x
Close
Industrie

L’IA au service de la réduction des émissions de carbone

L’IA au service de la réduction des émissions de carbone
  • Publiémars 28, 2024

La centrale électrique d’Azito, en Côte d’Ivoire, sera la première à utiliser un outil de collecte et de prises de décision basé sur l’Intelligence artificielle, afin de respecter les normes environnementales.

 

La société Azito Energie de Globeleq est la plus grande centrale électrique au gaz en Côte d’Ivoire ; elle sera la première installation de ce type à lancer et à déployer son logiciel de gestion des émissions de carbone, basé sur l’Intelligence artificielle, CERius

Ce logiciel de gestion des émissions de carbone, conçu par GE Vernova, permet d’améliorer la précision des rapports. L’outil exploite la puissance de l’IA pour permettre à l’industrie de l’énergie d’atteindre ses objectifs de neutralité carbone et servira d’exemple sur la manière de mesurer, gérer et opérationnaliser les informations pour aider à réduire les émissions de carbone.

Azito utilise déjà un module de gestion de la performance des actifs, qui utilise des algorithmes avancés, de l’IA et de l’apprentissage automatique pour aider à prédire les défaillances potentielles dans les centrales électriques, plusieurs jours, parfois plusieurs semaines, avant qu’elles ne se produisent.

CERius aide les entreprises énergétiques en utilisant des capacités de précision des données et de planification de réduction des émissions. Cette annonce fait suite à de nouvelles réglementations mondiales en matière de déclaration des émissions, notamment les règles récemment adoptées par la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, qui vise à obliger les entreprises à déclarer leurs émissions.

CERius utilisera donc la puissance de l’IA et de l’apprentissage automatique pour permettre aux organisations de mesurer, gérer et opérationnaliser de manière plus précise certaines informations nécessaires pour aider les entreprises à suivre leurs objectifs d’émissions neutres en carbone. L’outil automatise la collecte de données sur les gaz à effet de serre (GES) de manière plus précise et suggérer des recommandations pour opérationnaliser les efforts de réduction du carbone en proposant une analyse de scénarios, une collaboration d’équipe et des rapports conformes aux protocoles GES.

L’ « une des façons les plus efficaces de réduire les émissions dans le secteur de l’énergie est de poursuivre la transformation numérique », commente Linda Rae, directrice chez GE Vernova. « Alors que de nombreuses entreprises énergétiques rapportent les émissions depuis des années, le processus est laborieux, lent à produire des insights et basé sur des formules génériques. La transition énergétique exige agilité, rapidité et précision dans la collecte de données. »

 

Un catalyseur de changements

Azito est un pionnier dans le domaine de l’énergie numérique en Afrique, servant d’exemple à d’autres producteurs d’énergie sur les avantages de l’utilisation de solutions numériques. En déployant ce nouvel outil, Azito sera non seulement la première entreprise en Afrique, mais dans le monde entier, à accéder à cette technologie et à pouvoir mieux gérer leurs données d’émissions, leurs rapports de conformité et leur planification stratégique, contribuant ainsi davantage à leurs objectifs de neutralité carbone.

Vue de la centrale d'Azito.
Vue de la centrale d’Azito.

 

La mise en œuvre de normes et de processus interfonctionnels aidera à positionner les entreprises pour faire face à une conformité réglementaire en constante évolution. « Alors que nous voyons la montée des rapports environnementaux à travers la chaîne d’approvisionnement énergétique par les régulateurs, les parties prenantes et les investisseurs, le logiciel sera un catalyseur de changement pour les services publics d’électricité, s’il est appliqué rapidement et à grande échelle », justifie Linda Rae.

Azito utilise déjà un module de gestion de la performance des actifs, qui utilise des algorithmes avancés, de l’IA et de l’apprentissage automatique pour aider à prédire les défaillances potentielles dans les centrales électriques, plusieurs jours, parfois plusieurs semaines, avant qu’elles ne se produisent. Cela permet ainsi une planification adéquate dans le but de réduire les temps d’arrêt, ce qui se traduit automatiquement par plus d’heures productives et des revenus plus élevés.

Gionata Visconti, directeur des opérations de Globeleq, confirme : « En tant que groupe possédant un portefeuille mixte de centrales électriques à travers l’Afrique et étant pleinement engagé dans la transition énergétique, il est essentiel que nous puissions surveiller et rapporter nos émissions provenant de l’une de nos principales centrales thermiques de manière opportune et précise. »

De manière critique, « Azito est un élément essentiel de l’infrastructure énergétique de la Côte d’Ivoire, et nous serons désormais en mesure de prendre des décisions de planification importantes avec des données de meilleure qualité et plus perspicaces », explique-t-il.

La centrale électrique d’Azito génère de l’électricité en utilisant du gaz naturel provenant des champs gaziers offshore du pays. Située dans le village d’Azito, dans le district de Yopougon, à environ 6 km à l’ouest d’Abidjan, l’installation utilise des turbines à gaz à cycle combiné qui produisent 713 MW d’électricité. Cela équivaut à environ 30% de la génération de charge de base du pays.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *