x
Close
Industrie

Renforcer la sécurité alimentaire et le développement agricole

Renforcer la sécurité alimentaire et le développement agricole
  • Publiédécembre 27, 2023

Les partenariats entre le groupe OCP, le plus grand producteur mondial d’engrais à base de phosphate, et les organisations multilatérales et régionales contribuent à renforcer la sécurité alimentaire et à lutter contre le changement climatique en Afrique.

 

Dans le but de renforcer la sécurité alimentaire et de stimuler le progrès agricole sur le continent africain tout en luttant contre le changement climatique, deux collaborations essentielles ont vu le jour, soulignant le rôle vital des partenariats stratégiques et des solutions inventives dans la résolution des problèmes urgents.

« Le partenariat entre la SFI et l’OCP vise à libérer tout le potentiel de l’Afrique pour nourrir non seulement elle-même, mais aussi le monde entier. »

Réunissant les efforts d’entités renommées telles que Groupe OCP, la SFI, la Banque mondiale, la Banque de commerce et de développement de l’Afrique orientale et australe (TDB), et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), et alignés sur les Objectifs de développement durable des Nations unies, ces partenariats marquent une avancée prometteuse vers la réalisation de l’ODD  qui concerne la lutte contre la faim et la sécurisation de nos approvisionnements alimentaires, et de l’ODD  relatif au changement climatique.

 

Autonomiser les agriculteurs d’Afrique de l’Ouest

Le partenariat entre le groupe OCP et la Banque mondiale se concentre sur l’Afrique de l’Ouest, plus précisément sur le Bénin, la Guinée, le Mali et le Togo, couvrant une vaste étendue de 10 millions d’hectares. Avec la signature d’un protocole d’accord, la collaboration vise à accélérer les investissements et les réformes, rendant les engrais personnalisés plus accessibles et abordables pour 5 millions d’agriculteurs dans la région. Mostafa Terrab, président-directeur général du groupe OCP, souligne que ces projets représentent une étape importante pour libérer le potentiel de l’Afrique en matière de sécurité alimentaire mondiale.

L’« objectif est de conduire une transition agricole juste et durable, en élargissant l’accès des agriculteurs d’Afrique de l’Ouest à des engrais personnalisés qui nourrissent le sol et améliorent les rendements des cultures, ce qui à son tour améliore les moyens de subsistance des agriculteurs, contribuant ainsi au développement et à la prospérité de l’Afrique », explique le PDG.

Le partenariat vise à améliorer la santé et la fertilité des sols grâce à une cartographie numérique de pointe et à des techniques de fertilisation personnalisées. Les agriculteurs locaux ont ainsi accès à des engrais sur mesure qui répondent aux besoins spécifiques de leurs sols, ce qui permet de stimuler la productivité agricole et de promouvoir des pratiques respectueuses de l’environnement.

Un aspect important de cette collaboration concerne la création de centres de technologie et de services agricoles. Ces centres sont considérés comme des pôles vitaux pour la formation et le soutien des petits exploitants agricoles. En donnant accès aux technologies agricoles de pointe et aux pratiques agricoles durables, ils jouent un rôle crucial dans l’augmentation des rendements agricoles et la promotion d’une agriculture respectueuse de l’environnement.

Une autre initiative transformatrice est le lancement d’un programme d’école agricole numérique, qui vise à développer les capacités locales et les compétences entrepreneuriales. Grâce aux ressources et aux outils numériques, ce programme a le potentiel de revitaliser le secteur agroalimentaire, en contribuant à la croissance économique et à l’autonomie des communautés d’Afrique de l’Ouest. En outre, la collaboration vise à renforcer la capacité de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) à mettre en œuvre sa feuille de route sur les engrais et la santé des sols. Ce soutien est essentiel pour rationaliser les efforts régionaux visant à améliorer la qualité des sols et à élargir l’accès aux intrants agricoles essentiels, garantissant ainsi un secteur agricole durable pour l’avenir.

Enfin, le partenariat vise à soutenir la création d’un centre régional pour la santé des sols et la gestion de la fertilité en Afrique de l’Ouest, hébergé par l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA). Ce centre servira de point focal pour la recherche, la diffusion des connaissances et le renforcement des capacités en matière de gestion des sols, reflétant ainsi un engagement à long terme en faveur de la durabilité agricole de la région.

En substance, les efforts de collaboration de Groupe OCP et de la Banque mondiale constituent une stratégie holistique qui non seulement répond aux besoins urgents du secteur agricole de l’Afrique de l’Ouest, mais s’aligne également sur les objectifs mondiaux de durabilité, en particulier ceux liés à la sécurité alimentaire et au changement climatique.

 

Une vision de la sécurité alimentaire en Afrique orientale et australe

Mostafa Terrab
Mostafa Terrab, PDG de OCP Group.

Parallèlement, la collaboration entre TDB, MIGA et OCP Group s’étend à l’Afrique de l’Est et à l’Afrique australe, où elle vise à tirer parti des garanties de financement du commerce de MIGA pour acheminer davantage d’importations stratégiques, notamment d’engrais, vers l’Afrique. Leur partenariat, motivé par un engagement commun à relever les défis pressants de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, est très prometteur. Il témoigne de la puissance des partenariats entre secteurs et organisations.Il vise à renforcer la sécurité alimentaire, à promouvoir l’emploi et à garantir l’accès aux marchés internationaux pour les agriculteurs d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe. Pour mettre cela en perspective, le protocole d’accord signé lors des assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international marque le renforcement d’un effort de collaboration qui a déjà réussi à soutenir des transactions d’une valeur de plus de 300 millions de dollars dans les États membres de la Banque TDB. Cette réalisation importante a permis aux entreprises, aux institutions financières et au secteur public de ces régions d’importer des produits de base essentiels à leur sécurité alimentaire et énergétique, à leurs recettes en devises, à l’emploi et aux recettes fiscales.

 

Une technologie financière innovante

En outre, ce partenariat se distingue par son approche innovante. L’utilisation de la technologie Blockchain pour les transactions de financement du commerce constitue une étape importante de cette collaboration. Cette technologie transformatrice, à l’origine des trois quarts des 700 millions de dollars de transactions entre le groupe OCP et la TDB en 2022, a non seulement permis de réaliser des économies substantielles de temps et de coûts, mais a également eu un impact positif sur la réduction de l’empreinte carbone. Cette approche innovante, rendue possible par des efforts de collaboration, représente une étape prometteuse vers l’amélioration des pratiques agricoles, des moyens de subsistance et de la résilience économique dans la région.

C’est grâce à ces mesures innovantes que les parties impliquées dans ce partenariat démontrent leur engagement à promouvoir la sécurité alimentaire, à améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs et à favoriser le développement rural durable dans toute l’Afrique.

La sécurité alimentaire et le développement agricole durable en Afrique sont des objectifs qui requièrent des solutions innovantes, des partenariats stratégiques et des efforts de collaboration. Chacune de ces initiatives détaille des approches uniques pour relever ces défis.

 

Une plateforme d’agri-finance pour une transformation juste de l’agriculture africaine

Le 10 octobre, le groupe OCP et la SFI (Société financière internationale) ont lancé ensemble une plateforme d’agri-finance pour mobiliser 800 millions de dollars de capital mixte d’ici 2030. Ce partenariat permettra de construire et de soutenir des systèmes de production et de distribution alimentaires durables en Afrique, contribuant ainsi au développement des compétences, à la création d’emplois et à la sécurité alimentaire.

« Le partenariat entre la SFI et l’OCP vise à libérer tout le potentiel de l’Afrique pour nourrir non seulement elle-même, mais aussi le monde entier », commente le PDG Mostafa Terrab. En fournissant un accès au financement et à la formation, la plateforme vise à renforcer 30 chaînes de valeur agricoles à travers l’Afrique grâce à 60 opérations d’agri-finance. Celles-ci couvriront un éventail de types de cultures et s’attaqueront aux défis qui freinent la croissance et la résilience du secteur.

 

L’esprit de collaboration pour relever les défis complexes de la sécurité alimentaire

Le rôle des technologies et des innovations dans les initiatives récentes souligne l’importance d’exploiter ces outils pour relever les défis agricoles. Dans les deux cas, cependant, l’esprit de collaboration reste crucial. En réunissant des institutions financières, des agences d’atténuation des risques, des entreprises privées et des organisations multilatérales, ces collaborations mettent en commun l’expertise, les ressources et les connaissances. Cet effort collectif renforce la capacité à traiter les questions multiformes qui affectent le changement climatique, la sécurité alimentaire et le développement agricole.

Le partenariat entre le groupe OCP et la Banque mondiale se concentre sur l’Afrique de l’Ouest, plus précisément sur le Bénin, la Guinée, le Mali et le Togo, couvrant une vaste étendue de 10 millions d’hectares.

Alors que le paysage mondial continue d’évoluer, le rôle de la collaboration dans la réalisation de la sécurité alimentaire devient de plus en plus primordial. C’est grâce à ces partenariats que des solutions innovantes peuvent être mises en œuvre, créant de meilleurs moyens de subsistance, renforçant les économies et contribuant au développement durable du continent africain.

@AB

Écrit par
Rédaction

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *