités stratégiques qui renforceraient les liens économiques entre les Émirats arabes unis, la banque et l’Afrique.

Akinwumi Adesina a salué « le leadership exceptionnellement visionnaire des Émirats arabes unis ». À son sens, l’Afrique peut « tirer beaucoup de choses du succès remarquable des Émirats ». Ce qu’ils ont réalisé, en utilisant leurs ressources, leur dynamisme et leur détermination pour faire du pays ce qu’il est aujourd’hui, est « très impressionnant ».

La BAD souhaite que le pays devienne « un partenaire d’investissement encore plus apprécié et plus important en Afrique ». En effet, les Émirats arabes unis sont un membre très apprécié au Fonds africain de développement, le guichet concessionnel de la BAD qui soutient les pays à faible revenu. « Nous espérons pouvoir, à un moment donné, les accueillir comme membre de la BAD. »

Akinwumi Adesina a également eu une série de réunions bilatérales avec d’autres membres importants du gouvernement et des dirigeants d’entreprises parapubliques des Émirats.

 

La prochaine frontière de croissance du monde

Par exemple, le ministre d’État chargé des Affaires africaines, Sheikh Shakhbout, a évoqué la volonté des Émirats arabes unis d’aider les pays africains à diversifier leurs économies. Les Émirats veulent soutenir les PME, explorer les possibilités d’investissement dans le logement social et mettre en relation les jeunes Fintech africaines.

D’autre part, la BAD et le Fonds d’Abu Dhabi pour le développement ont signé un protocole d’accord pour une collaboration plus étroite. « Nous considérons la BAD comme le Think tank du continent. Nous pensons que l’Afrique est la prochaine frontière de croissance du monde et nous ne voulons pas manquer cela », a déclaré le directeur général du Fonds, Mohammed Saïf Al Suwadi.

Akinwumi Adesina a également rencontré Sultan Bin Sulayem, PDG de Dubai Ports World, le plus grand opérateur portuaire du monde. La banque a activement financé des projets d’infrastructures portuaires en Afrique. Les responsables ont discuté de la coopération en matière d’investissement qui permettrait de relier les ports africains aux énergies renouvelables et aux centres industriels, y compris la production alimentaire et l’agroalimentaire.

 

Réunion de travail avec les dirigeants de la société énergétique Taqa.

 

Des discussions que la BAD qualifie de « tout aussi productives » ont eu lieu avec Mohamed Jameel Al Ramahi, PDG de Masdar, une société innovante d’Abu Dhabi spécialisée dans les énergies renouvelables. Ainsi qu’avec Ahmed Saeed Al Calily, PDG de Mubadala, un investisseur souverain gérant un portefeuille diversifié d’actifs émiratis et mondiaux. Ainsi qu’avec les dirigeants de Taqa, une société énergétique émiratie de premier plan. Et enfin avec l’Abu Dhabi Investment Authority (ADIA).

Les discussions ont principalement porté sur les synergies d’investissement entre l’initiative énergétique Etihad 7 des Émirats arabes unis et l’initiative « Desert to Power » de la BAD, dont le potentiel combiné permettrait d’alimenter 350 millions de personnes en énergie renouvelable.

Akinwumi Adesina a souligné le potentiel largement inexploité du continent dans plusieurs secteurs, la connaissance inégalée qu’a la banque du développement et du paysage de l’investissement en Afrique, ainsi que les instruments de gestion des risques des institutions.

Enfin, le président de la BAD a invité les principaux dirigeants et institutions à participer à la prochaine édition de l’Africa Investment Forum, la principale plateforme d’investissement du continent, en novembre 2022.

@PFax

 

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.