x
Close
Industrie

Un apport en énergie pour les mines de RD Congo

Un apport en énergie pour les mines de RD Congo
  • Publiéjanvier 11, 2024

Affirma Capital et des fonds norvégiens vont fournir de nouvelles possibilités d’investissements à Copperbelt Energy Corporation, une société qui fournit de l’énergie aux exploitations minières en Zambie et en RD Congo.

 

Copperbelt Energy Corporation (CEC), une société qui fournit de l’électricité aux exploitations minières en Zambie et en RD Congo, s’apprête à recevoir un investissement de 145 millions de dollars dans le cadre d’une opération menée par l’actionnaire principal de la société, la société de capital-investissement Affirma Capital.

Norfund, l’institution norvégienne de financement du développement, et Kommunal Landspensjonskasse, un fonds de pension norvégien, se joignent à Affirma pour financer la transaction portant sur une participation de 36,34 % dans CEC, qui est cotée à la Bourse de Lusaka. Affirma était à l’origine la branche de capital-investissement de la Standard Chartered Bank, avant de devenir une société indépendante en 2019.

L’électricité produite à partir de sources renouvelables et fournie par l’infrastructure de distribution de la CEC est une perspective attrayante pour les mines de la RD Congo.

Alors que les sociétés de capital-investissement cherchent généralement à vendre, ou à « sortir », leur participation dans une entreprise après environ cinq ans, dans ce cas, Affirma a choisi de rester investie dans la CEC par le biais d’un « accord de continuation ». Dans ce cas, Affirma a choisi de rester investi dans CEC par le biais d’un Continuation deal, qui implique qu’Affirma agit à la fois comme vendeur et comme acheteur dans la transaction, les investisseurs initiaux de l’entreprise récupérant leur capital et de nouveaux investisseurs entrant dans le capital. Selon Affirma, il s’agit de la plus importante opération de Continuation jamais réalisée pour un seul actif en Afrique.

Les investisseurs qui ont financé l’investissement initial d’Affirma dans CEC en 2014 repartiront avec environ trois fois le capital qu’ils ont investi dans l’entreprise, grâce à une combinaison de la vente et des dividendes versés au cours de la dernière décennie.

Affirma Capital - Partners Ronald TamaleDans un entretien accordé à African Business, Ronald Tamale (photo ci-contre), partenaire fondateur d’Affirma, relate que l’augmentation de la valeur de CEC au cours de la dernière décennie reflète la capacité de l’entreprise à profiter de la croissance du secteur minier en Zambie et en RD Congo.

« Nous sommes essentiels à la mission des mines en fournissant cette énergie », déclare-t-il, ajoutant que l’équipe de direction a aidé l’entreprise à relever de nombreux défis au cours des dernières années.

 

Alimenter la croissance

L’histoire de la CEC remonte à l’époque coloniale, mais elle a pris sa forme moderne en 1997 lorsqu’elle a été privatisée par le gouvernement zambien. L’activité principale de la société consiste à acheter de l’électricité à la société publique Zambia Electricity Supply Corporation (ZESCO) et à la distribuer aux mines de la ceinture de cuivre. Plus récemment, cependant, la CEC a cherché à se développer par le biais d’une « intégration en amont » dans la production d’électricité. Une centrale solaire de 34 MW a été mise en service en février dernier, et une autre de 60 MW devrait suivre ce mois-ci.

Selon Ronald Tamale, les progrès réalisés pour rétablir la stabilité politique et économique en Zambie depuis l’élection du président Hakainde Hichilema en 2021 ont été un « facteur majeur » dans la décision d’Affirma de réinvestir dans la CEC. La Zambie est devenue attrayante pour les investisseurs en offrant « les bons dirigeants, les bonnes politiques et le bon état d’esprit », déclare-t-il.

« Je dirais que la Zambie est l’une des deux ou trois premières destinations en Afrique, où les gens voudraient investir », tranche Ronald Tamale. Selon qui le président Hichielma a mené des politiques plus favorables aux entreprises que son prédécesseur et a cherché à améliorer ses relations avec les bailleurs de fonds.

Maintenant qu’Affirma a décidé de réinvestir, Ronald Tamale indique que la CEC se concentrera sur l’extension du réseau de distribution d’électricité en Zambie. La production des mines devrait augmenter de manière significative, le cuivre étant très demandé en raison de son rôle dans la transition énergétique, ce qui signifie que les mines vont avoir besoin d’électricité. Hakainde Hichilema s’est fixé l’objectif très ambitieux de porter la production à 3 millions de tonnes par an d’ici à 2030, soit plus du triple du niveau actuel.

Ronald Tamale ajoute que l’expansion de l’énergie renouvelable sera également une priorité pour la CEC. La société envisage d’investir dans l’énergie éolienne en plus des centrales solaires qu’elle a déjà mises en service. Cela permettra à la CEC de vendre de l’électricité au réseau électrique zambien et au pool énergétique régional d’Afrique australe.

Une autre priorité essentielle sera de fournir davantage d’électricité aux clients de la RD Congo. La CEC est propriétaire de l’interconnecteur qui permet d’exporter l’électricité de la Zambie vers la RD Congo et la société envisage d’étendre sa capacité. L’électricité produite à partir de sources renouvelables et fournie par l’infrastructure de distribution de la CEC est une perspective attrayante pour les mines de la RD Congo, qui sont autrement obligées de compter sur de coûteux générateurs diesel.

@AB

Écrit par
Ben Payton

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *