x
Close
Industrie

OCP Africa renouvelle ses liens avec le Cameroun

OCP Africa renouvelle ses liens avec le Cameroun
  • Publiéfévrier 26, 2024

Quelques jours après le Congo, OCP Africa a renouvelé son partenariat avec le Cameroun, qui vise, en plus d’un appui technique, à garantir la disponibilité des engrais de qualité sans rupture d’approvisionnement.

 

C’est par les réseaux sociaux que OCP Africa, la filiale du géant marocain OCP dédiée aux opérations en Afrique, a annoncé le renouvellement de son accord avec le Cameroun. La société, y précise-t-elle, a signé un nouvel accord avec le ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader).

En concluant cet accord, OCP Africa « renouvelle son partenariat avec ce pays au potentiel agricole tellement riche et diversifié », commente la société. Qui rappelle le nom parfois donné au Cameroun, « l’Afrique en miniature », du fait de ses richesses et de ses nuances climatiques que l’on rencontre du nord au sud du pays : équatorial, tropical humide et tropical sec.

Quelques jours plus tôt, OCP Africa et le ministère congolais de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche avaient signé un accord-cadre visant à renforcer le secteur agricole au Congo.

À travers cette signature, OCP Africa renforce du même coup le partenariat entre le Minader et le groupe OCP, déjà actif sur le terrain depuis une décennie, en soutien aux filières agricoles adaptées aux cinq zones agro-écologiques du pays.

En vue de la prochaine campagne agricole en 2024, OCP Africa a fixé des objectifs ambitieux : garantir 100% la disponibilité des engrais de qualité sans rupture d’approvisionnement, collaborer avec le ministère pour apporter un soutien technique et holistique aux agriculteurs en renforçant les capacités des cadres du ministère, doubler le nombre de parcelles de démonstration, et contribuer à l’effort de mécanisation mené par l’État.

En ce qui concerne la disponibilité des engrais, OCP Africa annonce la mise à disposition d’« engrais customisés », spécialement conçus pour s’adapter aux caractéristiques des sols et des cultures grâce à un fertilisant spécifique. Par lequel OCP Africa anticipe une « augmentation remarquable des rendements, variant de 30% à 50% pour les cultures céréalières et maraîchères », indique le site Investir au Cameroun. Qui rappelle que quelques jours avant la signature de l’accord, soit le 20 février 2024, la société a lancé une campagne de communication et de vulgarisation dans la ville d’Obala, à 38 km au nord de Yaoundé. Cette campagne vise à sensibiliser plus de 200 producteurs aux avantages de la fertilisation personnalisée.

Concernant la collaboration directe avec le Minader, le ministre Gabriel Mbairobe (photo ci-contre) ne masque pas sa satisfaction : « Nous attendons de cette coopération non seulement un renforcement de l’agriculture camerounaise pour qu’elle passe d’une agriculture de subsistance à une agriculture véritablement productive qui donne un revenu décent à ceux qui la pratiquent. »

 « Nous avons, ensemble avec l’OCP, engagé des tests pour donner une justification de l’utilisation de l’engrais dans la production du cacao. Le groupe OCP, en dernier lieu, a mis en place une formule d’engrais adaptée à nos sols et à nos céréales », a ajouté le ministre. Cette coopération a déjà débouché sur la création d’un laboratoire mobile destiné à dresser la cartographie des sols.

De longue date, OCP Africa met en œuvre trois projets qui visent à l’amélioration de la productivité des cultures et les revenus des producteurs camerounais. School Lab est une école itinérante qui vise à fournir des informations interactives sur les bonnes pratiques agricoles, adaptées aux cultures spécifiques de chaque région. Agribooster est destiné au développement de la chaîne de valeur. Tandis qu’un troisième programme, sur le terrain, a pour but d’aider les agriculteurs à l’utilisation des bons engrais et des bonnes pratiques agricoles.

*****

En bref

Un accord-cadre avec le Congo

 

OCP Africa et le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche ont signé un accord-cadre visant à renforcer le secteur agricole au Congo. Tout comme au Cameroun, cet accord couvre notamment la mise à jour de la carte de fertilité des sols, le développement de formules d’engrais adaptées aux sols et aux cultures, le renforcement des capacités, la vulgarisation des bonnes pratiques agricoles et l’accompagnement holistique pour la structuration des filières agricoles. Avant la signature de cet accord, Mohamed Anouar Jamal, directeur général d’OCP Africa, a, au cours d’un forum organisé à Brazzaville, souligné l’exemple de OCP pour illustrer comment une transformation réussie peut dynamiser l’agilité, attirer des talents, mobiliser des financements et conduire des investissements ambitieux. Il a également exprimé sa conviction sur les potentialités de l’Afrique, qui regorge d’entreprises publiques ayant réussi à s’adapter aux évolutions mondiales.

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *