x
Close
Industrie

L’Offre Maroc dans l’hydrogène vert

L’Offre Maroc dans l’hydrogène vert
  • Publiémars 19, 2024

Une circulaire du gouvernement marocain précise la vision du pays dans l’hydrogène vert, de l’investissement à la gouvernance, incitant les investisseurs internationaux à se manifester.

 

Les ambitions du Maroc en matière d’énergies décarbonées, et en particulier d’hydrogène vert, ne sont pas récentes. Elles ont pris un tour nouveau cette semaine, par la publication d’une circulaire gouvernementale précisant l’« Offre Maroc » pour le développement de la filière. Cette note déroule les étapes opérationnelles pour la mise en œuvre de l’offre en hydrogène vert, ainsi que les moyens engagés par le gouvernement pour permettre son financement.

Les six étapes déroulées partent du champ d’application à la gouvernance de la filière ; elles passent par la mobilisation des terrains, les infrastructures nécessaires, les mesures incitatives et le processus de sélection des investisseurs. L’« Offre Maroc » couvre l’ensemble de la chaîne de valeur de l’hydrogène vert, de la production à l’utilisation de ses dérivés, comme l’ammoniac ou le méthanol, y compris la nécessaire mise aux normes de la filière.

Aujourd’hui, la demande en hydrogène vert provient essentiellement des besoins industriels de la chimie et de la métallurgie. De son côté, Groupe OCP aura besoin de deux millions de tonnes d’ammoniac à horizon 2030 ; le groupe juge possible la moitié soit constitué d’ammoniac vert, qui est lui-même produit à partir d’hydrogène vert. Dans un premier temps, la demande marocaine suffira à couvrir l’essentiel de la production. Grâce aux économies d’échelle, le Maroc pourra présenter progressivement son offre à l’international. Ce qui suppose des infrastructures de stockage et de transport compétitives. En ce qui concerne le stockage et la production, la note gouvernementale précise la question du foncier. Un million d’hectares a déjà été identifié, dont 300 000 à répartir en lots de 10 000 à 30 000 hectares, en fonction de la taille des projets présentés. Ils seront proposés à différents investisseurs, tant marocains qu’internationaux.

Des ambitions marocaines intactes dans l’hydrogène vert

Selon le gouvernement marocain, des centaines d’investisseurs nationaux et étrangers ont déjà manifesté un « intérêt vif et réel » pour le projet. Les lots seront attribués en fonction de leur intérêt économique ; les opérateurs devront s’engager contractuellement à leur bonne utilisation.

Enfin, l’« Offre Maroc » comprend la mise en place d’une infrastructure compétitive, à mutualiser et à développer conformément aux normes internationales. Le dispositif devra être assez agile pour répondre aux besoins futurs de l’industrie de l’hydrogène vert. Le dispositif prévoit des mesures incitatives et un accompagnement pour les porteurs de projets.

Les dirigeants marocains considèrent que cette initiative permettra au pays d’occuper une « position privilégiée » dans le développement des énergies renouvelables en capitalisant sur « les riches et diversifiées ressources naturelles du Maroc, sa position géographique stratégique, son infrastructure de classe mondiale et son capital humain qualifié ».

Outre ces avantages, le Maroc bénéficie d’une stabilité politique, un signe rassurant pour les investisseurs. Le pays espère produire 52 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030.

*****

En bref

Une nouvelle entreprise dédiée à l’hydrogène et à l’ammoniac verts

 

Hydrojeel. Tel est le nom de l’entreprise dédiée à l’hydrogène vert et à l’ammoniac vert créée par Innovx, filiale de l’Université Mohammed-VI polytechnique (UM6P). Dans un communiqué publié le 27 février, Innovx précise ses ambitions : « Se positionner en tant qu’acteur mondial de premier plan dans le domaine de l’hydrogène et de l’ammoniac verts, en développant un écosystème industriel incluant des projets novateurs et à grande échelle et en s’appuyant sur le co-développement des technologies et solutions propriétaires. »

Selon Amine Houssaim, PDG d’Hydrojeel et dirigeant de OCP Green Technology, cette création « marque une étape majeure dans notre engagement à relever le défi de la transition énergétique et à contribuer à un avenir durable. Avec Hydrojeel, nous nous positionnons à l’avant-garde de l’innovation, renforçant notre leadership dans les énergies renouvelables et ouvrant de nouvelles voies de croissance pour notre entreprise et pour notre pays ».

Cette nouvelle filiale développera le programme d’ammoniac vert du groupe OCP qui vise à produire chaque année 3 millions de tonnes d’ammoniac vert d’ici 2032, principalement destinées à la production des solutions de fertilité des sols et de nutrition des plantes.

@AB

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *