x
Close
Industrie

OCP Group : redressement confirmé au deuxième semestre 2023

OCP Group : redressement confirmé au deuxième semestre 2023
  • Publiémars 29, 2024

L’année écoulée se solde par une baisse des bénéfices du leader mondial des phosphates qui table sur une relative stabilité des prix, en 2024, pour asseoir ses positions et raffermir ses résultats.

 

Un exercice 2023 de consolidation pour OCP Group, après les forts mouvements des années précédentes, dans le sillage des cours mondiaux des phosphates. Le leader mondial du secteur affiche un chiffre d’affaires de 91,277 milliards de dirhams (82,41 milliards d’euros), en baisse de 20,3 %sur un an, mais avec un « rebond significatif » au deuxième semestre, pour reprendre les termes de la communication financière. La marge brute a atteint 50 534 millions de dirhams, en baisse par rapport à 2022. Baisse également de 41,3 % du solde d’exploitation (EBITDA), dont la marge reste confortable, à 32%.

Le groupe prévoit des conditions de marché plus équilibrées, avec une demande en hausse au Brésil et en Amérique du Nord, une amélioration de la demande en Europe, une augmentation des importations en Inde ainsi qu’une croissance de la demande en Afrique.

Le résultat net ressort à 169,53 millions de dirhams, contre 338,41 millions en 2022. En dépit de ce recul, le groupe envisage le versement d’un dividende de 112,23 dirhams par action, contre 98,50 dirhams au titre de 2022.

Le groupe n’a pas réduit la voilure en matière d’investissements, qui ont totalisé 26,825 milliards de dirhams, « en raison de l’accélération du Programme d’investissement vert ».

De ces résultats en apparence en demi-teinte, la direction veut surtout en retenir la dernière période : « Les résultats du quatrième trimestre ont contribué à une performance solide pour l’ensemble de l’année, malgré des conditions de marché marquées par une baisse significative des prix des produits phosphatés par rapport aux niveaux exceptionnels de 2022. »

Mostafa Terrab, PDG de OCP Group.
Mostafa Terrab, PDG de OCP Group.

 

Et le management de distinguer une « transition vers des niveaux de prix plus normaux », qui a stimulé la demande dans les principales régions importatrices au second semestre 2023. Voilà pourquoi le chiffre d’affaires a bondi de 43% d’un semestre sur l’autre, – et l’EBITDA a été multiplié par près de 3 –, sur l’exercice considéré.

Les engrais ont représenté près des deux tiers (66%) du chiffre d’affaires total d’OCP en 2023, « marquant une augmentation substantielle des volumes de TSP par rapport à l’année précédente ». Cet engrais TSP a contribué à hauteur de 15% des ventes, contre 11% en 2022. Il a suscité une demande croissante, notamment au Brésil et dans d’autres régions d’Amérique du Sud et d’Afrique, « grâce à son efficacité dans l’optimisation de l’application des engrais sur divers types de sols », se félicite OCP.

 

Des conditions de marché plus équilibrées en 2024

En matière d’investissements, l’objectif est de renforcer l’avantage concurrentiel en misant sur l’innovation continue des produits, l’expansion des capacités et l’amélioration de l’efficacité opérationnelle.

« La capacité d’OCP à satisfaire la demande en livrant des volumes importants en temps réel nous a permis de surmonter efficacement les défis rencontrés en 2023 et d’adapter notre offre à la reprise de la demande mondiale. Notre performance solide est le fruit des avantages stratégiques qui ont guidé la trajectoire du groupe depuis plus de quinze ans, notamment notre flexibilité opérationnelle, notre agilité commerciale et notre position de leader en termes de maîtrise des coûts », commente le PDG Mostafa Terrab dans un communiqué.

En 2023, OCP a donc navigué au gré des fluctuations des prix. Pour 2024, le groupe prévoit des conditions de marché plus équilibrées, avec une demande en hausse au Brésil et en Amérique du Nord, une amélioration de la demande en Europe, une augmentation des importations en Inde ainsi qu’une croissance de la demande en Afrique. Cette tendance aidera à compenser les conditions macroéconomiques et monétaires défavorables dans les pays importateurs, tels que le Pakistan, le Bangladesh, l’Argentine et certains pays africains.

En ce qui concerne l’offre, les exportations chinoises devraient rester similaires à 2023, tandis que la nouvelle capacité de TSP sera progressivement installée pour répondre à l’augmentation prévue de la demande.

Le siège de OCP au Maroc.

 

OCP anticipe des coûts d’intrants relativement stables mais prévient de certains risques liés à d’éventuels retards dans les capacités mondiales. Le groupe prévoit donc une reprise de la demande, caractérisée par une augmentation des engrais de spécialité et soutenue par des investissements.

En tant que leader mondial des solutions pour la nutrition des sols et des plantes et détenteur de 70 % des réserves mondiales de phosphate, le groupe marocain investit dans la transition agricole. Il poursuit son « Programme d’investissement vert » qui favorise, selon le groupe, le développement de solutions durables dans les domaines de l’exploitation minière, de la production et de l’agriculture, avec la flexibilité et la modularité nécessaires pour s’adapter aux conditions évolutives du marché.

@AB

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *